France

09 juillet 2014 11:40; Act: 09.07.2014 11:50 Print

Le laboratoire Marette cesse ses activités

Le laboratoire normand Marette, mis en cause dans le décès de trois bébés à l'hôpital de Chambéry fin 2013, ferme ses portes pour des raisons économiques.

Sur ce sujet
Une faute?

«En aucun cas, ce n'est une fermeture parce que l'on se sent responsables: le jour de la fabrication des poches alimentaires au laboratoire tous les voyants étaient au vert; c'est juste un problème économique», a expliqué le patron Jean-Luc Marette. «On ne fonctionne avec l'ensemble des hôpitaux qu'avec appel d'offre», et pendant six mois le laboratoire, dont l'activité est gelée, n'a pu y répondre, explique-t-il.

«C'est la seule raison» de cette fermeture, assure le responsable du laboratoire, qui précise aussi que même en répondant aujourd'hui à des appels d'offre, le laboratoire, qui auparavant fournissait une vingtaine d'hôpitaux, ne pourrait avoir de nouvelles commandes avant deux ou trois ans. En conséquence «l'activité du laboratoire cesse définitivement», a-t-il confirmé.

Concernant les huit salariés, qui travaillent pour certains au laboratoire depuis sa création il y a 25 ans, «on leur cherche du travail», a dit Jean-Luc Marette. Il a promis de continuer à les payer, «quitte à prendre ça sur mes deniers personnels», jusqu'à ce qu'ils aient retrouvé un emploi.

«Accident de production isolé»

Le 4 janvier, l'activité a été suspendue et cette suspension a été prolongée de six mois en avril par décision de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). M. Marette rappelle que des scellés ont été posés sur les outils de production de l'entreprise dans le cadre de l'enquête sur la mort des nourrissons de Chambéry.

Depuis le début de l'enquête sur la mort des nourrissons fin 2013, le laboratoire n'a jamais été mis en cause (témoin assisté ou mise en examen) par la justice, même si les autorités sanitaires avaient, elles, retenu en janvier l'hypothèse d'un «accident de production isolé» au laboratoire Marette pour expliquer les décès des bébés, mais jusqu'alors sans qu'aucune preuve ne soit rendue publique.

(ats)