Russie

17 août 2012 10:05; Act: 17.08.2012 11:19 Print

Le monde attend le jugement des Pussy Riot

Les trois jeunes femmes du groupe de punk rock russe Pussy Riot connaîtront leur jugement pour leur «prière» anti-Poutine aujourd'hui, journée mondiale de soutien pour leur libération.

Voir le diaporama en grand »
18.01 Deux jeunes femmes du groupe contestataire russe Pussy Riot ont indiqué samedi à Singapour qu'un tribunal de Moscou devait réexaminer leur condamnation le 24 janvier prochain. Elles ont réaffirmé qu'elles allaient poursuivre leur combat en faveur des droits de l'homme. 24.12.13 Un jour après leur libération, les deux jeunes femmes du groupe Pussy Riot se sont retrouvées mardi à Krasnoïarsk, en Sibérie orientale. 24.12.13 A l'aéroport, les deux jeunes femmes se sont prises dans les bras, puis elles ont commencé à marcher main dans la main, a constaté un journaliste de l'AFP. 24.12.13 «Elles vont étudier le projet de défense des droits de l'homme dont elles avaient parlé la veille après leur libération», a déclaré à l'agence Interfax le mari de Nadejda Tolokonnikova, Piotr Verzilov. 24.12.13 Les deux jeunes femmes ont été condamnées en août 2012 pour avoir chanté une prière anti-Poutine dans la cathédrale Saint-Sauveur de Moscou. 23.12.13 La troisième et dernière membre des Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, est libre. Elle peut quitter le camp de prisonniers de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale, dans lequel elle était détenue. 23.12.13 C'est Noël avant l'heure en Russie. Quelques jours après la libération de l'opposant politique Mikhaïl Khodorkovski, une des membres du groupe contestataire a retrouvé la liberté lundi matin. Maria Alekhina a été remise en liberté lundi après avoir été amnistiée. Elle a dénoncé comme «une opération de communication» du Kremlin la loi d'amnistie qui a permis sa libération lundi du camp russe où elle purgeait sa peine. «Si j'avais eu le choix, j'aurais refusé», a-t-elle ajouté. «C'est une profanation», a-t-elle également estimé, dénonçant une loi qui ne concerne «même pas 10%» des détenus. 10.12.13 La Russie pourrait accorder l'amnistie en fin d'année à divers condamnés du pays. Les Pussy Riot seraient concernées tout comme les 30 activistes de Greenpeace. 12.11 Nadejda Tolokonnikova, l'une des deux jeunes femmes emprisonnées du groupe contestataire russe Pussy Riot est en cours de transfert vers un camp en Sibérie à plus de 400 km de Moscou. 24.09 Une Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, a été placée mardi en cellule d'isolement après avoir entamé, la veille, une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention. 23.09 Nadejda Tolokonnikova, l'une des membres emprisonnées du groupe contestataire russe Pussy Riot, a entamé lundi une grève de la faim Elle se dit menacée de mort après avoir dénoncé des conditions «proches de l'esclavage» dans son camp de travail. 06.08 Un prêtre orthodoxe, qui a soutenu la cause des Pussy Riot, a été assassiné. 01.06 Une des deux jeunes femmes emprisonnées du groupe contestataire russe Pussy Riot, Maria Alekhina, a mis fin à sa grève de la faim entamée il y a onze jours. 26.04 Nadejda Tolokonnikova a demandé vendredi sa libération conditionnelle. La jeune femme de 23 ans a déjà purgé la moitié de sa peine. 26.02 Les deux femmes du groupe contestataire russe Pussy Riot qui purgent une peine de deux ans de camp pour une «prière punk» contre Vladimir Poutine pourraient être libérées par anticipation avant 2014, estime Ekaterina Samoutsevitch, coaccusée, mais remise en liberté. 23.01.13 Depuis sa prison, Maria Alekhina a été très critique sur ses conditions de détention. 02.11.12 Selon Medvedev, les deux membres des Pussy Riot ont déjà passé trop de temps en prison. Nadejda Tolokonnikova a signé en prison une lettre désavouant son propre compagnon, qui l'avait soutenue dans les médias depuis son arrestation 10.10 La justice russe a libéré une des membres des Pussy Riot, Ekaterina Samoutsevitch, et confirmé la peine pour les deux autres jeunes femmes qui avaient chanté en février une prière anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou. Le 1er octobre, Ekaterina Samoutsevitch avait cependant révoqué son avocat en arguant de «désaccords». La nouvelle avocate de Mme Samoutsevitch, Irina Khrounova, a affirmé mercredi que sa cliente n'avait pas participé à la «prière» devant l'autel dans la mesure où elle avait été interpellée 15 secondes après être entrée dans la cathédrale. «Le tribunal a jugé que les circonstances qui avaient été exposées permettaient de condamner Samoutsevitch à une peine avec sursis et mise à l'épreuve de 2 ans.» Les trois jeunes femmes se sont congratulées dans leur cage en verre, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina félicitant apparemment leur amie pour sa libération. 04.10 Près de 80% des Russes approuvent la peine de deux ans de détention infligée par la justice russe contre les Pussy Riot, coupable d'avoir fait une prière punk anti-Poutine dans une cathédrale. 01.10 Une manifestation de soutien aux Pussy Riot a eu lieu à Berne. 01.10 Le procès devant le tribunal municipal de Moscou a été reporté au 10 octobre à la demande d'une des accusées qui a annoncé avoir rompu avec ses avocats et se trouver sans défenseur. 01.10 Amnesty France a déployé lundi matin en face de la tour Eiffel, à Paris, un ballon encagoulé pour soutenir les trois femmes des Pussy Riot. 01.10 La justice va examiner à partir de lundi l'appel des trois chanteuses des Pussy Riot, condamnées le 17 août à deux ans de camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse». 12.09 Dmitri Medvedev souhaite la libération des trois membres des Pussy Riot. 06.09 Mireille Mathieu avait dénoncé un sacrilège, mais le journaliste russe a coupé sa demande d'indulgence. 31.08 Le meurtrier présumé de deux femmes, qui avait écrit en lettres de sang «Free Pussy Riot» sur le lieu du crime, a été arrêté en Russie, sans lien avec les chanteuses condamnées. 30.08 Deux cadavres de femmes ont été retrouvés dans un appartement en Russie accompagnées du message «Libérez les Pussy Riot», inscrit «probablement» avec du sang sur un mur. 27.08 Les membres du groupe de punk rock russe ont fait appel lundi de leur condamnation à deux ans de camp pour une «prière» contre Vladimir Poutine dans une cathédrale. 22.08.2012 Les membres du groupe de rock américain Kiss ont apporté leur soutien aux chanteuses russes de Pussy Riot condamnées à deux ans de camp en Russie, même s'ils n'apprécient guère leur musique. 21.08.2012 Le site internet du tribunal qui a condamné les membres du groupe Pussy Riot pour une «prière-punk» contre Vladimir Poutine a été victime d'une cyberattaque pendant quelques heures. 20.08.2012 L'opposant et roi des échecs Garry Kasparov a annoncé être convoqué par la police. Il est accusé d'avoir mordu un policier au cours d'une manifestation de soutien aux Pussy Riot. La condamnation à deux ans de camp des trois membres du groupe punk russe est sous le feu des critiques un peu partout dans le monde. A Prague A Berlin New York New York Des manifestants ont décoré les soldats du monument de l'Armée Rouge à Sofia en soutien au groupe punk russe Pussy Riot, le 17 août 2012. Ici à Toronto A St Petersbourg A Moscou A Varsovie Toujours à Varsovie Les membres du groupe arrivent au tribunal à Moscou le jour du verdict. Le 17 août, une activiste du mouvement Femen tronçonne une croix orthodoxe près de Kiev en soutien au groupe Punk emprisonné. Ici des activiste d''Amnesty manifestent devant l'ambassade russe à Londres. Des élans de soutien ont lieu dans le monde entier, comme ici à Madrid Protestation pour la libération des Pussy Riot devant la mosquée centrale à Saint-Pétersbourg en Russie. Londres Londres Moscou Moscou Le FEMEN se sont montrées pour soutenir le groupe punk devant le consulat de Sao Paulo au Brésil. Sao Paulo Edinbourg en Ecosse Encore de supportrices des Pussy Riot mais à Londres cette fois. Madonna montre son soutien aux Pussy Riot lors de de son concert à Moscou Nadezhda Tolokonnikova membre des Pussy Riot Yekaterina Samutsevich membre des Pussy Riot Maria Alekhina membre des Pussy Riot Le groupe au complet Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 29 ans, et Maria Alekhina, 24 ans sont accusées d'avoir insulté et infligé des blessures morales profondes à des chrétiens orthodoxes. Les trois jeunes femmes encourent sept ans de prison pour «hooliganisme». Le tribunal a ordonné vendredi leur maintien en détention jusqu'en janvier 2013. Le patriarcat de Moscou a adopté une position extrêmement ferme à l'égard de cette affaire. Mais de nombreuses personnalités russes revendiquant elles aussi leur appartenance à la communauté orthodoxe ont pris la défense des trois prévenues. Fin juin, plus de 100 artistes russes de premier plan ont publié une lettre ouverte dans laquelle ils appelaient à la libération des trois prévenues, estimant que de telles poursuites «discréditaient le système judiciaire russe». «Nous ne pouvons pas obtenir un procès objectif et impartial. On ne nous permet pas de présenter les preuves de l'innocence de nos clientes», a déclaré l'un des avocats des filles, Mark Feïguin, aux journalistes présents au tribunal. En juin, la réalisatrice russe Olga Darfy s'est masquée en soutien aux trois femmes lors du festival du film de Moscou. Le chanteur des Red Hot, Anthony Kiedis, sest produit deux fois en Russie arborant un Tshirt de soutien au groupe punk. L'artiste Pyotr Pavlensky s'est cousu les lèvres en signe de protestation. Deux sympathisants des Pussy Riot ont été interpellés aux abords du tribunal Khamonvitcheski, où une douzaine de sympathisants s'étaient réunis pour témoigner de leur soutien aux prévenues.

Sur ce sujet
Une faute?

Des rassemblements en faveur des Pussy Riot auront lieu en Russie et dans de nombreuses villes à l'étranger, de Varsovie à Sydney, en passant par Paris et New York.

Dans la capitale russe, à 11H00 GMT, la présidente du tribunal Khamovnitcheski doit entamer la lecture du jugement de Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, qui comparaissent depuis fin juillet et sont en détention provisoire depuis cinq mois.

Les prévenues doivent répondre de «hooliganisme» et d'«incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine» du pouvoir.

Le procureur a requis trois ans de camp contre chacune d'elles, expliquant avoir tenu compte de leur casier judiciaire vierge et du fait que deux de ces femmes avaient des enfants en bas âge. La peine maximale est de sept ans de camp.

Les avocats de la défense ont plaidé la relaxe

L'affaire a pris une dimension internationale et les trois femmes ont reçu ces dernières semaines de nombreuses marques de soutien du monde entier.

Jeudi, l'ex-membre des Beatles Paul McCartney a assuré que «lui-même et beaucoup d'autres qui croient à la liberté d'expression feront tout ce qui est en leur pouvoir pour (les) soutenir, (elles) et l'idée de liberté artistique».

D'autres artistes, comme Madonna, Sting et Yoko Ono, la veuve de John Lennon, avaient auparavant déjà exprimé leur solidarité.

En Russie, l'affaire a profondément divisé la société, de nombreux prêtres et fidèles dénonçant la profanation de la cathédrale et une attaque en règle contre l'Eglise. Mais d'autres, y compris au sein de l'Eglise, ont jugé les poursuites à leur encontre et leur maintien en détention disproportionnés par rapport aux faits qui leur sont reprochés.

Dans ce contexte, la juge chargée du procès, Marina Syrova, a été placée jeudi sous protection de l'Etat à la suite de menaces qui émaneraient de partisans du groupe.

L'écrivain Boris Akounine, le blogueur pourfendeur de la corruption Alexeï Navalny et le leader du Front de Gauche Sergueï Oudaltsov, tous des figures de la contestation du régime du président russe, Vladimir Poutine, ont indiqué qu'ils se rendraient au tribunal en signe de soutien.

Des opposants aux Pussy Riot devraient également se rassembler près du tribunal.

Le jugement intervient la semaine même où l'ex-agent du KGB a franchi le cap des cent jours depuis son retour au Kremlin pour un troisième mandat présidentiel, une période au cours de laquelle il a renforcé le contrôle de la société civile pour répondre à un mouvement de protestation inédit à son encontre.

Selon un sondage de l'institut Levada, cité vendredi par le quotidien «Vedomosti», la cote de popularité de M. Poutine est au plus bas depuis son arrivée à la tête de la Russie, en 2000, avec seulement 48% de personnes satisfaites contre 25% d'insatisfaites. En mai dernier, une enquête d'opinion faisait état de 60% de satisfaits et de 21% d'insatisfaits.

Face à la résonance de l'affaire des Pussy Riot, le chef de l'Etat a semblé plaider début août en faveur d'une certaine indulgence, estimant que les jeunes femmes ne devaient pas être jugées «trop sévèrement».

Dans une interview publiée vendredi par le journal «Novaïa Gazeta», une des prévenues, Ekaterina Samoutsevitch, a estimé que l'issue du procès ne dépendrait pas du «principe de justice», mais de «la crainte de Poutine devant les possibles conséquences (négatives) pour lui à l'automne 2012, où notre incarcération aura une importance particulière».

(afp)