Proche-Orient

13 mai 2012 16:38; Act: 13.05.2012 16:46 Print

Le processus de paix au point mort

L'OLP s'est dit dimanche insatisfaite de la réponse du premier ministre israélien Netanyahu qui ne permet pas de reprendre les négociations de paix.

storybild

L'envoyé spécial des israéliens Yitzhak Molchoa rencontré Mahmoud Abbas. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Organisation de la libération de la Palestine (OLP) a exprimé dimanche sa déconvenue après la lettre du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au président palestinien Mahmoud Abbas. Selon elle, la réponse de l'Etat hébreu ne permet pas de reprendre les négociations de paix.

La lettre de M. Netanyahu «ne contient pas de réponses claires aux problèmes centraux qui entravent la reprise des négociations, en particulier sur la nécessité de stopper la colonisation», a souligné le secrétaire général de l'OLP, Yasser Abed Rabbo, dans un communiqué à Ramallah (Cisjordanie).

Cette réaction des Palestiniens était attendue tant les deux parties sont éloignées. Les dernières négociations directes, en septembre 2010, ont été rompues à la suite du refus israélien de prolonger son moratoire sur la colonisation en Cisjordanie occupée.

A nouveau devant l'ONU?

Le négociateur palestinien, Saëb Erakat, avait prévenu que, faute de réponse favorable de la part des Israéliens, M. Abbas relancerait ses démarches pour obtenir l'adhésion à l'ONU d'un Etat de Palestine, «à l'Assemblée générale, au Conseil de sécurité et dans les autres instances de l'ONU».

S'exprimant lors d'une conférence de presse, M. Rabbo a par ailleurs fait savoir que le comité exécutif de l'OLP avait exhorté le Quartette (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie) à intervenir pour débloquer la situation. Peu de diplomates s'attendent à une reprise des pourparlers de paix israélo- palestiniens avant le verdict de l'élection présidentielle américaine le 6 novembre.

«Sans pré-conditions»

La lettre de M. Netanyahu a été transmise samedi soir par son émissaire personnel Yitzhak Molcho au président Abbas à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne. Le contenu du message, qui énumère les demandes du gouvernement israélien pour renouer le dialogue et répond à une lettre palestinienne sur le même thème, n'a pas été rendu public.

Le président palestinien avait appelé Israël à reprendre les négociations de paix sur la base des lignes d'avant juin 1967, avec des «échanges de territoires mineurs et mutuellement agréés», et du gel total de la colonisation, y compris à Jérusalem-Est annexée.

«Israël et l'Autorité palestinienne sont attachés à parvenir à la paix et les deux parties espèrent que cet échange de lettres (...) contribuera à ce but», ont déclaré les deux parties dans un communiqué commun à l'issue de la rencontre entre MM. Molcho et Abbas.

Selon un responsable israélien cité par le quotidien «Haaretz», la lettre de M. Netanyahu appelle à une reprise immédiate des négociations «sans pré-conditions», c'est-à-dire sans arrêt préalable de la colonisation comme l'exigent les Palestiniens, mais ne contient pas de nouvelle proposition.

Libérer des prisonniers

Lors de sa rencontre avec M. Molcho, le président Abbas a exhorté les autorités israélienne à mettre fin à l'épreuve des quelque 1550 prisonniers palestiniens en grève de la faim et à les libérer, spécialement ceux incarcérés avant les accords d'Oslo en 1993, a rapporté l'agence officielle Wafa.

«Le comité exécutif (de l'OLP) a affirmé son soutien en faveur de la position exprimée par le président Mahmoud Abbas au cours de sa rencontre avec l'envoyé israélien sur l'impératif de relâcher les prisonniers et mettre fin à leurs souffrances», a déclaré M. Abed Rabbo.

(ats)