Elections municipales à Istanbul

01 avril 2019 10:10; Act: 01.04.2019 15:26 Print

L'opposition caracole en tête, gifle pour Erdogan

L'avantage pris par le candidat de l'opposition à Istanbul représente une gifle pour le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a pesé de tout son poids dans la campagne.

storybild

L'implication massive de Recep Tayyip Erdogan à Istanbul n'a peut-être pas suffi. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président Recep Tayyip Erdogan a essuyé lundi un camouflet sans précédent avec la perte par son parti, d'après des résultats encore partiels, des villes d'Ankara et Istanbul lors des élections municipales de dimanche.

Le chef de l'Etat turc s'était jeté à corps perdu dans la campagne pour ces élections, enchaînant une centaine de meetings à travers le pays et faisant du scrutin un plébiscite sur sa personne en pleine tempête économique.

S'il a maintenu une fine majorité à l'échelle nationale, des résultats partiels donnent l'opposition gagnante à Istanbul et Ankara, les deux principales villes du pays, que l'AKP et ses prédécesseurs islamistes contrôlaient depuis 25 ans.

Sur le fil à Istanbul

A Istanbul, la course est extrêmement serrée, au point que les deux candidats se sont déclarés vainqueur dimanche soir.

Mais le président du Haut-comité électoral (YSK), Sadi Güven, a déclaré lundi que les résultats partiels montraient le candidat de l'opposition à Istanbul, Ekrem Imamoglu, en tête, avec près de 28'000 voix d'avance.

M. Güven a toutefois souligné que des recours étaient en cours d'examen pour un peu plus de 80 urnes.

«J'espère que nous aurons des résultats finaux rapidement et que nous pourrons nous remettre au travail», a réagi M. Imamoglu lundi, promettant de diriger Istanbul en toute transparence.

A la mi-journée lundi, il avait déjà changé sa biographie sur Twitter, en se présentant comme «maire du Grand Istanbul».

Ankara pour l'opposition

Quelle que soit l'issue de la bataille d'Istanbul, coeur économique et démographique du pays, Recep Tayyip Erdogan a déjà essuyé un revers cinglant avec la perte de la capitale.

Selon des résultats encore partiels publiés par l'agence étatique Anadolu, le candidat de l'opposition, Mansur Yavas, était en tête avec 50,90% des voix, contre 47,06% pour celui de la majorité, Mehmet Özhaseki.

Signe toutefois qu'il ne laissera pas lui échapper les deux principales villes du pays sans coup férir, l'AKP a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi qu'il déposerait des recours pour réexaminer la validité de dizaines de milliers de bulletins considérés comme nuls.

Selon Anadolu, 290'000 votes ont été comptés comme nuls à Istanbul et 90'000 à Ankara. Redoutant des fraudes, l'opposition a de son côté appelé ses observateurs à ne pas quitter les bureaux de vote, quitte à «ne pas dormir pendant 48 heures».

Le président Erdogan a préféré dans la nuit de dimanche à lundi se concentrer sur la victoire à l'échelle nationale, la coalition formée par l'AKP et les ultranationalistes du MHP remportant 51,67% des scrutins selon les résultats partiels.

Légitimité maintenue

«Le fait qu'il maintienne sa majorité de 51% est très important», estime Ayse Ayata, professeure de Sciences politiques à l'Université technique du Moyen-Orient (Ödtü) à Ankara. «Cela lui permet de maintenir sa légitimité».

Mais Istanbul reste une ville majeure pour Recep Tayyip Erdogan, où il a grandi et démarré sa carrière politique en tant que maire entre 1994 et 1998. C'est pourquoi il y avait dépêché son loyal ancien Premier ministre, Binali Yildirim. Pour Mme Ayata, «M. Erdogan est blessé par les résultats d'Istanbul, mais il reste sur pied».

Les résultats obtenus par l'opposition à Ankara et Istanbul sont d'autant plus remarquables que l'AKP a bénéficié d'une visibilité écrasante dans les médias, pour beaucoup contrôlés par le pouvoir.

Mais la situation économique semble avoir eu raison de l'AKP, de nombreux électeurs rencontrés par l'AFP dans les bureaux de vote à Istanbul et Ankara, plaçant ce sujet au sommet de leurs préoccupations.

Alors que l'AKP s'est appuyé sur une forte croissance pour engranger les victoires électorales depuis 2002, il a dû, cette fois-ci, composer avec la première récession en 10 ans, une inflation record et un chômage en hausse.

«La crise économique a vraiment fait du mal à ses électeurs», explique Berk Esen, professeur associé à l'université Bilkent, à Ankara.

«M. Erdogan a obtenu le soutien de sa base en promettant que la stabilité politique apporterait la prospérité économique», poursuit-il. «Mais ni l'une, ni l'autre n'ont été obtenues sous ses mandats».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jacko le 01.04.2019 11:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Assez!

    Erodgan mène son pays à la ruine comme Maduro au Venezuela. Assez de ces présidents autoritaires et populistes à l'ego surdimensionné.

  • Jose Martinez le 01.04.2019 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cool,

    la première, mais j'espère pas la dernière, il faut déboulonner Erdogan !

  • Pato69 le 01.04.2019 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une grosse claque dans ta face Recep...

    te fera le plus grand bien

Les derniers commentaires

  • Michel45ans le 03.04.2019 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    Dehors l'AKP et Erdogan

    Fort heureusement, la Turquie ne fait pas partie de l'UE et espérons qu'elle n'en fasse jamais partie. Il n'y a pas de place en Occident pour un Etat dirigé par des islamistes ou pour un pays dont plus de la moitié des personnes partagent cette idéologie rétrograde et malsaine. Ce pays est au bord du chaos.

    • Sikanani le 03.04.2019 22:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Michel45ans

      De qoui je me mêle, la Suisse n'est plus en Europe non plus, garder les Bulgares et les Roumains et la nouvelle génération pederast Européens

  • Sikananai le 02.04.2019 12:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    çavassavoir

    Ya des magouilles dans l'air concerne les votes après les controles, ont parlera les anti Erdoan et anti Turquie

  • dede le 02.04.2019 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vive la démocratie

    Bon, l'opposition a remporté deux grandes municipalités. Je m'en réjouis car du coup, cela signifie également que la démocratie existe encore en Turquie. Erdogan ne serait-il pas le dictateur que l'on prétend ?

    • Sikanani le 02.04.2019 12:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @dede

      Avec les magouilles des votes oui ils ont gagné les deux grandes municipalité mais irnak vous avez perdu :)

    • Une Turque le 02.04.2019 14:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @dede

      Bien sûr que la démocratie existe encore en Turquie si elle n'existait pas il n y aurait pas ces votations. Le parti opposé (CHP) allait être avec le parti politique des PKK donc HDP (nos "ennemies") et encore les personnes qui se disent Turc votent pour ce parti en disant que c'est le parti de Atatürk mais si Atatürk au jour d'aujourd'hui était là jamais il fera cela

  • Carlo Kum le 01.04.2019 20:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Natacha Dor

    La Turquie est un pays asiatique. Européen, quand il s'agit de pomper des subventions. Mais la mentalité reste..

  • Willy le 01.04.2019 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non merci

    Erdogan est un dictateur islamiste patenté qui foule au pied un des principes fondateur de la Turquie moderne : la laïcité. Atatürk détestait les religieux et il avait bien raison. Si Erdogan perd, c'est tant mieux pour la Turquie !!!!

    • Une Turque le 02.04.2019 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Willy

      Erdogan n'est pas un dictateur islamiste !!! Oui il est musulman il parle de l'islam car la Turquie est un pays musulman mais Erdogan et son peuple ont le respect pout tous les religions pas comme vous qui est raciste contre les musulmans ! Ayez du respect envers les autres un peu !!