Présidentielle - Serbie

20 mai 2012 21:33; Act: 20.05.2012 22:30 Print

Le nationaliste Nikolic élu président

Le président serbe sortant Boris Tadic a admis dimanche soir sa défaite lors du 2e tour de l'élection présidentielle en Serbie face au candidat nationaliste populiste Tomislav Nikolic.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon des estimations publiées dimanche dans la soirée, Tomislav Nikolic devancerait Boris Tadic d'environ deux points. Il obtiendrait 49,4% des suffrages contre 47,4% à son rival.

Ces résultats encore provisoires portent sur un échantillon représentatif au niveau national pris en compte par le CESID, un organisme indépendant chargé de la surveillance du scrutin.

Peu avant l'annonce de ces résultats, le Parti serbe de Progrès (SNS) de M. Nikolic a clamé que son candidat avait remporté le scrutin. «La Serbie a un nouveau président, Tomislav Nikolic», a déclaré à la presse Aleksandar Vucic, le numéro deux du SNS.

Le vainqueur n'a pas tardé non plus à réagir. La Serbie maintiendra sa voie européenne, a affirmé à la presse M. Nikolic. «Ce scrutin n'a pas porté sur qui conduira la Serbie vers l'UE mais sur qui règlera les problèmes économiques créés par le Parti démocratique» (DS) de son opposant, Boris Tadic, a déclaré M. Nikolic aux médias.

Ce dernier avait déjà perdu par le passé à deux reprises, en 2004 et 2008, le scrutin présidentiel face au même Boris Tadic.

Plus de 6,7 millions d'électeurs ont été appelés aux urnes. Une heure avant la fin du vote, le taux de participation était de 41,5%, sensiblement inférieur à celui enregistré au 1er tour où M. Tadic était arrivé en tête avec 26,7% des voix contre 25,5% à M. Nikolic.


Tadic reconnaît sa défaite


Le président sortant Boris Tadic a admis dimanche soir sa défaite. «Je le félicite pour sa victoire méritée. Je lui souhaite du succès», a commenté M. Tadic à l'adresse de son adversaire.

Boris Tadic, qui était à la tête de l'Etat depuis 2004 et qui était donné favori de ce scrutin, a également appelé lors d'une conférence de presse «toutes les forces politiques à préserver les orientations stratégiques pro-européennes de la Serbie».


Proche de Milosevic


Issu de la mouvance ultra-nationaliste et âgé de 60 ans, Tomislav Nikolic était au gouvernement lorsque l'Otan a bombardé la Serbie en 1999, à l'époque de Slobodan Milosevic, décédé à La Haye avant la fin de son procès pour génocide devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

Depuis sa dernière défaite électorale face à M. Tadic en 2008, il se présentait comme un partisan du rapprochement avec l'UE. M. Nikolic a capitalisé au premier tour sur le mécontentement grandissant de la population frappée par la crise économique.

Durant la campagne, le nouveau président a promis des milliards d'euros d'investissements et s'est engagé à augmenter les impôts pour les riches et redistribuer les revenus aux plus démunis.


Soupçons de fraude


Ce deuxième tour de la présidentielle s'est disputé dans un contexte de tension d'autant plus exacerbée que l'opposition nationaliste a accusé le président sortant de fraude sur environ un demi-million de votes au premier tour.

Mais la commission électorale et les observateurs étrangers chargés de surveiller le scrutin n'ont pas trouvé de preuve à l'appui de ses accusations.

(ats)