étude britannique

31 mars 2011 09:56; Act: 31.03.2011 11:13 Print

Le sentiment de vieillesse, une histoire de sexe

Les femmes se trouvent défraîchies vers 29 ans, alors que les hommes conservent un sentiment de jeunesse jusqu’à 58 ans.

storybild

Hommes et femmes ne sont pas égaux face à l'âge. Les filles se trouveront vieilles deux fois plus jeunes que les garçons (Photo: 20 Minuten)

Une faute?

Les différences entre sexes s’expriment aussi dans le rapport à l’âge. Les femmes ont l’impression d’être vieilles dès l'apparition du premier cheveu blanc, vers 29 ans en moyenne, alors que les hommes se sentent jeunes deux fois plus longtemps. Du moins tant qu'ils «assurent» au lit, soit jusqu'à 58 ans environ.

Différences de perceptions

C’est ce que révèle une enquête en ligne réalisée sur 1000 personnes par la société britannique Avalon Funeral Plans. Cette société spécialisée dans les plans funéraires a voulu «examiner les perceptions de l’âge chez les hommes et chez les femmes, ainsi que les différences entre eux», a expliqué Alice Newsham, porte-parole de l’entreprise, au «New York Daily News». Et d’observer que dans une société axée sur l'image, les femmes sont beaucoup plus souvent jugées sur leur apparence physique que les hommes.

Les chiffres récoltés par Avalon confirment cette tendance: 29 ans, c’est l’âge où les femmes perdent ce petit quelque chose qui distingue les jeunes des vieilles. C’est du moins l’avis d’une majorité des sondés, rapporte le journal new yorkais.

Cheveu blanc contre libido

Victimes des diktats de la société, les femmes sont aussi leur propre boureau. Car ce sont les premières à se juger durement: plus de la moitié des sondées se sentent vieilles lorsque leur poitrine commence à tomber; plus d’un quart se jugent telles à l’apparition du premier cheveu blanc.

Les hommes, eux, se fichent royalement de ces petits signes extérieurs de vieillissement. Ils se sentent jeunes tant qu’ils conservent leur pouvoir sexuel. Mais qu'apparaissent les premiers troubles érectiles ou une chute de la libido, et les voilà qui prennent un méchant coup de vieux.

(aia)