Course à la mairie de Paris

18 février 2020 20:18; Act: 18.02.2020 20:18 Print

Le pire était-il à venir pour Benjamin Griveaux?

Moins de 48 heures après la mise en ligne des vidéos, Benjamin Griveaux a renoncé vendredi à sa candidature à la mairie de Paris. Il se serait retiré pour éviter d'autres fuites.

Sur ce sujet
Une faute?

En renonçant à se présenter aux élections municipales de Paris vendredi dernier, Benjamin Griveaux a laissé le parti de Macron orphelin. Pourtant, selon «Le Monde», dès le début de l'affaire, l'ancien porte-parole du gouvernement avait reçu le soutien sans faille d'Emmanuel Macron. «C'est ta décision. Si tu veux y aller, je te protège et on se met en phalange derrière toi», aurait ainsi appuyé le président à son «candidat».

Benjamin Griveaux, qui a appris l'existence de ces vidéos dans la nuit de mercredi à jeudi derniers, préfère renoncer pour préserver sa famille. Mais selon les très biens informés journalistes du «Monde», le candidat du parti de la majorité savait surtout que ses ennemis avaient en leur possession «d'autres images compromettantes». Il aurait donc décidé de «s'éviter un supplice lent», écrit ainsi le quotidien du soir.

Dès vendredi, l'artiste russe Piotr Pavlenski affirmait à LCI que d'autres vidéos allaient suivre. «Mon objectif est de dénoncer le puritanisme en politique et l'hypocrisie des responsables. Benjamin Griveaux a été le premier participant. Mais l'activité de mon site ne fait que commencer. Les responsables politiques doivent être honnêtes. Ils doivent être clairs vis-à-vis de leurs électeurs. Notre objectif a été atteint avec Benjamin Griveaux et nous allons continuer.» Sauf que, depuis ses propos, le fameux site de Piotr Pavlenski n'est plus accessible.

Peu après ces menaces, Juan Branco, qui se présente comme l'avocat de l'artiste, avait étayé la thèse d'une sortie prochaine d'autres images compromettantes. C'est ce qu'il a annoncé. «C'est la parole de mon client, je lui laisse la responsabilité de ce fait», avait-il ainsi déclaré sur l'antenne d'Europe 1.

(cga)