Etats-Unis

29 avril 2019 18:52; Act: 29.04.2019 23:36 Print

Le nouvel anti-décrochage du 737 MAX en test

Le nouveau système, modifié après les drames d'Ethiopian et de Lion Air, sera testé en vol cette semaine ou suivante.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le régulateur américain aérien (FAA) va effectuer un essai en vol «cette semaine ou la semaine prochaine» pour tester la mise à jour du système anti-décrochage MCAS équipant les 737 MAX et mis en cause dans les tragédies d'Ethiopian et de Lion Air, a indiqué lundi un porte-parole de Boeing.

«La FAA va ensuite tenir une réunion sur son site de Forth Worth (Texas) le 23 mai avec les autorités de l'aviation civile de plusieurs pays», a ajouté ce porte-parole à des journalistes en marge de l'assemblée générale des actionnaires de Boeing à Chicago. Il a aussi dit que la certification devrait intervenir «juste après» mais qu'il ne pouvait fournir de calendrier.

La flotte des 737 MAX a été clouée au sol mi-mars à travers le globe après un accident d'un appareil de ce type exploité par Ethiopian Airlines ayant fait 157 morts. Comme dans le drame de Lion Air le 29 octobre (189 morts), les premières conclusions de l'enquête ont conclu à des dysfonctionnements du MCAS.

Boeing, qui estime à 1 milliard de dollars le premier coût de cette immobilisation, travaille depuis à des changements du MCAS pour obtenir la levée de l'interdiction de vol, qui pourrait intervenir en juillet selon une source proche du dossier.

Pas de défaut de conception

La semaine dernière, un porte-parole de la FAA avait déclaré que le régulateur avait invité ses homologues de plusieurs pays à une réunion le 23 mai à Washington, la capitale fédérale, pour discuter des changements apportés au MCAS.

«Nous n'avons annoncé ni la date ni le moment précis» où s'effectuera le test, a déclaré lundi à l'AFP le même porte-parole, sans pour autant dire si Boeing avait déjà transmis à l'agence le correctif.

Le PDG de l'avionneur a lui une nouvelle fois écarté lundi un défaut de conception du MCAS ou une précipitation pour le faire certifier malgré les témoignages de salariés et des conclusions des enquêteurs.

«Comme dans la plupart des accidents, il y a une chaîne d'événements qui se sont déroulés. Ce n'est pas correct de les attribuer à un seul événement», a affirmé M. Muilenburg à des journalistes.

(nxp/afp)