Chine

18 juillet 2018 09:12; Act: 18.07.2018 10:22 Print

Le copilote vapoteur interdit de vol

Un pilote d'Air China voulait utiliser sa cigarette électronique, son geste a fait chuter son appareil de plusieurs milliers de mètres. Il a été sanctionné.

storybild

L'incident n'avait pas provoqué de panique à bord de l'appareil. (Photo: dr/Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Les autorités chinoises ont interdit de vol à vie des pilotes d'Air China après une dangereuse descente d'urgence entraînée par le vapotage d'un copilote dans le cockpit, a annoncé mercredi un média d'Etat.

Un Boeing 737 de la compagnie nationale avait brusquement perdu de l'altitude la semaine dernière après que le copilote eut coupé par erreur l'air conditionné, dans l'espoir de dissimuler la vapeur émanant de sa cigarette électronique.

L'avion, qui reliait les villes de Hong Kong (sud) et Dalian (nord-est), a dû descendre rapidement de plusieurs milliers de mètres alors que tombaient les masques à oxygène devant les passagers inquiets.

L'Administration chinoise de l'aviation civile (CAAC) a retiré définitivement les autorisations de vol des pilotes présents dans le cockpit lors de l'incident, a indiqué la télévision publique CCTV.

Mauvaise manipulation

Air China devra également réduire de 10% le nombre de vols de ses Boeing 737 et réaliser une révision globale de ses mesures de sécurité pendant trois mois. Le transporteur écope par ailleurs d'une amende de 50'000 yuans (environ 7500 francs). L'action de la compagnie a chuté mercredi de plus de 2% en cours de séance à la Bourse de Shanghai après l'annonce des sanctions.

Selon la CAAC, l'incident, qui n'a fait aucune victime parmi les 153 passagers et membres d'équipage, a été provoqué par le copilote, qui a voulu couper un système de ventilation pour empêcher la fumée de sa cigarette électronique de se propager à la cabine.

Mais le copilote s'est trompé de commande et a coupé l'air conditionné, provoquant une baisse de l'oxygène en cabine. Cela a déclenché une alarme automatique indiquant que l'appareil serait monté trop haut et ordonnant une descente rapide. L'avion avait dû descendre jusqu'à 3000 mètres avant de remonter à son altitude de croisière (environ 8000 mètres).

(nxp/afp)