France

06 juillet 2014 09:07; Act: 06.07.2014 09:18 Print

Le festival d'Avignon ouvre enfin

La première du «Prince de Hombourg» dans la cour d'honneur du Palais des papes a donné symboliquement samedi, avec un jour de retard, le coup d'envoi du 68e festival d'Avignon.

Sur ce sujet
Une faute?

Après un vendredi morose marqué par la pluie et l'annulation des deux spectacles inauguraux en raison d'une grève des intermittents du spectacle, Avignon a retrouvé samedi matin toute son animation, avec les parades festives du «Off», leurs mimes, comédiens, musiciens et acrobates.

Quelques heures plus tard, le «In» a levé le rideau à son tour, avec pas moins de quatre premières dans la soirée, sans aucune anicroche. Elles ont été accompagnées à chaque fois d'une courte intervention des équipes en faveur du régime de chômage spécifique des intermittents et contre la nouvelle convention chômage.

Le retour du «Prince de Hombourg» dans la cour d'honneur est sans doute la première la plus emblématique. La pièce du poète romantique allemand Heinrich von Kleist (1777-1811), créée en 1951 dans la cour d'honneur par le fondateur du festival Jean Vilar avec Gérard Philipe et Jeanne Moreau n'y a pas été jouée depuis 1954.

Arrêt de travail «massif»

Chacun croise les doigts à Avignon sur la suite du festival, après le coup de semonce de vendredi qui a vu tous les spectacles annulés, les équipes ayant décidé de suivre le mot d'ordre national de grève de la CGT Spectacle.

Cette dernière avait appelé à un arrêt de travail «massif» pour dénoncer la nouvelle convention chômage, qui durcit les conditions d'indemnisation des intermittents du spectacle.

Le festival d'Avignon (4 au 27 juillet) et le «Off», avec ses 1307 spectacles et 1083 compagnies en marge du festival officiel, drainent chaque année des dizaines de milliers de visiteurs français et étrangers. Il est la manifestation culturelle la plus emblématique de l'été en France.

Lors de la précédente crise des intermittents en 2003, l'annulation du festival d'Avignon avait entraîné plus de 23 millions d'euros de pertes pour la ville et avait privé le «Off» d'une partie de son public.

(ats)