Prix Nobel de la paix

16 octobre 2019 11:55; Act: 16.10.2019 13:12 Print

Le peuple de Hong Kong proposé pour être honoré

Le mouvement protestataire hongkongais a été nommé au Prix Nobel de la paix 2020 par une politicienne norvégienne.

storybild

Pour l'élue, le peuple de Hong Kong risque sa vie pour défendre la liberté d'expression et la démocratie. (Photo: Keystone)

Une faute?

Une élue norvégienne a annoncé avoir proposé le «peuple de Hong Kong» au Prix Nobel de la paix 2020 au risque de fâcher une nouvelle fois la Chine. «J'ai nommé au Prix Nobel de la paix 2020 le peuple de Hong Kong, qui risque sa vie et sa sécurité tous les jours pour défendre la liberté d'expression et la démocratie de base», a annoncé sur Twitter Guri Melby, députée du petit parti libéral, membre de la coalition au pouvoir en Norvège.

Dans un entretien publié mercredi par le journal «Aftenposten», Mme Melby a expliqué que «ce qu'ils font a un retentissement bien au-delà de Hong Kong, à la fois dans la région et dans le reste du monde».

L'ex-colonie britannique traverse depuis quatre mois sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des actions parfois violentes pour dénoncer un recul des libertés, exiger des réformes démocratiques et dénoncer une riposte policière jugée brutale par les contestataires.

Tensions à prévoir

L'initiative de l'élue norvégienne risque de déplaire fortement à la Chine qui avait déjà vu rouge après l'attribution en 2010 du Nobel au dissident chinois emprisonné Liu Xiaobo, mort depuis. Bien que le comité Nobel soit indépendant du pouvoir en Norvège, Pékin avait gelé durablement ses relations avec le pays scandinave, suspendu des négociations en vue d'un accord de libre-échange et entravé les importations de saumon norvégien.

Une normalisation entre les deux pays n'était intervenue que six ans plus tard, en décembre 2016, après un engagement d'Oslo de «ne pas soutenir des actions sapant» les intérêts chinois.

Cette année, le comité Nobel a attribué le prix au premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, artisan d'une réconciliation spectaculaire de son pays avec l'ex-frère ennemi érythréen, distingué parmi 301 candidats en lice.

(nxp/afp)