Religion

01 août 2016 01:57; Act: 01.08.2016 09:34 Print

Le pape refuse d'associer islam et terrorisme

«Je ne pense pas qu'il soit juste d'associer islam et violences», a dit le pape à son retour de Pologne.

Voir le diaporama en grand »
Le pape François, dans l'avion qui le ramenait de Pologne, a refusé l'amalgame entre islam et terrorisme. (Dimanche 31 juillet 2016) Une foule nombreuse a accueilli le pape François pour la dernière journée de JMJ. Selon les organisateurs, ces journées ont réuni entre 2,5 et 3 millions de personnes au total. (31 juillet 2016) Un des campements des jeunes pèlerins, à l'aube. (31 juillet 2016) Le pape François a mis en garde samedi soir les jeunes contre le risque de confondre «le divan et le bonheur». (Samedi 30 juillet 2016) Le pape s'est adressé en soirée aux jeunes participants des Journées mondiales de la jeunesse. (Vendredi 29 juillet 2016) La pape prie une main posée sur le Mur de la mort, où les Allemands nazis avaient exécuté des milliers de prisonniers d'une balle dans la tête. (Vendredi 29 juillet 2016) La pape a pris une voiture électrique pour arriver à proximité du Mur de la mort, où les Allemands nazis avaient exécuté des milliers de prisonniers d'une balle dans la tête. (Vendredi 29 juillet 2016) Le pape François a traversé à pied, seul et en silence, le célèbre portail orné des mots «Arbeit macht frei» (Le travail rend libre). (Vendredi 29 juillet 2016) Le pape François est arrivé vendredi matin au camp nazi allemand d'Auschwitz, près de Cracovie. Ayant à peine franchi l'entrée, il s'est assis sur un banc et s'est plongé dans une prière silencieuse, la tête penchée, les yeux parfois fermés, pendant plus de dix minutes. (Vendredi 29 juillet 2016) C'est la 3e visite d'un pape dans le camp de concentration d'Auschwitz. (Vendredi 29 juillet 2016) Le pape François est arrivé vendredi matin au camp nazi allemand d'Auschwitz, près de Cracovie. (Vendredi 29 juillet 2016) Le pape François a appelé les jeunes présents à Cracovie à se rebeller pour un monde meilleur. (Jeudi 28 juillet 2016) Le pape François est tombé, apparemment après avoir raté une marche, jeudi à Czestochowa, dans le sud de la Pologne, mais il s'est relevé aussitôt et «va bien», a assuré le porte-parole du Vatican. (28 juillet 2016) Le pape François est tombé, apparemment après avoir raté une marche, jeudi à Czestochowa, dans le sud de la Pologne, mais il s'est relevé aussitôt et «va bien», a assuré le porte-parole du Vatican. (28 juillet 2016) Le pape François est tombé, apparemment après avoir raté une marche, jeudi à Czestochowa, dans le sud de la Pologne, mais il s'est relevé aussitôt et «va bien», a assuré le porte-parole du Vatican. (28 juillet 2016) Plusieurs centaines de fidèles ont accueilli jeudi matin François au sanctuaire marial de Jasna Gora à Czestochowa, le jeudi 28 juillet 2016. A bord de sa papomobile, le souverain pontife s'est offert son premier grand bain de foule le jeudi 28 juillet 2016. La foule en liesse. (Jeudi 28 juillet 2016) Le pape François a prié devant une icône de la madone noire, attribuée, selon la légende, à Saint Luc, particulièrement vénérée en Pologne et réputée miraculeuse. (Jeudi 28 juillet 2016) Le pape François a appelé à aider «ceux qui fuient la guerre et la faim» lors de sa venue à Cracovie. (Mercredi 27 juillet 2016) L'avion papal qui a décollé de l'aéroport Fiumicino à 14h13 doit atterrir vers 16 heures à Cracovie. (Mercredi 27 juillet 2016) La foule de jeunes catholiques enthousiastes qui l'attend apparaît moins importante qu'initialement prévu, selon toute vraisemblance à cause de craintes d'attentat. (Mercredi 27 juillet 2016) Choqué, Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France , a tenu une conférence de presse à Cracovie après l'attaque meurtrière dans une église à Rouen en France. (Mardi 27 juillet 2016) Des milliers de jeunes catholiques du monde entier sont réunis à Cracovie en Pologne pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse. (Mercredi 27 juillet 2016) Une nonne passe devant l'image placée sur la scène principale. (27 juillet 2016) Des croyantes dansent sur la place publique à Cracovie en Pologne lors des Journées mondiales de la jeunesse. (Mercredi 27 juillet 2016) Le pape François est la star des Journées mondiales de la jeunesse. Il est arrivé à Cracovie mercredi 27 juillet. Des jeunes françaises qui ne craignent pas la pluie lors des Journées Mondiales de la Jeunesse. (Mercredi 27 juillet 2016) Des confessionnaux improvisés installés dans le cadre des Journées Mondiales de la Jeunesse. (Mercredi 27 juillet 2016) Des jeunes chrétiens expriment leur joie en dansant lors des Journées Mondiales de la Jeunesse. (Mercredi 27 juillet 2016) Un policier veille à la sécurité des participants. (Mercredi 27 juillet 2016) Des jeunes croyants se recueillent lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en Pologne. (Mercredi 27 juillet 2016) Une jeune fille prie lors des des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en Pologne. (Mercredi 27 juillet 2016) Les JMJ ouvrent officiellement mardi 26 juillet 2016 et durent jusqu'au 31 juillet à Cracovie. (Lundi 25 juillet 2016) Le pape est attendu mercredi 27 juillet.(Lundi 25 juillet 2016) Portugais et Brésiliens, Nigérians, Français ont chanté et dansé dans les rues décorées de portraits de François et de Jean Paul II, échangé adresses et autographes, en prélude à l'ouverture des Journées Mondiales de la Jeunesse mardi. (Lundi 25 juillet 2016) Le pape François est attendu mercredi.(Lundi 25 juillet 2016) Sur la place principale de Cracovie. (Lundi 25 juillet 2016) Des croyants en provenance de Tanzanie étaient arrivés à Cracovie dès le 25 juillet pour les JMJ. (25 juillet 2016) D'autres viennent d'Autriche (25 juillet 2016) Vue général du campus Misericodiae qui accueillera les pèlerins pour les événements religieux. (25 juillet 2016) Sur le campus Misericodiae qui accueillera les pèlerins pour les événements religieux. (25 juillet 2016) Les pèlerins viennent du monde entier. (Image - 25 juillet 2016). La cérémonie d'ouverture de l'Union internationale des guides et scouts d'Europe s'est déroulée dans l'un des parcs de Cracovie (25 juillet 2016). La crainte d'attentats est bien présente. Le voïvode (préfet) de la région de Malopolska, Jozef Pilch, a rappelé que vingt mille policiers allaient veiller sur le bon déroulement des JMJ. (25 juillet 2016). Les croyants ont commencé à affluer en Pologne. (25 juillet 2016).

Sur ce sujet
Une faute?

Le pape François a refusé dimanche tout amalgame entre islam et terrorisme, expliquant que les catholiques pouvaient être aussi violents que les musulmans et déclarant que l'Europe était en train de pousser une partie de sa jeunesse vers le terrorisme.

«Il n'est pas vrai et il n'est pas exact (de dire) que l'islam c'est le terrorisme», a déclaré le souverain pontife. Il était interrogé, après le récent assassinat d'un prêtre en France par deux djihadistes , sur son choix de ne jamais mentionner l'islam lorsqu'il condamne ce type d'attentats.

«Je ne pense pas qu'il soit juste d'associer islam et violences», a dit le pape.

De la violence dans toutes les religions

«Tous les jours quand j'ouvre les journaux, je vois des violences en Italie, quelqu'un qui tue sa petite amie, un autre qui tue sa belle-mère, et ce sont des catholiques baptisés», a déclaré François, qui s'exprimait au cours d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait de Pologne.

«Si je dois parler de violences islamiques, je dois aussi parler de violences chrétiennes. Dans presque toutes les religions, il y a toujours un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons nous aussi», a-t-il insisté.

Comme dans plusieurs interventions au cours de son voyage de cinq jours en Pologne à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), le pape François a assuré que la religion n'était pas le vrai moteur des violences.

Tuer avec la langue ou un couteau

«On peut tuer avec la langue aussi bien qu'avec un couteau», a-t-il lancé, se référant apparemment à la montée des partis populistes qui attisent le racisme et la xénophobie.

Le terrorisme «prospère quand le dieu de l'argent est placé en premier» et «quand il n'y a pas d'autre option», a dit le pape.

«Combien parmi nos jeunes Européens avons-nous abandonnés sans idéal, sans travail ? Alors ils se tournent vers les drogues, vers l'alcool, et vont là-bas s'engager avec les groupes fondamentalistes», a-t-il estimé.

Refusant que l'islam soit associé aux violences, des représentants musulmans de France mais également d'Italie se sont rendus à la messe dans des églises dimanche matin, en signe de solidarité et de fraternité.

(nxp/afp)