Chili

13 septembre 2018 00:31; Act: 13.09.2018 00:33 Print

Le changement de sexe autorisé dès 14 ans

Une loi autorisant le changement de nom et de sexe dès 14 ans a été adoptée mercredi par les députés chiliens.

storybild

Les députés chiliens du parti Front large se félicitent de l'adoption de la loi sur le changement de sexe. (Mercredi 12 septembre 2018) (Photo: AFP)

Une faute?

Les députés chiliens ont adopté mercredi une loi autorisant le changement de nom et de sexe dès 14 ans avec une autorisation parentale, à l'issue d'un intense débat dans ce pays conservateur. Le texte, qui a recueilli 95 voix pour et 46 contre, avait déjà reçu le feu vert des sénateurs début septembre.

Il prévoit que les majeurs puissent changer de nom et de sexe à l'état civil, tandis que les adolescents de 14 à 18 ans devront être accompagnés d'un représentant légal pour effectuer cette démarche. En l'absence de représentant légal, ils pourront néanmoins faire appel à un juge. La loi doit encore être promulguée par le président de droite Sebastian Piñera, et des parlementaires conservateurs n'écartent pas de saisir le Tribunal constitutionnel.

«Nous sommes face à un événement historique, que nous célébrons avec émotion et joie car cela va améliorer la qualité de vie de milliers de personnes qui avaient vu le (respect) de leur dignité et de leurs droits mis à l'écart à cause de préjugés sur l'identité de genre», s'est félicité le dirigeant trans du Mouvement d'intégration et libération homosexuel (Movilh) Alvaro Troncoso.

«Une femme fantastique»

Le texte de loi, déposé sous le premier mandat de M. Piñera (2010-2014), avait été porté par le succès d'«Une femme fantastique», un film interprété par l'actrice transgenre Daniela Vega et qui avait remporté en mars l'Oscar du meilleur film étranger.

Son personnage de Marina, amoureuse née dans un corps d'homme et devant se battre contre tous après le décès de son compagnon, lui a offert un rôle bouleversant qui a fait sensation dans les festivals du monde entier avant de conquérir Hollywood. Le film a aussi permis «que les gens connaissent notre réalité et aient une certaine empathie», a déclaré à l'AFP Alessia Injoque, informaticienne et activiste transgenre de 35 ans.

Cette nouvelle mesure s'inscrit dans une série de réformes progressistes impulsées par l'ex-présidente socialiste Michelle Bachelet, dont la dépénalisation de l'avortement. Pour l'instant, seule une forme d'union civile homosexuelle est reconnue au Chili, mais un projet de loi autorisant le mariage et l'adoption des couples du même sexe a été déposé fin août 2017 au Parlement.

(nxp/afp)