Nigeria

18 novembre 2019 13:29; Act: 18.11.2019 14:11 Print

Le procès d'un «tueur en série» reporté

Un homme est jugé pour avoir tué une dizaine de femmes dans le sud du Nigeria.

storybild

Le présumé tueur de plusieurs femmes a été présenté devant la cour de justice lundi à Port Harcourt. (Photo: DR/twitter)

Une faute?

Le procès d'un «tueur en série» présumé de Port Harcourt, grande ville pétrolière du sud du Nigeria, accusé d'avoir assassiné dix femmes lors de crimes rituels, a été ajourné lundi après quelques minutes d'audience et reporté à jeudi.

Gracious D.-W., 26 ans, qui avait plaidé coupable fin octobre de neuf meurtres sur les dix dont il est accusé, a été présenté devant la cour de justice lundi, en tenue correctionnelle verte, et menotté.

Portant des bracelets en plastique de l'Eglise évangélique du «Salut», il semblait plutôt confiant et sûr de lui, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'audience a été suspendue quelques minutes après avoir commencé et le procès a été reporté au 21 novembre.

Crimes reconnus sur Twitter

«La police nous a présenté les résultats de l'enquête seulement jeudi dernier», a affirmé à la presse le procureur Zacchaeus Adango.

«Nous les avons étudiés et nous sommes certains que le dossier présente des preuves contre l'accusé (Gracious D.-W.), mais également contre un autre homme, Nimi T.», a expliqué le procureur, soulignant que la défense avait besoin de se préparer en conséquence.

Les deux accusés doivent comparaître jeudi et feront face à de nouvelles accusations.

Le principal accusé, Gracious D. W.a été arrêté en septembre, après la découverte sur plusieurs semaines d'une dizaine de femmes mortes par strangulation et avec un tissu blanc enroulé autour de la taille et du cou, faisant penser à des crimes rituels.

Dans l'Etat de Rivers, où se situe Port Harcourt et où les taux de criminalité sont parmi les plus élevés du Nigeria, les accusations de meurtre sont passibles de la peine de mort, bien que celle-ci soit rarement appliquée.

Lors de son arrestation, la police locale n'avait pas hésité à faire parader celui qu'elle désignait déjà comme «l'assassin» ou le «tueur en série» et a publié une vidéo où Gracious D. W. reconnaissait ses crimes sur Twitter.

(nxp/afp)