Violences en Allemagne

08 janvier 2016 16:51; Act: 08.01.2016 17:32 Print

Le chef de la police de Cologne suspendu

Le chef de la police de Cologne a été relevé provisoirement de ses fonctions en raison de sa gestion des vols et agressions sexuelles dans la nuit du nouvel An. Plus de 120 femmes avaient été agressées.

storybild

(Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Wolfgang Albers, qui est âgé de 60 ans, s'est vu notifier sa mise provisoire à la retraite par le ministre de l'Intérieur du gouvernement régional du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, précise-t-on de même source.

Le chef de la police de Cologne est critiqué depuis des jours pour l'inaction de ses services le soir de la Saint-Sylvestre. Il a en outre attendu la journée de mardi, cinq jours après les faits, pour faire état de plusieurs dizaines de plaintes déposées par des femmes ayant été victimes de vols, menaces et agressions sexuelles.

Ces agressions en série ont eu des répercussions sur le débat en cours en Allemagne autour des conséquences de l'afflux de réfugiés syriens ces derniers mois. Vendredi, le gouvernement allemand a indiqué que les suspects identifiés à ce jour sont en majorité des réfugiés, a affirmé vendredi le gouvernement allemand.

Selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, la police fédérale effectue des vérifications sur 31 «suspects» pour des faits de violence et des vols. Parmi eux, figurent 18 demandeurs d'asile. Ce groupe se compose notamment de 9 Algériens, 8 Marocains, 4 Syriens, 5 Iraniens, un Irakien et un Serbe, a-t-il détaillé.

Bataille des chiffres

Une certaine confusion règne, cependant, sur l'état exact de l'enquête. Du côté fédéral, le ministère ne fait pas état de suspect concernant les agressions sexuelles proprement dites, ni ne mentionne d'interpellation.

De son côté, la police de Cologne a informé que plus de 120 plaintes, dont les trois quarts pour des faits de violences sexuelles, ont été déposées. Elle a évoqué 16 suspects.

Dimension européenne

Le débat national se focalise maintenant sur la présence de réfugiés parmi les auteurs des troubles. Le pays a accueilli, en 2015, un nombre record de 1,1 million de demandeurs d'asile. Cet afflux suscite l'inquiétude grandissante d'une partie de l'opinion.

La question prend également une dimension européenne. Le Premier ministre slovaque Robert Fico a demandé vendredi un sommet extraordinaire de l'Union européenne (UE) à la suite de ces violences.

«Il sera nécessaire de convoquer un sommet extraordinaire (de l'UE). Il faudrait modifier le calendrier que nous avons récemment approuvé, parce que nous ne pouvons pas attendre jusqu'à l'automne, à la lumière des événements qui ont eu lieu» à Cologne, a dit M. Fico lors d'une conférence de presse.

(afp)