Bangladesh

30 avril 2019 02:40; Act: 30.04.2019 05:10 Print

Le groupe EI revendique une explosion, 2 morts

Au moins deux islamistes se sont fait exploser lors d'une opération policière dans la capitale, Dacca.

storybild

Le corps d'un islamiste présumé évacué après le raid de la police. (Photo: AFP)

Une faute?

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué lundi pour la première fois en plus de deux ans une attaque à l'explosif au Bangladesh. Au moins deux islamistes présumés ont péri dans une opération policière dans la banlieue ouest de la capitale Dacca.

Des commandos de l'unité de police d'élite Rapid Action Battalion (RAB) ont frappé à la porte d'une maison de Bosila lundi peu après minuit, selon les autorités. Ils ont alors été accueillis par des tirs en provenance de l'intérieur.

Une forte explosion s'est ensuivie, détruisant les murs de la maison, a ajouté le commandant du RAB. «Notre unité de déminage a trouvé les morceaux de corps de deux combattants dans la maison. L'explosion a été si puissante, qu'elle a pulvérisé les corps et secoué tout le quartier», a-t-il ajouté.

Répression contre les islamistes

Le RAB a interpellé quatre personnes pour interrogatoire, dont le gardien de la maison et l'imam d'une mosquée voisine. Le groupe de djihadistes a revendiqué l'explosion d'une bombe qui a blessé trois policiers dans une rue menant au marché Gulistan à Dacca, selon le SITE, centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance djihadiste.

C'est la première attaque revendiquée par l'EI au Bangladesh depuis mars 2017, date à laquelle le groupe avait commis des attentats à la bombe à Sylhet. Le Bangladesh a engagé une campagne de répression contre les groupes islamistes locaux depuis l'attentat contre un café branché de Dacca, qui avait fait 22 morts, dont 18 étrangers, en juillet 2016.

Depuis cette attaque, le RAB et la police du contre-terrorisme ont tué plus de 100 extrémistes présumés appartenant à deux organisations bangladaises, dont plusieurs de leurs hauts responsables. Des centaines de suspects ont également été arrêtés.

(nxp/ats)