Pays-Bas

21 janvier 2020 17:08; Act: 21.01.2020 17:27 Print

Le père de la famille recluse absent à l'audience

L'homme de 67 ans qui a retenu prisonniers ses 6 enfants durant plus de dix ans n'a pas comparu à une audience préalable à l'ouverture du procès, pour raisons de santé.

storybild

La ferme dans laquelle la famille vivait recluse, en sous-sol. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le père de famille dont les enfants avaient été découverts en octobre reclus dans une ferme isolée des Pays-Bas les battait et les maltraitait pour chasser les «mauvais esprits» et voulait les préserver de «l'impureté» du monde extérieur, a déclaré mardi le parquet devant un tribunal néerlandais.

Une première audience dans cette affaire se tenait mardi devant le tribunal d'Assen (nord), en attendant l'ouverture du procès au fond contre les deux suspects, dont le père des six enfants qui sont aujourd'hui tous adultes.

Le père de famille les battait et les maltraitait pour chasser les «mauvais esprits» et les préserver de «l'impureté» du monde extérieur, a déclaré le parquet.

La famille avait été découverte par la police dans une petite pièce fermée à l'intérieur d'une ferme isolée à Ruinerwold, un village de la province de Drenthe.

Beaucoup de questions subsistent autour de cette étrange affaire qui s'est déroulée dans une localité où personne ne semblait connaître les occupants de la ferme ni même avoir été au courant de leur présence.

«L'impureté» du monde extérieur

Un des enfants a été suspendu par les mains et les pieds, battu à coups de pied et enfermé dans un petit espace, tandis qu'un autre a été contraint de passer un été enfermé dans une niche pour chien, selon le parquet.

Le père, identifié par les médias comme Gerrit Jan van D., 67 ans, a «séparé les plus jeunes enfants du monde extérieur dès la naissance. Personne ne connaissait leur existence. Ils n'étaient pas non plus inscrits à l'état civil et n'existaient donc pas réellement», a poursuivi le ministère public.

Revoir la vidéo lors de la découverte de cette famille recluse dans sa propre cave:

Le père de famille était absent à l'audience mardi. Victime d'une hémorragie cérébrale en 2016, il ne peut pas parler et est partiellement paralysé, ont rapporté les médias néerlandais. Le tribunal d'Assen a décidé qu'il devait être soumis à un examen neurologique, selon les médias.

Le tribunal a prolongé la détention des deux suspects pour trois mois supplémentaires.

Gerrit Jan van D. a été arrêté à la mi-octobre, quelques jours après que la police l'eut découvert avec cinq de ses enfants reclus dans la ferme. Son sixième enfant qui vivait à la ferme, un fils âgé d'environ 25 ans, s'était rendu dans un bar du village dans un état «confus» et avait alerté les autorités.

«Serrure figurative»

Ancien membre d'une secte, il est accusé par le parquet d'avoir privé les enfants de leur liberté, de les avoir «frappés, de leur avoir donné des coups de pied et de les avoir privés de manger et de boire».

Cette maltraitance représentait pour les enfants une «serrure figurative sur la porte», estime l'accusation. «Aucune serrure matérielle n'est requise comme preuve de privation illégale de liberté ou de prise d'otages», a-t-elle ajouté.

L'homme est également soupçonné d'avoir agressé sexuellement deux de ses trois enfants les plus âgés qui ont quitté le domicile familial et n'ont pas vécu dans la bâtisse de Ruinerwold. Il est par ailleurs soupçonné de blanchiment d'argent.

Le locataire de la ferme, Josef B., un Autrichien de 58 ans, arrêté quelques jours avant le père, est également soupçonné d'atteinte à la liberté d'autrui. «J'ai l'impression que c'est une chasse aux sorcières», a déclaré mardi Josef B. devant le tribunal, cité par l'agence de presse néerlandaise ANP.

«J'ai la conscience tranquille (...) Je n'ai privé personne de sa liberté», a-t-il affirmé. Une nouvelle audience dite «pro forma», c'est-à-dire consacrée à la gestion administrative du dossier, aura lieu dans trois mois afin de réévaluer le maintien en détention des suspects, en attendant la tenue du procès au fond.

(nxp/afp)