Espagne

07 juillet 2014 10:23; Act: 07.07.2014 12:38 Print

Le premier lâcher de taureaux fait 5 blessés

Un lâcher de taureaux très rapide a ouvert lundi les courses de la San Fermin, à Pampelune. Cinq personnes ont été blessées, dont l'une atteinte par un coup de corne.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

En 2 minutes et 25 secondes, les cinq taureaux de combat de l'élevage andalou Torrestrella ont dévalé le parcours de 848,6 mètres dans les ruelles de la ville, accompagnés de milliers de coureurs, aguerris ou novices, dont les plus téméraires tentaient de s'approcher le plus près possible des énormes bêtes.

Les taureaux n'étaient que cinq cette fois, et non six comme à l'habitude, l'un d'eux s'étant blessé en glissant dimanche sur la chaussée mouillée à l'arrivée des bêtes dans la ville.

Lundi matin, un coureur a été blessé d'un coup de corne lorsque l'un des taureaux s'est écarté du groupe, tandis que quatre autres ont été hospitalisés pour des traumatismes, a indiqué un communiqué de l'organisation.

A l'arrivée, les coureurs soulignaient la rapidité de la course, le premier des huit lâchers de taureaux de cette San Fermin. «C'était très, très rapide. Beaucoup plus que je ne pensais. C'était fou, avec beaucoup plus de gens aussi que je pensais», résumait Collin Goyman, un coureur canadien de 32 ans, qui venait de vivre sa première expérience.

«Une course très agréable, très propre, les taureaux n'ont pas fait d'écarts, ne sont pas tombés», commentait, en expert, Jaime Morcillo, un «banderillero», ou poseur de banderilles dans les corridas, venu d'Albacete dans le sud de l'Espagne. A 36 ans, il participait pour la cinquième fois aux courses de Pampelune, «une des plus grandes fêtes taurines qui soient».

Jusqu'au 14 juillet, chaque matin à huit heures, des milliers de coureurs s'élanceront sur le dangereux parcours de ces lâchers de taureaux, ou «encierros», qui rythment les fêtes de la San Fermin. Mondialement connues, celles-ci attirent chaque année dans la capitale de la Navarre des centaines de milliers de personnes, vêtues de blanc et rouge, venues de toute l'Espagne ou de l'étranger, France, Italie, Etats-Unis, Australie ou Canada notamment.



sg/elc/ros

(afp)