Syrie

28 octobre 2019 11:33; Act: 28.10.2019 13:14 Print

Le chef de l'EI se serait fait exploser

par Ann Guenter, Syrie - Abou Bakr al-Baghdadi se serait donné la mort dans son fief au Nord de la Syrie après une opération des forces américaines. Les tests ADN devraient confirmer, ou non, l'information.

Sur ce sujet
Une faute?

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dimanche: Abou Bakr al-Baghdadi, chef du groupe Etat Islamique et homme le plus recherché du monde, se serait fait exploser dans son fief supposé, au nord-ouest de la Syrie, à la suite d'une opération militaire menée par les Etats-Unis.

Selon des militants syriens, le terroriste se serait fait sauter pour échapper à son arrestation. Si les faits sont avérés, cela représenterait un vrai succès politique pour Donald Trump et l'armée américaine, analyse la correspondante en Syrie de 20 Minuten. Tout l'enjeu consiste désormais à identifier le corps. Des échantillons d'ADN ont été prélevés et les résultats d'analyse ne devraient plus tarder.

Le président des Etats-Unis a donné une conférence de presse à 9h lundi matin (14h en Suisse) en ne s'épargnant pas de faire du teasing, comme à son habitude, sur son compte Twitter.

De leurs côtés, les services de renseignement irakiens indiquent que: «leurs sources en Syrie ont confirmé que Baghdadi avait été tué aux côtés de ses gardes du corps dans sa cachette à Idlib, à proximité de la frontière turque.»

Déclaré mort à plusieurs reprises

Le groupe Etat islamique ne s'est pas encore exprimé officiellement pour sa part, mais ses partisans s'épanchent sur les réseaux sociaux en disant ne pas croire aux rumeurs. Et pour cause, Abou Bakr al-Baghdadi avait déjà été déclaré mort à de multiples reprises par les Etats-Unis et la Russie, avant que des vidéos du principal intéressé en parfait santé, ne soient publiées sur internet.

Cette fois-ci cependant, les détails délivrés par de multiples sources semblent remarquablement précis, notamment concernant l'endroit du raid et la manière dont le chef de l'EI aurait péri. Affaire à suivre.

(dri)