Attentat de Moscou

04 février 2011 14:37; Act: 04.02.2011 14:44 Print

Le kamikaze avait 20 ans

L'auteur de l'attentat suicide qui a fait 36 morts le 24 janvier à l'aéroport de Moscou était un garçon de 20 ans, étudiant comptable et fils d'une institutrice et d'un chauffeur d'autobus.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le jeune homme, Magomed Evloev, habitait le village d'Ali-Iourt, dans la petite république instable d'Ingouchie, voisine de la Tchétchénie, a révélé l'agence Interfax, citant une source au sein des forces de l'ordre.

«Il avait quitté le village il y a peu, en disant qu'il partait pour un emploi saisonnier», a confirmé à l'agence le maire de la localité, Idris Ganichev.

L'antenne locale du FSB (service fédéral de sécurité), le ministère de l'Intérieur et le comité d'enquête, contactés par l'AFP, se sont refusés à tout commentaire.

Le quotidien populaire Tvoï Dien publiait vendredi une enquête, juxtaposant dans ses pages une photo datant de 2005 montrant un garçon brun à l'air juvénile, et celle, fournie par les forces de l'ordre, de la tête arrachée du kamikaze, retrouvée sur les lieux de l'attentat.

Le journal publiait également des photos d'une maison de brique rouge, celle des Evloev, de l'école du village où il a effectué sa scolarité, et le fac-similé d'un bulletin scolaire.

«C'était un élève comme les autres», a raconté l'institutrice du village au journal.

Après des études inachevées de comptabilité, Magomed est parti pour le service militaire en novembre 2009, affecté dans une garnison de Vladivostok (Extrême-Orient), mais est revenu au bout de trois mois, expliquant à ses parents, Magomed, chauffeur d'autobus à la retraite, 73 ans, et Roza, 54 ans, institutrice, qu'il avait été réformé pour raison de santé.

«Depuis, il n'avait ni travail ni études, il restait pour l'essentiel à la maison. Il était discret, ne faisait pas de bruit, pas une infraction», a raconté à Tvoï Dien le policier du village.

Peu après l'explosion au terminal d'arrivée des vols d'internationaux de Moscou-Domodedovo, la famille, qui compte également trois filles et un fils cadet, a quitté le village après avoir reçu la visite de membres du FSB, selon le journal.

(afp)