Etats-Unis

20 février 2019 01:19; Act: 20.02.2019 01:19 Print

Le secrétaire américain au commerce épinglé

Wilbur Ross est accusé d'avoir manqué aux règles d'éthique en n'ayant pas vendu l'ensemble de ses actions de BankUnited.

storybild

Image d'archive de Wilbur Ross. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le secrétaire américain au commerce, Wilbur Ross, s'est vu à nouveau reprocher un manquement aux règles d'éthique gouvernementale concernant ses investissements privés. Il s'était pourtant engagé à régulariser sa situation en juillet.

Le bureau fédéral chargé des questions d'éthique (OGE) reproche, dans une lettre rendue publique mardi, au ministre du président américain Donald Trump de ne pas avoir vendu l'ensemble de ses actions de BankUnited.

«En conséquence, l'OGE refuse de certifier le rapport de divulgation financière 2018 du secrétaire Ross, car ce rapport n'est pas exact et n'est pas en conformité avec l'accord d'éthique», auquel il s'est engagé.

Dans une lettre adressée au département d'éthique du ministère du commerce, l'OGE précise que le rapport financier annuel de M. Ross «a indiqué à tort qu'il avait vendu la totalité de ces parts alors qu'il ne l'avait pas fait». M. Ross, 81 ans, est un multimillionnaire, qui a notamment fait fortune dans l'énergie et la sidérurgie.

100 actions de BankUnited

Le département du commerce a immédiatement réagi mardi en transmettant une explication du ministre. «Lorsque j'ai rejoint le département du commerce, j'ai accepté de céder beaucoup de mes intérêts financiers. Parmi eux, figuraient des actions de BankUnited, que j'ai obtenues lorsque j'étais administrateur entre 2009 et 2014. J'ai ordonné la vente de ces actions en mai 2017», affirme-t-il.

Mais il ajoute: «j'ai découvert par la suite que je détenais toujours 100 actions qualifiantes d'administrateur (...) je croyais à tort que l'agent avait exécuté mon ordre de vente». M. Ross explique que ces 100 actions valaient environ 3700 dollars, «un montant jugé minime par la réglementation fédérale et inférieur au seuil possible de conflit d'intérêts».

«Dès que j'ai appris que les actions n'avaient pas été vendues, j'ai de nouveau pris des mesures pour ordonner et divulguer la vente de ces 100 titres le 31 octobre 2018, corrigeant la seule erreur connue dans mon rapport annuel», ajoute M. Ross.

(nxp/ats)