Royaume-Uni

28 octobre 2019 16:11; Act: 28.10.2019 16:15 Print

Le chauffeur du «camion charnier» reste en prison

La justice britannique a décidé lundi de maintenir en détention le chauffeur du camion frigorifique, où ont été retrouvés 39 corps près de Londres la semaine dernière.

Voir le diaporama en grand »
Les premiers corps de migrants vietnamiens retrouvés morts fin octobre dans un camion frigorifique près de Londres ont été rapatriés mercredi matin au Vietnam. (27 novembre 2019) La police annonce que les victimes du camion charnier - 31 hommes et huit femmes - ont toutes été identifiées et sont de nationalité vietnamienne. (7 novembre 2019) La police annonce avoir arrêté huit nouvelles personnes. (4 novembre 2019) La police britannique a lancé mardi un appel à témoins pour retrouver deux frères soupçonnés d'homicide involontaire et de trafic d'êtres humains dans le cadre de l'enquête sur la mort des 39 migrants. (Mardi 29 octobre 2019) D'après des médias locaux, 24 des 39 victimes, retrouvées mercredi dans une zone industrielle à l'est de Londres, pourraient être vietnamiennes. (Lundi 28 octobre 2019) Un portrait d'une Vietnamienne susceptible de figurer parmi les 39 personnes retrouvées mortes. (Samedi 26 octobre 2019) Trente-neuf corps, dont celui d'un adolescent, ont été découverts dans un camion qui se trouvait dans une zone industrielle à l'est de Londres. (23 octobre 2019) Selon les premiers éléments de l'enquête, le camion, découvert à Grays dans l'Essex, à environ 35 km de Londres, «est de Bulgarie». (23 octobre 2019) Le chauffeur du camion a été arrêté. (Royaume-Uni, 23 octobre 2019) Aucune indication n'a été apportée dans l'immédiat sur l'origine des victimes ni sur le fait de savoir s'il s'agissait de migrants. (Royaume-Uni, 23 octobre 2019) Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit «horrifié» par cet événement «tragique». (Royaume-Uni, 23 octobre 2019) Dramatique découverte dans un camion parqué dans une zone industrielle à l'est de Londres. (Royaume-Uni, 23 octobre 2019)

Sur ce sujet
Une faute?

Arrêté peu après la découverte du camion mercredi dans une zone industrielle de Grays, à une trentaine de kilomètres de la capitale britannique, le chauffeur de 25 ans a comparu lundi par visioconférence devant le tribunal de Chelmsford. Le juge a décidé de le maintenir en détention jusqu'au 25 novembre, quand il devra plaider coupable ou non devant la cour criminelle londonienne de l'Old Bailey.

Cet homme originaire d'Irlande du Nord est poursuivi pour homicides involontaires, trafic d'êtres humains, aide à l'immigration illégale et blanchiment d'argent. Un autre Irlandais du Nord a été arrêté à Dublin samedi et trois autres détenus en Grande-Bretagne dans cette affaire ont été libérés sous caution, a indiqué dimanche la police.

Selon ses services, le Premier ministre britannique Boris Johnson a signé un livre de condoléances lundi à Grays, accompagné de la ministre de l'Intérieur Priti Patel.

Prélèvements d'ADN

La police britannique avait d'abord pensé que les 31 hommes et huit femmes trouvés dans la camion, dont la remorque arrivait du port belge de Zeebruges, étaient chinois.

Mais plusieurs familles de la province de Nghe An, dans le centre du Vietnam, se sont manifestées, expliquant que des proches partis clandestinement pour le Royaume-Uni ne donnaient plus de nouvelles.

D'après des médias vietnamiens, 24 des 39 victimes pourraient être vietnamiennes. Les autorités vietnamiennes ont procédé dimanche à des prélèvements d'échantillons pour réaliser des tests ADN et déterminer si des ressortissants de leur pays faisaient partie.

Des migrants, originaires de la région de Ha Tinh une partie très pauvre du Vietnam, cherchent souvent à rejoindre la Grande-Bretagne pour travailler dans des bars à ongles ou des fermes illégales de culture de cannabis, dans l'espoir de gagner de l'argent rapidement.

Beaucoup passent par la Russie ou par la Chine, avec de faux papiers, et ce périple peut leur coûter jusqu'à l'équivalent de 36'000 euros. Une fortune au Vietnam où le revenu moyen ne dépasse pas 2000 euros par an, selon la Banque mondiale.

(nxp/ats)