Rome

15 juillet 2014 15:56; Act: 15.07.2014 15:58 Print

Le pape tâtonne à propos du célibat des prêtres

Entre déclarations porteuses d'espoir pour ceux favorables à l'ordination d'hommes mariés et démentis officiels, François semble tester les réactions des catholiques à ce sujet.

storybild

L'évêque argentin Jeronimo Podesta, aujourd'hui décédé, avait renoncé à son ministère pour l'amour de Clelia. Le pape François était un de ses proches, lorsqu'il était archevêque de Buenos Aires. (Photo: DR)

Une faute?

Le Vatican a beau rester inflexible à propos du célibat des prêtres, le pape François semble pour sa part disposé à discuter de ce qu'il ne considère pas comme un dogme, semant ainsi le trouble dans les rangs catholiques. Par deux fois en moins de trois mois, le pontife a ouvert le débat, suggérant que le célibat des prêtres pourrait être amendé.

«Il y a des prêtres mariés dans l'Eglise», avait-il relevé fin juin devant des journalistes, citant entre autres les Anglicans ralliés à Rome, les coptes catholiques et certains prêtres d'Eglises orientales. «La porte est donc ouverte», avait ajouté le pape argentin, relançant aussitôt l'espoir parmi tous les catholiques favorables à l'ordination d'hommes mariés.

Le vaticaniste italien Andrea Tornielli a rappelé à cette occasion que le pape François avait été très proche, alors qu'il était archevêque de Buenos Aires, de l'évêque argentin Jeronimo Podesta, qui avait renoncé à la prêtrise pour l'amour d'une femme.

«Cela prendra du temps»

Ce week-end, François est revenu sur le sujet, évoquant des «solutions à trouver» quant au célibat des prêtres. Une déclaration qui a fait l'effet d'une nouvelle bombe.

«Il y a vraiment un problème, mais il n'est pas majeur. Cela prendra du temps, mais il y a des solutions et je vais les trouver», a-t-il affirmé dans un entretien publié dimanche par le quotidien italien «La Repubblica».

Une déclaration aussitôt démentie par le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, pour qui les citations ne correspondent nullement à ce que François a déclaré. «Il ne s'agit pas d'une interview au sens normal du terme», a-t-il affirmé, accusant le quotidien «de manipuler des lecteurs ingénus».

Le pape utilise-t-il la presse pour imposer son avis?

Il s'agit toutefois de la deuxième déclaration du genre, après un précédent entretien que le pape avait eu avec le même journaliste de «La Repubblica». Si ce dernier a «manipulé» ses lecteurs, cela n'a pas empêché François de le réinviter pour de nouvelles conversations.

De là à penser que le pape utilise ses entretiens avec Eugenio Scalfari, fondateur de «La Repubblica», pour lancer quelques messages, il n'y à qu'un pas, que beaucoup sont tentés de franchir au Vatican.

François est un «pape d'ouverture et, avec son arrivée, les progressistes au sein de l'église ont repris espoir», fait valoir un spécialiste du Vatican, sous couvert de l'anonymat.

Réticences au Vatican

«Des questions sont posées, mais il ne faut pas y voir des messages à faire passer», affirme-t-on en revanche de source proche du Vatican. Le célibat des prêtres n'est pas un dogme, «on le sait depuis des centaines d'années, ce n'est pas une grande découverte», fait valoir cette source, qui invite à la plus grande prudence quant à l'interprétation des propos attribués au pape.

«Le pape est sensibilisé à cette question» mais de là à «trouver des solutions», c'est un pas qui laisse perplexe nombre de vaticanistes, relève l'un d'entre eux, pour qui le pape a une nouvelle fois semé le trouble. Et cela d'autant plus que le démenti apporté dimanche a été fait à la demande expresse du pape, affirme cette source.

(jfz/afp)