Iran

05 janvier 2016 15:13; Act: 05.01.2016 15:16 Print

Le petit fils de Khomeiny exclu des élections?

Hassan Khomeiny, proche des réformateurs et petit-fils de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny pourrait être exclu des élections pour ne pas avoir participé à un examen de théologie.

storybild

Religieux de rang moyen âgé de 43 ans, Hassan Khomeiny est un proche de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami. (Photo: DR/Photo d'illustration)

Une faute?

Quelque 400 candidats ont participé mardi à l'examen organisé par le Conseil des gardiens de la Constitution dans la ville sainte de Qom, mais Hassan Khomeiny n'était pas présent. Le petit-fils du fondateur de la République islamique d'Iran se voit reprocher de n'avoir pas participé à un examen.

«Si quelqu'un n'a pas participé à l'examen pour faire évaluer son niveau de connaissance théologique, il n'aura pas les conditions requises pour être candidat», a déclaré Siamak Rah-Peyk, membre du Conseil et porte-parole de la commission chargée de superviser les élections.

«Nous avons informé les candidats par médias et via le site officiel du Conseil», a-t-il ajouté à la télévision d'Etat.

Pas «d'invitation ni de texto»

Un proche de Hassan Khomeiny a déclaré à l'agence officielle Irna que ce dernier n'avait pas reçu «d'invitation ni de texto» pour se rendre à l'examen. «Au moment de l'examen, il était en train de donner un cours» de théologie, a ajouté cette source.

Religieux de rang moyen âgé de 43 ans, Hassan Khomeiny est un proche de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami.

L'Assemblée des experts, qui comprend actuellement 86 membres, est chargée de nommer, surveiller et éventuellement démettre le guide suprême iranien. Elle peut avoir un rôle important en cas de disparition du numéro un iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, âgé de 76 ans.

Selon Siamak Rah-Peyk, 540 des 800 candidats avaient été invités à participer à cet examen - dont une dizaine de femmes - mais seuls 400 se sont présentés.

Les candidats n'ayant pas fait d'études religieuses sont exclus d'office, l'Assemblée étant entièrement composée de religieux, même si des laïcs ont le droit de faire acte de candidature.

Election en février

L'élection aura lieu en février en même temps que celle pour renouveler le Parlement qui compte 290 membres et pour laquelle 12'000 candidats se sont inscrits.

Ce scrutin est crucial pour le président Hassan Rohani qui espère obtenir une majorité d'élus réformateurs et modérés au Parlement, actuellement contrôlé par les conservateurs.

Les candidats aux deux élections doivent obtenir l'approbation du Conseil des Gardiens de la Constitution, une instance chargée de superviser toutes les élections générales et dominée par les conservateurs.

(nxp/afp)