Allemagne

09 novembre 2016 09:49; Act: 09.11.2016 10:02 Print

Le journaliste turc Dündar veut lancer un média

L'influent journaliste turc d'opposition Can Dündar, qui vit en exil en Allemagne, veut continuer à informer sur la situation en Turquie.

Voir le diaporama en grand »
Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018) De nouvelles arrestations de miliaires ont eu lieu en lien avec le putsch manqué du 15 juillet 2016. (Vendredi 7 décembre 2018) La Turquie a levé dans la nuit de mercredi à jeudi l'état d'urgence en vigueur depuis deux ans qui a permis au gouvernement de procéder à des purges massives après un putsch manqué, dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016. (Mercredi 18 juillet 2018) Près de 150 soldats ont été arrêtés car ils ont soupçonnés d'avoir participé au coup Etat de l'été 2016 contre le président Erdogan (photo). (11 mai 2018) La purge continue en Turquie. Les autorités turques ont arrêté jeudi 50 militaires de l'armée de l'air. Ceux-ci sont soupçonnés de liens avec le prédicateur Fethullah Gülen. (30 novembre 2017) Un tribunal turc a condamné ce mercredi 4 octobre 2017, 34 personnes à la prison à vie pour avoir voulu «tuer Erdogan». Plus de 900 fonctionnaires supplémentaires ont été limogés dans le cadre des purges lancées en Turquie après le coup d'Etat manqué contre Erdogan en 2016. (25 août 2017) Erdogan a fait fermer de nombreux médias et une centaine de journalistes ont été arrêtés dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur depuis le putsch manqué. (17 août 2017) Le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis samedi d'«arracher la tête des traîtres» responsables de la tentative de putsch. La Turquie commémorait la tentative ratée de coup d'Etat. (15 juillet 2017) La Turquie commémore cette semaine la tentative de coup d'Etat du 15 juillet dernier visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. La vigoureuse riposte de ce dernier a depuis lors bouleversé la situation politique, sociale et diplomatique du pays. (Mercredi 12 juillet 2017) La marche de l'opposition, entamée à Ankara mi-juin, est entrée à Istanbul. Les organisateurs revendiquent 45'000 participants. (Vendredi 7 juillet 2017) Amnesty International dénonce l'arrestation de sa directrice pour la Turquie ainsi que d'autres militants des droits de l'Homme. (Jeudi 6 juillet 2017) Le président turc a lancé un avertissement à Kemal Kiliçdaroglu, chef de l'opposition qui a appelé à une marche de protestation en direction d'Istanbul. (Samedi 17 juin 2017) L'avocat Taner Kiliç, président du directoire de la branche turque d'Amnesty, a été interpellé à Izmir (ouest) avec 22 confrères. (Mardi 6 mai 2017) Le gouvernement turque a annoncé ce samedi limoger près de 4000 fonctionnaires, militaires et gendarmes. (Samedi 29 avril 2017). La police escorte des hommes après les avoir arrêtés dans la ville de Kayseri pour leurs liens supposés avec le prédicateur Gülen. Au total, plus de 1000 personnes ont été arrêtées et plus de 9000 policiers ont été suspendus. (Mercredi 26 avril 2017) Une centaine de personnes, dont Ahmet Türk, vétéran de la cause kurde et ancien maire de Mardin (sud-est), ont été condamnées par un tribunal turc à des peines allant de 1 à 21 ans de prison dans un procès contre des opposants kurdes. (Mardi 28 mars 2017) Le plus grand procès pour des suspects soupçonnés d'être impliqués dans le coup d'Etat avorté s'est ouvert. (Mardi 28 février 2017) Des manifestants devant le tribunal de Mugla ce 20 février 2017 tiennent des pancartes «Nous voulons la peine de mort». Le procès de 47 personnes soupçonnées d'avoir voulu assassiner le président dans un hôtel de la côté égéenne lors du coup d'Etat manqué du 15 Juillet s'est ouvert lundi à Mugla (ouest). (lundi 20 février 2017) Après l'affaire des militaires turcs (photo), six autres ressortissants turcs ont indiqué vouloir demander l'asile en Grèce après avoir franchi clandestinement la frontière. (Mercredi 8 février 2017) Le président turc Recep Tayyip Erdogan au palais présidentiel d'Ankara. La Turquie a limogé 4500 fonctionnaires dans ce qui ressemble à une nouvelle purge après le coup d'Etat raté. (Mardi 7 février 2017) Le procès de 270 personnes accusées d'avoir pris part à la tentative de putsch en juillet en Turquie, s'ouvre lundi. (Lundi 30 janvier 2017) Premier procès de militaires putchistes. 60 militaires turcs sont sont jugés à Istanbul pour avoir essayé de s'emparer d'un aéroport. (23 janvier 2016) Le Parlement turc a approuvé en première lecture une nouvelle Constitution renforçant les pouvoirs du président. (Dimanche 15 janvier 2017) La justice turque a émis des mandats d'arrêt contre 380 hommes d'affaires accusés d'avoir soutenu financièrement le réseau du prédicateur Fethullah Gülen. (Jeudi 5 janvier 2017) Les forces spéciales montent la garde devant la plus grande salle d'audience de Turquie, à l'ouverture du procès contre des putschistes présumés. (Mardi 27 décembre 2016) Les milieux prokurdes subissent de plein fouet le coup d'Etat manqué contre le président Erdogan. Dernière mesure en date: l'unique école kurde de Diyarbakir a été fermée. (22 décembre 2016) Recep Tayyip Erdogan au Palais présidentiel d'Ankara, le 7 décembre. Une proposition de loi provenant de son parti et proposant un élargissement des pouvoirs présidentiels va être débattue devant le parlement le 10 décembre. (Samedi 10 décembre 2016). Le président Recep Tayyip Erdogan pourrait voir ses pouvoirs augmenter. Une réforme sera examinée en ce sens la semaine prochaine au parlement turc. (Jeudi 1 décembre 2016) Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que la Turquie avait «de très nombreuses alternatives» à une adhésion à l'UE (Mardi 29 novembre 2016). Quelque 6000 enseignants, suspendus après la tentative de coup d'Etat, le 15 juillet, ont été réintégrés, en Turquie. (Vendredi 25 novembre 2016) Le Parlement européen a demandé jeudi le gel des négociations d'adhésion avec la Turquie dans une résolution. (24 novembre 2016) Bruxelles veut geler l'adhésion de la Turquie à l'UE. Le Parlement européen dénonce le recul des droits de l'homme depuis le coup d'Etat manqué de l'été dernier contre le président Erdogan. (22 novembre 2016) Le président Recep Tayyip Erdogan a désormais le pouvoir de nommer les recteurs d'université en Turquie. (Lundi 21 novembre 2016) L'influent journaliste turc d'opposition Can Dündar, qui vit en exil en Allemagne, veut lancer un média afin de continuer à informer sur la situation en Turquie. (9 novembre 2016) Omer Celik a qualifié de «racistes» les appels de certains hommes politiques ou partis européens à l'arrêt du processus d'adhésion de la Turquie. (7 novembre 2016) Les associations de magistrats européens dénoncent le climat de terreur instauré par Erdogan (photo). Un fonds a été créé pour venir en aide aux milliers de juges limogés et emprisonnés après le putsch raté. Les magistrats suisses ont répondu à l'appel aux dons. (6 novembre 2016) Le président turc reproche à Berlin de refuser d'extrader des putschistes présumés. (Jeudi 3 novembre 2016) 10'000 fonctionnaires ont encore été limogés. (Dimanche 30 octobre 2016) Le ministre de la Justice Bekir Bozdag, ici à gauche du président Erdogan, annonce que plus de 35'000 personnes ont été arrêtées depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet dernier. (dimanche 23 octobre 2016) Une délégation de la commission de politique extérieure du Conseil des Etats, présidée par Christian Levrat, partira en Turquie pendant cinq jours fin octobre. (Mercredi 12 octobre 2016) Plus de 70'000 dossiers ont été déposés pour contester les mesures de limogeage prises dans la foulée du putsch raté. (Vendredi 7 octobre 2016) Mardi, on a appris que 12'801 policiers, dont 2523, ont été mis à pied, suspectés de liens avec Fethullah Gulen, que le gouvernement turc tient pour responsable du putsch manqué. (4 octobre 2016) Le frère de Fethullah Gülen a été arrêté en Turquie. (Dimanche 2 octobre 2016) A woman enters a courthouse as a police fence is on display outside the building in Istanbul, on Monday, Aug. 15, 2016. Turkey's state-run news agency says police teams are conducting operations at three Istanbul courthouses as part of an investigation into the July 15 abortive coup. (AP Photo/Thanassis Stavrakis) Putsch manqué: cette fois c'est le milieu pénitentiaire qui est visé. La justice turque a émis un mandat d'arrêt contre 75 personnels de prison d'Istanbul. (30 septembre 2016) Recep Tayyip Erdogan s'en est violemment pris à l'agence de notation Moody's qui a abaissé sa note. (Jeudi 29 septembre 2016) Près de 32'000 personnes ont été arrêtées suite à la tentative de putsch, et l'Etat d'urgence instauré pour trois mois sera prolongé. ( Mercredi 28 septembre 2016) La Turquie a limogé 87 membres des services de renseignement turcs, pour des liens présumés avec la confrérie de l'ex-prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'avoir fomenté le putsch avorté de mi-juillet. (mardi 27 septembre 2016) L'influent journaliste turc Ahmet Altan, arrêté le 10 septembre puis remis en liberté jeudi matin, a été de nouveau placé en détention dans la soirée dans l'enquête sur le putsch. (22 septembre 2016) La police turque a arrêté un ancien célèbre joueur du club de Galatasaray, Ismail Demiriz, pour des liens présumés avec la confrérie de l'ex-prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'être le cerveau de la tentative de coup d'Etat mi-juillet. (Jeudi 22 septembre 2016) Le ministre de l'Intérieur a annoncé le renvoi de 28 maires soupçonnés d'avoir des liens avec le PKK. Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne, s'est rendue vendredi en Turquie. Elle avait été critiquée par Ankara pour avoir tardé à réagir après le coup d'Etat avorté, et tente d'apaiser les tensions et d'intensifier le dialogue avec Ankara. (Vendredi 9 septembre 2016) Le «roi» du baklava arrêté. Faruk Gullu, dirigeant d'une des plus grandes entreprises turques qui fabrique le dessert traditionnel turc, serait lié à la tentative de putsch raté. (8 septembre 2016) Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a affirmé ce mercredi à Strasbourg que les putschistes seront jugés de façon équitable et transparente. (7 septembre 2016) Le gouvernement Erdogan lance un mandat d'arrêt contre 150 enseignants soupçonnés d'avoir un lien via une messagerie avec le prédicateur Gülen. (6 septembre 2016) La Turquie a relevé de leurs fonctions près de 10'000 employés supplémentaires. (Vendredi 2 septembre 2016) Les troupes turques arrivent à la frontière syrienne, à Karkamis, hier le 26 août 2016. (samedi 27 août 2016) Selon Washington, la Turquie a bien déposé une demande d'extradition de Fethullah Gülen, mais pas liée au putsch manqué. (Mardi 23 août 2016) Les chars quittent maintenant Istanbul et Ankara. (lundi 22 août 2016) Des universitaires soupçonnés d'être proches de Güllen sont sous le joug d'un mandat d'arrêt. (Vendredi 19 août 2016) Huits militaires turcs se sont réfugiés en Grèce après le coup d'Etat manqué en Turquie. Le service d'asile grec a débuté l'audition du premier d'entre eux, Feridun Coban, ce vendredi. (27 juillet 2016) La Turquie va libérer 38'000 prisonniers non impliqués dans le putsch raté, apparemment pour désengorger les prisons du pays. (Mercredi 17 août 2016) Le rédacteur en chef du quotidien d'opposition turc «Cumhuriyet» a annoncé lundi sa démission. Can Dündar, réfugié en Allemagne, a dit ne plus croire en la justice de son pays depuis l'instauration de l'Etat d'urgence et n'ira pas à son procès en appel. Il avait été condamné pour divulgation de secrets d'Etat. (Lundi 15 août 2016) Fethullah Gülen a demandé une «enquête internationale» sur la tentative de putsch. Quant à Ankara, elle dit avoir reçu des «signes positifs» de la part des Etats-Unis sur sa demande d'extradition du prédicateur exilé. (Vendredi 12 août 2016) Le chef du parti pro-kurde HDP Selahattin Demirtas risque la prison. (Vendredi 12 août 2016) Le footballeur Hakan Sükür, qui a passé l'essentiel de sa carrière à Galatasaray, fait l'objet d'un mandat d'arrêt dans le cadre des purges en Turquie. (Vendredi 12 août 2016) La purge après le putsch raté en Turquie se poursuit. Le ministre de l'Education, Ismet Yilmaz, (photo) annonce que 27'424 employés du secteur de l'éducation se sont vus retirer leur permis de travail. (Jeudi 11 août 2016). Des milliers de citoyens sont de nouveau attendus dimanche dans les rues pour une manifestation unitaire pour les personnes tuées pendant la tentative de putsch et pour soutenir Erdogan. (Image - 25 juillet 2016) Lors de la rencontre annuelle des cinq chefs de la diplomatie germanophones à Balzers, au Liechtenstein, Didier Burkhalter et Frank-Walter Steinmeier se sont dit décidés à mener un dialogue avec la Turquie. (Vendredi 5 août 2016) Fethullah Gülen s'exprime face à la presse dans sa maison de Pennsylanie, le 17 juillet 2016. Le prédicateur turc a dénoncé le mandat d'arrêt lancé à son encontre par Ankara. (Vendredi 5 août 2016) Un tribunal d'Istanbul a émis un mandat d'arrêt à l'encontre du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis. (Jeudi 4 août 2016) Le président turc veut s'attaquer aux entreprises en lien avec le prédicateur Gülen. (Jeudi 4 août 2016) Le chancelier autrichien Christian Kern a demandé à l'UE de mettre fin au processus d'adhésion de la Turquie, après les purges qui ont suivi le putsch manqué du 15 juillet. (Mercredi 3 août 2016) Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland (à gauche) est le premier responsable européen à apporter son soutien à Ankara dans la vaste purge en cours. (Mercredi 3 août 2016) Le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenu à revenir sur son ennemi, Fethullah Gülen, affirmant qu'il n'a pas su montrer le vrai visage de cet homme qu'il accuse d'être responsable du putsch du 15 juillet. (Mercredi 3 août 2016) La tentative de coup d'Etat militaire du 15 juillet a coûté à l'économie turque près de 100 milliards de francs, a déclaré le ministre du commerce cité par la presse turque mardi. (Mardi 2 août 2016) Pour la première fois, la Turquie a reconnu que la purge post-coup d'Etat avait pu donner lieu à «des erreurs». Le Premier ministre, Binali Yildirim, et son vice-Premier ministre, Numan Kurtulmus, ont adopté lundi un ton conciliant peu coutumier. (1er août 2016) Environ 40'000 personnes ont manifesté leur soutien au président Erdogan en Allemagne. (Dimanche 31 juillet 2016) Environ 40'000 personnes ont manifesté leur soutien au président Erdogan en Allemagne. (Dimanche 31 juillet 2016) Environ 40'000 personnes ont manifesté leur soutien au président Erdogan en Allemagne. (Dimanche 31 juillet 2016) Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré vouloir faire passer sous son contrôle direct les services de renseignement et les chefs d'état-major. (Samedia 30 juillet 2016) Plus de 18'000 personnes ont été placées en détention depuis le putsch a déclaré vendredi le ministre turc de l'Intérieur. (Vendredi 29 juillet 2016) Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, a dénoncé jeudi les purges menées par le gouvernement turc depuis le putsch raté. (Jeudi 28 juillet 2016) Le président turc Recep Tayyip Erdogan souhaite que l'armée et les services secrets soient placés sous le contrôle de la présidence, a annoncé jeudi un responsable turc. Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'une vaste réorganisation de l'armée décidée après le putsch avorté du 15 juillet. (Jeudi 28 juillet 2016) Swiss biffe Istanbul de son réseau de destinations. Les attaques terroristes et la tentative de coup d'Etat manquée ont amené la compagnie aérienne à suspendre ses vols vers Istanbul durant l'hiver 2016/2017. ( Jeudi 28 juillet 2016) Le Premier ministre turc Binali Yildirim doit rencontrer jeudi 28 juillet les plus hauts commandants pour remanier une armée purgée de près de la moitié de ses généraux depuis le putsch raté. (Image du 19 juillet 2016) La justice turque a émis ce mercredi des mandats d'arrêt contre 47 anciens employés du quotidien «Zaman». Lundi déjà, 42 journalistes ont fait l'objet de mandats d'arrêt, dont un célèbre commentateur, et ancien parlementaire, Nazli Ilicak. (27 juillet 2016) La purge au sein de l'armée turque continue après la tentative de coup d'Etat. Deux généraux turcs de premier plan servant en Afghanistan ont été placés en garde à vue à Dubaï. (26 juillet 2016) Après des mois de blocage sur cette question, le gouvernement turc est prêt à travailler avec les principaux partis d'opposition pour élaborer une nouvelle Constitution, a déclaré lundi le Premier ministre Binali Yildirim (tout à d.), à l'issue d'une réunion sur le putsch raté. (Image fournie par la présidence turque, le 25 juillet 2016) La compagnie aérienne nationale turque Turkish Airlines a renvoyé des dizaines d'employés, ont rapporté lundi des médias turcs. Il leur est reproché leurs liens avec le prétendu instigateur du coup d'Etat avorté du 15 juillet. (25 juillet 2016) «Ni coup d'Etat, ni diktat!»: des milliers de Turcs se sont réunis sur la place Taksim à Istanbul pour notamment exprimer leur inquiétude devant la riposte du pouvoir après le coup d'Etat manqué. (Dimanche 24 juillet 2016) C'est le principal parti d'opposition, le parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate et laïc) qui avait appelé à ce rassemblement. (Dimanche 24 juillet 2016) L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a affirmé dimanche avoir réuni des «preuves crédibles» attestant de cas de tortures de détenus. (Samedi 23 juillet 2016) Des partisans du parti pro-kurde HDP écoutent leur leader et manifestent contre la tentative de coup d'Etat en Turquie tout en demandant davantage de démocratie. (Samedi 23 juillet 2016) Les autorités turques vont dissoudre la garde présidentielle. (Samedi 23 juillet 2016) Les gardes à vue pourront durer jusqu'à 30 jours pour les personnes soupçonnées d'implication dans le putsch manqué du 15 juillet en Turquie, selon un décret sur l'état d'urgence paru au Journal officiel. (23 juillet 2016). Le président turc Reccep Tayyip Erdogan s'adresse à des députés au Parlement d'Ankara. La purge se poursuit dans les services de sécurité. (Vendredi 22 juillet 2016) Le Premier ministre turc Binali Yildirim s'est rendu sur différents lieux bombardés par les mutins dans la nuit du 15 au 16 juillet. (Vendredi 22 juillet 2016) Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan pourrait lancer des poursuites contre des sympathisants de Fethullah Gülen établis en Suisse, a déclaré son embassadeur ad intérim. (Vendredi 22 juillet 2016) Malgré l'état d'urgence, le régime turc autorise les partisans d'Erdogan à manifester presque tous les soirs. (Jeudi 21 juillet) Le président turc Erdogan a annoncé l'état d'urgence pour trois mois et intensifie sa purge au sein de l'armée et de la fonction publique. (jeudi 21 juillet 2016) Le Conseil de l'enseignement supérieur a interdit jusqu'à nouvel ordre toutes les missions à l'étranger pour les universitaires. (Mercredi 20 juillet 2016) Un jeune homme manifeste en soutien au président Erdogan à Istanbul. (Mardi 19 juillet 2016) Une photo de Fethullah Gülen piétinée par un partisan d'Erdogan à Istanbul. L'opposant au régime du président turc Recep Tayyip Erdogan, a assuré n'avoir «pas d'inquiétude» quant à son éventuelle extradition, réclamée par les autorités turques. (Lundi 18 juillet 2016) «Nous appelons le gouvernement de Turquie à respecter les institutions démocratiques de la nation et l'Etat de droit», a martelé le secrétaire d'État américain, John Kerry, lors d'une conférence de presse avec la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini (à droite). La télévision CNN a publié sur Twitter cette photo de prisonniers détenus quasiment nus par le gouvernement turc. Des membres de la police spéciale turque patrouillaient dans les rues d'Istanbul lundi. (18 juillet 2016) Les manifestations de soutien au président Erdogan mobilisent les foules. Pendant ce temps-là, les arrestations continuent. (lundi 18 juillet 2016) Des milliers de Turcs manifestent en soutien à Erdogan, 48 h après la tentative ratée de coup d'Etat militaire. (Lundi 18 juillet 2016) Recep Tayyip Erdogan a évoqué dimanche un possible rétablissement de la peine capitale en Turquie, abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'adhésion d'Ankara à l'Union européenne. Les opérations de la coalition contre le groupe Etat islamique ont repris dans toutes les bases en Turquie après la réouverture de l'espace aérien turc aux avions militaires. (Dimanche 17 juillet 2016) Recep Tayyip Erdogan a participé aux funérailles de victimes du coup d'état manqué. (Dimanche 17 juillet 2016) Deux des huit officiers turcs qui avaient fui en Grèce. (Dimanche 17 juillet 2016) Des soldats turcs arrêtés à Istanbul. (Samedi 16 juillet 2016) Les sympathisants d'Erdogan réunis samedi soir sur la place Taksim à Istanbul. (Samedi 16 juillet 2016) Le secrétaire d'Etat américain a appelé son homologue turc pour protester contre les allégations selon lesquelles son pays aurait un lien avec la tentative de putsch de vendredi soir. (Samedi 16 juillet 2016) Le département d'Etat américain a déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Turquie. (Samedi 16 juillet 2016) Fethullah Gülen, ici dans sa résidence de Pennsylvanie en mars 2014, a assuré qu'il n'avait rien à voir avec la tentative de putsch en Turquie, et a laissé entendre qu'Erdogan lui-même pouvait être responsable. (Samedi 16 juillet 2016) Le lieutenant général Erdal Ozturk (deuxième à partir de la gauche) a été arrêté pour sa participation présumée à la tentative de coup d'Etat contre le régime du président Recep Tayyip Erdogan. (Samedi 16 juillet 2016) L'aéroport d'Istanbul a rouvert samedi. Il avait été fermé vendredi soir dans la foulée de la tentative de coup d'Etat menée par une partie de l'armée. (Samedi 16 juillet 2016) Suite à la tentative de coup d'Etat en Turquie, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a modifié ses conseils aux voyageurs. Les services du conseiller fédéral Didier Burkhalter ont aussi ouvert une helpline et envoyé une personne supplémentaire à Istanbul. (Samedi 16 juillet 2016) Sur l'aéroport d'Alexandroupolis, l'hélicoptère turc qui a transporté en Grèce les huit militaires putschistes. (Samedi 16 juillet 2016) L'opposant Fethullah Gülen, accusé d'avoir fomenté le putsch contre le régime turc depuis son domicile aux Etats-Unis. (Archives) Un policier turc embrasse un homme sur un tank à Istanbul. (Samedi 16 juillet 2016) La police turque arrête des militaires sur la place Taksim, à Istanbul. (Samedi 16 juillet 2016) Des hommes à un arrêt de bus à Istanbul, tôt samedi matin. (Samedi 16 juillet 2016). La place Taksim à Istanbul désertée après la tentative de putsch. (Samedi 16 juillet 2016). L'intérieur dévasté de la Grande Assemblée nationale de Turquie, à Ankara. (Samedi 16 juillet 2016). Le corps d'un soldat turc lynché par la foule est transporté par des policiers. (Samedi 16 juillet 2016) La tentative de putsch militaire qui a secoué la Turquie dans la nuit de vendredi à samedi a été mise en échec, a annoncé le général Ümit Dündar, chef de l'armée turque par intérim, indiquant que 104 putschistes avaient été abattus. (Samedi 16 juillet 2016) Au moins 90 personnes ont été tuées et plus de 1150 blessées au cours de la tentative de putsch militaire menée dans la nuit en Turquie, a rapporté samedi l'agence progouvernementale Anadolu. (Samedi 16 juillet 2016) Le chef de l'armée turque, le général Hulusi Akar, a été libéré des putschistes et conduit dans un lieu sûr. (Samedi 16 juillet 2016) Accueilli à l'aéroport d'Istanbul en provenance de Marmaris (ouest) par une foule compacte de sympathisants, M. Erdogan a adopté une attitude de défi, prédisant l'échec de la rébellion et assurant qu'il continuerait à assumer ses fonctions «jusqu'à la fin». (Samedi 16 juillet 2016) Une unité de l'armée turque composée de près de 60 soldats rebelles, qui avaient investi dans la nuit l'un des ponts suspendus enjambant le Bosphore à Istanbul, s'est rendue samedi matin aux forces de sécurité, en direct à la télévision. Les putschistes avaient bouclé plusieurs sites. (16 juillet 2016) Un véhicule blindé de la police disperse des forces armées antii-gouvernement sur le pont du Bosphore à Istanbul. (16 juillet 2016) A l'aube, des F-16 ont pilonné des chars rebelles qui étaient placés autour du palais présidentiel. Ici, un cordon de policiers autour d'un véhicule militaire à Ankara. (16 juillet 2016) La plus grande confusion a régné en Turquie pendant toute la nuit, en particulier dans les villes d'Istanbul et la capital Ankara. Ici, des soldats rendent leurs armes, face à des policiers, à Istanbul. (15 juillet 2016) Des gens se protègent, près d'un pont à Istanbul. La tentative de putsch a fait, dans la nuit, au moins 150 morts selon l'agence américaine AP. (16 juillet 2016) Une grande foule s'est rassemblée près de l'aéroport Atatürk où le président a atterri, vers 2h45 du matin (heure suisse). (16 juillet 2016) Des partisans de Recep Tayyip Erdogan s'en sont pris à un tank de l'armée, à Ankara. (Image - 16 juillet 2016) Malgré les protestations de partisans du gouvernement, des tanks tentaient de prendre position dans Ankara, à l'aube de samedi. Dans la nuit, les médias ont annoncé qu'ils avaient tiré sur le parlement, lequel a aussi été bombardé depuis les airs. (Image - 15 juillet 2016) Des tanks de militaire putschistes tentaient de se positionner, à Ankara. Dans la capitale ont également été entendus des tirs et des explosions. (Image - 15 juillet 2016) Un couple de partisans d'Erdogan prend un selfie en marge d'un rassemblement de soutien au président, sur la célèbre place Taksim, à Istanbul, dans la nuit de vendredi à samedi. (15 juillet 2016) Des partisans d'Erdogan se sont rassemblés sur la célèbre place Taksim, à Istanbul, dans la nuit de vendredi à samedi. (15 juillet 2016) Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, dénonce à la télévision un «soulèvement d'un minorité au sein de l'armée». Ici, un militaire près de la célèbre place Taksim, à Istanbul. (15 juillet 2016) Des journalistes à Istanbul ont vu des hélicoptères survoler la plus grande ville de Turquie et la chaîne turque NTV a déclaré que les deux ponts sur le Bosphore séparant les rives asiatique et européenne de la métropole avaient été fermés à la circulation automobile. (Vendredi 15 juillet 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous envisageons de créer un organe de presse en dehors de la Turquie, mais à destination de la Turquie», a indiqué Can Dündar mardi soir. Il s'exprimait en marge de la cérémonie de remise du 25e Prix RSF-TV5 Monde pour la liberté de la presse à Strasbourg (France).

«Il y a des centaines de journalistes turcs qui se retrouvent sans emploi à la suite de la répression récente. Ensemble, nous pouvons faire quelque chose pour montrer au gouvernement qu'il ne peut pas empêcher les journalistes de donner des informations», a ajouté l'ex-rédacteur en chef du quotidien Cumhuriyet, une des bêtes noires du président Recep Tayyip Erdogan.

Accusé d'avoir divulgué des «secrets d'Etat» en Turquie pour avoir publié un article sur la livraison d'armes par les services secrets turcs à des rebelles islamistes en Syrie, il a été condamné en mai à cinq ans et dix mois de prison.

Le journaliste se trouve également sous la menace d'une condamnation pour des liens présumés avec l'organisation de l'ex-prédicateur Fethullah Gülen. Celui-ci est accusé par les autorités turques d'être le cerveau de la tentative de coup d'Etat de juillet.

Plus grande prison de journalistes

Victime d'une tentative d'assassinat, Can Dündar a quitté la Turquie pour l'Allemagne, expliquant qu'il ne pouvait pas faire confiance au pouvoir judiciaire de son pays. A Strasbourg, il a à nouveau dénoncé la situation dans son pays, devenu «la plus grande prison de journalistes au monde», et l'inertie des dirigeants européens face aux purges menées par les autorités.

«Dans les mois prochains, en Turquie, il y aura plus de violence et c'est dans ce contexte qu'Erdogan convoquera un référendum, puis des élections anticipées», a-t-il estimé.

Depuis la tentative avortée de putsch, les autorités turques ont lancé de très importantes purges contre les médias d'opposition. Le 5 novembre, neuf responsables et journalistes du journal Cumhuriyet ont été placés en détention en Turquie.

Citoyen d'honneur de Paris

Mardi s'est également ouvert à Istanbul le procès du représentant de Reporters sans frontières en Turquie, Erol Önderoglu, et de deux autres militants. Ils sont accusés de «propagande terroriste» pour avoir participé à une campagne de solidarité avec un quotidien pro-kurde.

«Aujourd'hui, que reste-t-il de libre en Turquie? Presque rien. C'est l'histoire de la chute d'un pays vers le despotisme», s'est indigné le secrétaire général de Reporters sans Frontières, Christophe Deloire. Plus tôt dans la journée, Can Dündar avait été fait citoyen d'honneur de la Ville de Paris.

(nxp/ats)