Paris

29 novembre 2015 15:31; Act: 29.11.2015 19:33 Print

Le mémorial aux victimes des attentats saccagé

Des heurts se sont produits en marge d'une manifestation en faveur du climat, dimanche à Paris, à la veille de l'ouverture de la COP21. Plus de 200 personnes ont été interpellées.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les policiers français ont procédé dimanche à «208 interpellations» à Paris lors de heurts entre forces de l'ordre et manifestants opposés à la conférence sur le climat COP21, a annoncé en soirée le ministre de l'Intérieur.

«Ce sont des petits groupes violents qui s'en sont pris aux forces de l'ordre avec des projectiles» comme des «bougies, voire une boule de pétanque», a indiqué le préfet de police de la capitale, Michel Cadot, précisant que personne parmi les manifestants ou les policiers n'avait été blessé.

Gaz lacrymogènes

Des échauffourées ont éclaté dimanche entre des manifestants, pour certains le visage masqué et jetant des projectiles, et les forces de l'ordre qui ont répondu par des jets de gaz lacrymogènes sur la place de la République à Paris. Plusieurs dizaines de manifestants encagoulés et vêtus de noir ont jeté des bouteilles en verre contre les CRS qui avaient bloqué les accès à la place et qui ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes. Les CRS les ont repoussés au moins à deux reprises avant de reprendre position.

«Manifestation interdite à République, des éléments violents s'en prennent aux forces de l'ordre», a affirmé sur Twitter la préfecture de police de Paris. Des militants pacifiques, brandissant un drapeau arc-en-ciel, ont demandé de cesser de jeter des projectiles. «Choisis ton camp», leur a répondu un Black Bloc. «Toi tu manifestes comme t'en as envie, moi je manifeste comme ça», a affirmé un autre manifestant, hué alors qu'il cassait une poubelle.



D'autres militants pacifiques ont formé une chaîne humaine autour de la statue au centre de la place, devenue un mémorial improvisé après les attentats, pour éviter que les éléments radicaux ne se servent des bougies et autres objets déposés en hommage aux victimes comme des projectiles. Des bougies et des fleurs jonchaient par ailleurs le sol un peu plus loin.

Plusieurs centaines de manifestants, bravant l'interdiction décrétée dans le cadre de l'état d'urgence après les attentats du 13 novembre, s'étaient rassemblés à partir de midi sur la place à l'appel de groupuscules se disant «Anticop21».

Place bouclée

En début d'après-midi, une partie d'entre eux, le visage masqué par un foulard ou une capuche, se sont brièvement engouffrés sur l'avenue de la République, clamant «Etat d'urgence, Etat policier. On nous enlèvera pas le droit de manifester».

Certains ont alors jeté des chaussures ou encore des bouteilles sur les CRS déployés en masse. D'autres ont jeté une barrière sur les policiers qui ont riposté, d'abord à coups de gaz lacrymogène, puis ont chargé les manifestants qui ont ensuite reflué vers la place de la République.

La place, recouverte dans la matinée de milliers de chaussures pour symboliser la marche sur le climat annulée après les attentats, a ensuite été bouclée par les forces de l'ordre, chaque entrée étant soigneusement filtrée pour laisser partir les passants et personnes qui s'étaient plus tôt rassemblées dans le calme pour une chaîne humaine formée à proximité. La circulation automobile a été coupée.

«Pas le bon message»

Vers 15 heures, la police a utilisé à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes contre les militants cagoulés, tandis que les militants pacifiques quittaient les lieux.

«Cette situation énerve tout le monde. Je suis choqué que l'état d'urgence soit utilisé contre des militants», expliquait, Mathieu, 43 ans, ingénieur dans une ONG, arguant de la nécessité d'une «pression citoyenne pour qu'il y ait un accord qui ne soit pas en-deçà des besoins».

Présent sur la place, Julien Bayou, porte-parole d'EELV, a dit être «là pour surveiller et témoigner s'il y a des provocations», notamment de la police. «Ils sont 80 énervés, cagoulés, habillés en noir. Ils sont chauffés parce que la manifestation est interdite. Si elle avait été autorisée, ils auraient été 40. Ça donne une image catastrophique de ce rassemblement qui est à la base un rassemblement pacifique», a-t-il affirmé à une journaliste.

«C'était une manif pour le climat, ça devient une manif contre la police. Quand tu es violent, personne ne voudra rejoindre ton combat. Ce n'est pas le bon message», regrettait Fanja, une jeune Allemande membre d'une ONG.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marcValais le 29.11.2015 17:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fin de trêve

    15 jours après le recueillement et les discours d'amitié de solidarité de tous unis.....on recommence le quotidien des réalités de la casse des manifestations des cagoules et de la démolition de nos acquis

  • Gawitsch le 29.11.2015 17:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Violences pour le climat ?

    Projectiles de tous genres jetés contre les forces de l'ordre, dans le but de manifester pour la protection du climat. On va où ? Tout ce petit monde devrait réfléchir à notre avenir et celui de nos enfants. Violences totalement déplacées.

  • Dacroz le 29.11.2015 17:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Belle mentalité

    Donc ces mêmes personnes qui ont félicités les policiers leurs jettent maintenant des pierres?? Bah bravo...

Les derniers commentaires

  • m.bro le 04.12.2015 19:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mensonges! Bravo

    Votre article est vraiment ridicule car on vois des centaines de personne se faire blesser et tabasser par les CRS.. Je trouve vraiment honteux votre article.. Vous relayez tellement mal les infos que j'en suis choquée voir meme outrée .. Sur tout qu'il y a des centaines de vidéo montrant les viollances des CRS sur internet vis à vis des manifestant assis par terre!

  • Lou Kolly le 30.11.2015 14:35 Report dénoncer ce commentaire

    tolérance zéro

    Tolérance zéro, que l'on enferme tous les casseurs et les violent. Un peu de paix en ce monde. Ceux qui ne veulent pas respecter leur prochain, qu'on les mette hors de nuire! Dans ce sens vivement la prolongation de l'état d'urgence.

  • ValActu le 30.11.2015 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Saccagé par les gentils CRS plutôt

    Après on parle de les respecter ... Ouvrez vos yeux, c'est pas tf1 qui va vous montrer ça https://

  • ric67 le 30.11.2015 07:27 Report dénoncer ce commentaire

    Elle est belle l'extrême gauche !

    Encore une fois le vrai visage de cette extrême gauche sectaire et violente qui donne des l4eçons à tout le monde alors qu'elle est incapable de ses les appliquer à elle-même. Tous ces black-bloc et autres collectifs à la mords-moi-le noeud doivent être dissout par l'Etat et leur membres inculpés et incarcérés pour atteinte à la sécurité de l'Etat

    • Un Suisse le 30.11.2015 09:57 Report dénoncer ce commentaire

      Exact !

      Très juste ! L'extrême gauche aussi violente que l'extrême droite ! A chaque fois ce sont eux qui vandalisent tout, mais on va où ?

    • Romain le 01.12.2015 10:39 Report dénoncer ce commentaire

      Où est la violence ?

      Quelle est la plus grande violence entre 10 clampins qui lancent des chaussures face à des centaines de CRS armés et protégés par des armures et des boucliers qui séquestrent des citoyens sur une place et les bombarde de gaz pour les empêcher d'exercer un droit constitutionnel ?

  • Gwen le 30.11.2015 07:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pris pour des cons

    Après synthèse de vos commentaires, ce qui me fait le plus rire c'est que personne ne pense au fait que les gouvernements ont déjà toutes les technologies en main pour polluer moins. Mais ces technologies ne sont pas taxables et donc rapporteront moins à l'Etat. L'intérêt premier des États c'est le fric!! Alors cette réunion cop21 est une grande arnaque pour moi.