Architecture

25 mai 2019 01:52; Act: 25.05.2019 02:03 Print

Le prix Pritzker 2019 remis à Arata Isozaki

Le Japonais Arata Isozaki a reçu vendredi à Versailles le prix le plus prestigieux de l'architecture.

storybild

Arata Isozaki à Versailles le 24 mai 2019. (Photo: AFP)

Une faute?

Le prix Pritzker 2019 a été remis vendredi soir au château de Versailles à l'architecte japonais Arata Isozaki, lors d'une cérémonie au cours de laquelle la solidarité des architectes du monde entier avec Notre-Dame de Paris a été omniprésente.

Plus de mille invités ont fêté sompteusement à l'Orangerie du château royal ce prix remis chaque année depuis 1979 et qui est l'équivalent pour l'architecture du prix Nobel.

«Que Notre-Dame soit reconstruite pour nous tous! Il faut construire, remplir le vide de ce qui a été détruit», a dit Tom Pritzker, président de la Hyatt Foundation, en soulignant que le jeune Arata Isozaki avait treize ans quand les bombes atomiques étaient tombées sur Hiroshima et Nagasaki.

Cet architecte a montré «la force de sa résilience», en voulant «construire et construire à nouveau» dans le monde entier, en «choisissant différents langages» adaptés à l'environnement local, qu'il soit en Asie ou en Occident, a-t-il dit.

«Faire évoluer, sa signature, son style»

Stephen Breyer, président du jury, a salué l'annonce volontariste du président Emmanuel Macron de restaurer Notre-Dame en cinq ans, affirmant avoir «senti l'espoir renaître» en lui, alors qu«un grand vide s'était créé au coeur de Paris et dans le monde» après l'incendie du 15 avril.

M. Isozaki, qui portait une robe traditionnelle d'homme de lettres vieille d'un siècle, a insisté sur sa volonté, tout au long de sa carrière, de «faire évoluer, sa signature, son style». Le président Macron lui avait rendu hommage plus tôt à l'Elysée.

De nombreux architectes étaient présents, dont Jean Nouvel et Renzo Piano, ainsi que des mécènes et des amis, venus nombreux des Etats-Unis et du Japon.

Cet architecte de 87 ans au travail influencé par l'Occident et l'Orient, a été désigné en mars lauréat du prestigieux prix. Il a réalisé des bâtiments aux fonctions très différentes, de l'immense arène couverte Palau Sant Jordi pour les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 au Museum of Contemporary Art (MOCA) de Los Angeles (1986), en passant par le National Convention Center au Qatar (2011).

(nxp/afp)