Nouvelles révélations

30 octobre 2008 18:15; Act: 30.10.2008 18:48 Print

Le dernier appel de Jörg Haider

Les résultats de l’autopsie sont connus depuis quelques jours. Une seule femme au monde connaît les véritables causes du décès de Jörg Haider: Katrin Yen, la femme médecin légale qui a examiné le cadavre.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«J’ai ouvert le cadavre de Haider», déclare la docteure Katrin Yen dans une interview pour le journal allemand «Bild». Selon ses déclarations, le politicien est mort sur le coup lors du choc.

Yen a également tenté de déceler des traces de substances illégales.
Une forte alcoolisation a été effectivement constatée, cependant, contrairement à certaines rumeurs, pas de traces de cocaïne. D’autres substances dangereuses telles que drogues et médicaments sont également exclues.
Comment alors Haider a-t-il pu atteindre 1,77 pour mille d’alcoolémie? La femme médecin préfère se taire.
Selon les différentes hypothèses avancées, Haider aurait absorbé une grande quantité de vodka et d’averna, un alcool alpin aux herbes.

Le fait que, sur demande de sa veuve, le corps n’ait pas été incinéré, ne gêne pas la médecin. Le sang, l’urine et les organes vitaux ayant de toutes façons déjà été prélevé pour d’autres examens éventuels.

Les derniers sms et appels de Haider sur son portable

Entre temps, les spécialistes ont obtenu de nouvelles informations sur les dernières minutes du politicien. Les appels et messages ont été sécurisés. Cependant les responsables refusent pour le moment de donner le nom de personnes impliquées.

A 1:08:39, soit trois minutes avant l’accident, alors que Haider est encore au volant de sa VW Phaeton, il effectue un appel. La communication ne dure qu’une minute et huit secondes et le numéro de la personne appelée n’est pas sauvegardé.
Quatre minute plus tard, à 1:12:53, le politicien envoie un sms. La réponse arrive très rapidement: deux minutes plus tard, soit à 1:14:38. Par contre, à 1:16:06, le téléphone mobile ne donnait plus de signal.

A 1:18, une femme, témoin de l’accident, prévient la police. Son identité reste absolument secrète et ne sera en aucun cas divulguée par les autorités.


kle/pim