Brésil - Affaire Battisti

03 janvier 2011 07:44; Act: 03.01.2011 08:58 Print

Le refus d'extrader Battisti énerve Rome

Rome n'apprécie pas le refus du nouveau ministre brésilien de la Justice d'extrader l'ex-militant d'extrême-gauche Cesare Battisti vers l'Italie.

Sur ce sujet
Une faute?

Le nouveau ministre brésilien de la Justice, José Eduardo Cardozo, a approuvé dimanche le refus du Brésil d'extrader l'ex-militant d'extrême-gauche Cesare Battisti vers l'Italie, une décision qui a ouvert une crise diplomatique avec Rome.

Au dernier jour de son mandat, le président Luiz Inacio Lula da Silva a rejeté la demande italienne qui réclame Battisti condamné en 1993 à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres, crimes dont il se dit innocent.

«Après avoir lu le rapport de l'Avocat général du gouvernement, je n'ai pas le moindre doute que la décision du président Lula était correcte», a-t-il dit en prenant ses fonctions.

«Le président a agi en stricte conformité avec notre droit et avec les décisions du Tribunal supérieur fédéral», a-t-il estimé dans des déclarations publiées par l'agence officielle Agencia Brasil.

Colère de l'Italie

La décision de Lula a provoqué la colère de l'Italie qui a pris la décision de rappelé pour consultation son ambassadeur à Brasilia et qui a averti qu'elle ferait tout pour renverser cette décision, y compris porter le cas devant la Cour internationale de justice de La Haye.

L'ambassadeur d'Italie a toutefois pu assister samedi à l'investiture de la présidente Dilma Rousseff, ce qui a permis dimanche au nouveau chef de la diplomatie brésilienne, Antonio Patriota, de minimiser la crise entre les deux pays, voulant voir dans la présence de l'ambassadeur «le signe du désir des deux pays» de poursuivre leurs relations.

(afp)