Venezuela

01 juillet 2019 05:56; Act: 02.07.2019 05:31 Print

Deux militaires incarcérés après la mort d'un détenu

Un soldat accusé d'être impliqué dans une tentative de coup d'Etat contre Maduro est mort en détention. Il aurait été torturé.

storybild

Le capitaine de corvette Rafael Acosta Arevalo aurait été torturé en détention. (Photo d'archives) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice vénézuélienne, accusée par l'opposition d'être aux ordres de Nicolas Maduro, a ordonné l'incarcération de deux militaires lundi pour leur «responsabilité présumée» dans la mort d'un militaire en détention, dont l'opposant Juan Guaido et les Etats-Unis affirment qu'il a été «torturé».

Bien qu'en fonction à la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM), les deux hommes de 22 et 23 ans ont été présentés à un tribunal civil de Caracas qui a ordonné leur incarcération, a indiqué sur Twitter le Procureur général Tarek William Saab, un proche de Nicolas Maduro.

Le lieutenant Ascanio Antonio Tarascio et le sergent Estiben Zarate, dont le corps d'origine est la Garde nationale bolivarienne, sont détenus au siège du contre-espionnage militaire, dans la capitale vénézuélienne. Ils sont soupçonnés d'être «responsables» de la mort samedi du capitaine de corvette Rafael Acosta Arevalo.

Le gouvernement chaviste accusait l'officier, avec 12 autres personnes, d'être impliqué dans une tentative de coup d'Etat contre Nicolas Maduro. Ce «putsch» aurait dû avoir lieu les 23 et 24 juin et prévoyait l'assassinat du président et de plusieurs hauts responsables, selon le gouvernement vénézuélien qui se réclame de l'héritage du défunt président Hugo Chavez (1999-2013).

Le Procureur général n'a pas évoqué les accusations de «torture» sur le capitaine Acosta pendant sa détention. Des accusations soulevées par le président par intérim autoproclamé Juan Guaido, mais aussi le département d'Etat américain pour qui cette mort résulte d'un «acte de barbarie de Maduro».

De «graves signes de torture»

«Surprenant. Le ministère public impute aux deux détenus le crime d'homicide volontaire (...) mais ignore les crimes figurant dans la loi contre la torture», a relevé sur Twitter Alonso Medina Roa, qui était l'avocat du militaire défunt.

Honnis de l'administration Trump, Nicolas Maduro, son fils et nombre de responsables vénézuéliens sont sous le coup de sanctions américaines destinées à mettre le chef de l'Etat sous pression et, in fine, le déloger du pouvoir.

Selon des défenseurs des droits humains, le capitaine Acosta a comparu vendredi devant la Justice en fauteuil roulant et il présentait de «graves signes de torture». Transféré à un hôpital militaire, il est mort samedi.

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet s'est dit «choquée». Elle a exhorté «les autorités à mener une enquête approfondie - y compris une autopsie conforme aux normes internationales - à la fois indépendante et transparente».

Mme Bachelet, ancienne présidente du Chili, qui a subi des tortures sous la dictature d'Augusto Pinochet, était en visite à Caracas le mois dernier. Elle y a appelé à la «libération» des opposants incarcérés qui sont environ 800, selon l'ONG vénézuélienne Foro Penal.

«Centre de torture»

Rebondissant lundi sur ses accusations, Juan Guaido a appelé les Vénézuéliens à manifester à l'occasion de la Fête nationale vendredi pour «exiger la fin des tortures et des assassinats», perpétrés selon lui par le gouvernement.

A Caracas, les manifestants sont appelés à rallier le siège du contre-espionnage militaire, «parce que, nom d'un chien, c'est le centre de torture par excellence en ce moment au Venezuela!», s'est exclamée la députée d'opposition Delsa Solorzano, lors d'une conférence de presse. Le camp présidentiel a, lui, prévu un défilé militaire présidé par Nicolas Maduro.

La mort du capitaine de corvette Acosta crispe encore un peu plus les tensions entre opposition et pouvoir, au moment où les pourparlers entre les deux parties auraient dû reprendre.

Après deux rounds infructueux en mai sous les auspices de la Norvège, Nicolas Maduro a en effet expliqué la semaine dernière que le dialogue allait «continuer», sans toutefois préciser de calendrier ou d'ordre du jour. Mais depuis l'annonce de la mort du militaire en détention, ni lui, ni Juan Guaido n'ont évoqué la reprise de ces pourparlers.

Le bras de fer entre Juan Guaido et Nicolas Maduro dure depuis un peu plus de cinq mois, depuis que l'opposant de centre droit s'est autoproclamé président par intérim le 23 janvier.

Il est reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, mais aussi l'Allemagne, dont l'ambassadeur avait été expulsé par le gouvernement Maduro en mars précisément pour son soutien à Juan Guaido. Lundi, Caracas a annoncé une «normalisation» des relations avec Berlin, après une réunion bilatérale, et le «retour» prochain du diplomate au Venezuela.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bi Zarre le 01.07.2019 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Etrange

    Pourquoi certains pays se permettent-ils de reconnaitre un président mais pas un autre ? A-t-on un choix a la carte de chaque dirigeant? Puis-je considérer unilatéralement que je considère Marine Le Pen présidente de la France car Macron ne me plait pas ?

  • Liberty Kid le 01.07.2019 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Assassin rouge

    Le tyran communiste commet une grosse bavure et rejoins MBS dans le club des dirigeants assassins de la planète.

  • Sam le 01.07.2019 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Idéologie dangereuse

    Facile de voter socialiste... Par contre après pour en sortir quand on a compris ou ça mène c'est une autre histoire. Combien de morts encore a venir avant la liberté ?

Les derniers commentaires

  • Suar le 01.07.2019 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Accuse

    C'est comme chez nous un militaire doit être neutre et pas ce mêler de politique intérieure coup d'état et autres ce qui ce passe au Vénézuéla et une ingérences politiques de certains pays comme les USA qui ne veule que les resources naturelles le pétrole démocratie foutaises on a vus ce qui ont fait dans l histoire Irak Vietnam Palestine après ils s'offusque il nous parle des droit de l hommes ils ont détruit ce beau pays avec des sanctions internationales comme Cuba et autres pays ils veules des pantins à leur ordre c'est tout

  • jules césar le 01.07.2019 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    exemplaire

    S'il veut rester au pouvoir il est bien obligé de liquider ses adversaires. Maduro c'est un exemple de démocratie.

  • Bi Zarre le 01.07.2019 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Etrange

    Pourquoi certains pays se permettent-ils de reconnaitre un président mais pas un autre ? A-t-on un choix a la carte de chaque dirigeant? Puis-je considérer unilatéralement que je considère Marine Le Pen présidente de la France car Macron ne me plait pas ?

    • Amédée Prougnard le 01.07.2019 09:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bi Zarre

      Très bon choix. J' adore le bleu.

    • nachito le 01.07.2019 09:32 Report dénoncer ce commentaire

      réflexion à 2 balles

      À ce que je sache, Marine Le Pen n'a pas constitutionnellement le droit de se déclarer Présidente ni aucun autre citoyen. En revanche, dans la constitution française, il doit bien exister des articles prévus pour remplacer le Président s'il devient dangereux pour le pays. Eh bien au Venezuela, il y a aussi des articles de constitution qui prévoie que le Président du Parlement (Guaido) peut se proclamer Président, donc ce n'est pas n'importe qui et raison pour laquelle il est aussi reconnu à l'international.

  • Sam le 01.07.2019 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Idéologie dangereuse

    Facile de voter socialiste... Par contre après pour en sortir quand on a compris ou ça mène c'est une autre histoire. Combien de morts encore a venir avant la liberté ?

    • veritas le 02.07.2019 06:35 Report dénoncer ce commentaire

      @Sam

      liberté quand t'as des $ ou crève

  • Liberty Kid le 01.07.2019 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Assassin rouge

    Le tyran communiste commet une grosse bavure et rejoins MBS dans le club des dirigeants assassins de la planète.

    • Jules Pierre le 01.07.2019 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Liberty Kid

      C ki MBS ?

    • Jean David le 01.07.2019 12:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jules Pierre

      Michel Bernard Salami