Rouen

08 octobre 2019 10:14; Act: 08.10.2019 21:08 Print

L'enquête à l'usine Lubrizol a démarré

Les investigations ont commencé sur les lieux, où ont brûlé plus de 5000 tonnes de produits chimiques.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'enquête a débuté mardi à Rouen pour tenter de déterminer quelles sont les causes et l'origine de l'incendie de l'usine Lubrizol. Cent trente plaintes ont déjà été déposées par des habitants, entreprises ou communes touchés par les conséquences de cette catastrophe.

«La persistance de points chauds sur les sites concernés ne permettait pas jusqu'à présent de procéder aux constatations sur le terrain», a expliqué dans un communiqué Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris, dont le pôle Santé publique a repris les investigations en raison de leur complexité et de l'ampleur du sinistre. Les investigations doivent durer plusieurs jours.

Le 26 septembre, un gigantesque incendie a détruit 5253 tonnes de produits chimiques chez Lubrizol, une entreprise de produits chimiques classée Seveso seuil haut.

L'incendie a aussi touché trois entrepôts de son voisin Normandie Logistique qui stockait plus de 9000 tonnes de produits sur son site. Mais on ne sait pas encore quels produits ont brûlé, ni leur quantité.

Réparations

La société Lubrizol, qui se base sur «la vidéosurveillance et des témoins oculaires», a affirmé la semaine dernière que l'incendie avait vraisemblablement commencé à l'extérieur de son site. Elle s'est néanmoins engagée vendredi à participer à la réparation des conséquences de l'incendie.

«Dans le principe», les industriels «auront à prendre en charge tous les dégâts causés par cet incendie (...) y compris les préjudices pour les agriculteurs», a affirmé mardi la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne sur RMC/BFM, rappelant le principe du «pollueur-payeur».

Les résultats de l'enquête qui a débuté mardi sont donc très attendus pour déterminer d'où est parti l'incendie et savoir qui paiera la note.

130 plaintes

L'incendie a répandu une odeur nauséabonde sur toute la ville et dégagé un important nuage noir, long de 22 kilomètres et large de six, répandant des suies sur son passage.

Depuis son passage, environ 130 plaintes ont été déposées à ce jour. Les plaignants ont des «profils très très différents». De la «gêne respiratoire» à «l'agriculteur qui a dû voir toute sa récolte mise en l'air», a expliqué sur France Bleu Normandie l'avocat rouennais Jonas Haddad, qui a regroupé plusieurs dizaines de plaintes.

Le maire socialiste de Rouen Yvon Robert a annoncé mardi qu'il allait lui aussi porter plainte «dans les prochains jours» au nom de la commune de Rouen et de la métropole.

Des odeurs incommodantes continuent par moment à se faire sentir dans la ville, provenant notamment de 160 fûts endommagés contenant des produits chimiques, toujours présents sur le site Lubrizol, et dont l'évacuation pourrait débuter le 17 octobre, ont annoncé mardi les autorités en conférence de presse.

Questions ouvertes

Outre l'origine de l'incendie, de nombreuses questions demeurent sur les conséquences sanitaires de la catastrophe. Des analyses complémentaires menées dans les exploitations agricoles survolées par le nuage, et actuellement sous le coup de restrictions, sont attendues vendredi.

Dimanche, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait qualifié de «très rassurantes» les premières analyses sur une éventuelle contamination des produits alimentaires par des dioxines.

Manifestation

Mais, preuve de l'inquiétude toujours présente dans la population, plusieurs centaines de personnes ont manifesté mardi en fin d'après-midi à Rouen pour exiger «la transparence, la vérité et une expertise indépendante» sur l'incendie.

Selon la préfecture de Seine-Maritime, 750 personnes étaient présentes dans le cortège, la CGT avançant elle le chiffre de 1700 manifestants. Le 1er octobre, lors d'une précédente manifestation, le syndicat avait annoncé 2000 participants.

Les manifestants brandissaient des pancartes proclamant: «La fumée tue. Est-ce qu'elle nous tue ?», «Arrêtez de nous enfumer, on n'est pas des jambons», «l'Etat vous ment, l'Etat vous manipule, l'Etat nous empoisonne», ou encore «Lubrizol a mis de l'huile sur le feu».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peur Surlaville le 08.10.2019 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    5000 To

    C'est pas énorme ! #peursurlaville

  • Ouèsava le 09.10.2019 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incohérence

    Donc, nul ne sait pourquoi ni où le feu a pris. Ce qui n'empêche pas la presse unanime de condamner l'usine parce que c'est une usine. Le jour où elle fermera, les mêmes viendront pleurnicher sur les pertes de emploi, sans se souvenir que ces emplois pataugent dans des produits chimiques potentiellement dangereux. Elle est belle, la société de l'information.

  • Lama Cronie le 08.10.2019 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Plus le mensonge est gros, plus il est..

    Toutes traces permettant de mettre à mal la version officielle étant effacées, les experts on maintenant le champ libre! Phil Hype

Les derniers commentaires

  • Ouèsava le 09.10.2019 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incohérence

    Donc, nul ne sait pourquoi ni où le feu a pris. Ce qui n'empêche pas la presse unanime de condamner l'usine parce que c'est une usine. Le jour où elle fermera, les mêmes viendront pleurnicher sur les pertes de emploi, sans se souvenir que ces emplois pataugent dans des produits chimiques potentiellement dangereux. Elle est belle, la société de l'information.

  • Oeil de Saxon le 08.10.2019 21:53 Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique

    Ils ont meme pas commencé l'enquete que les gauchos sont de sortis pour manifester.... Faudrait qu'on ai un océan qui nous sépare de ce pays là....

  • Peur Surlaville le 08.10.2019 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    5000 To

    C'est pas énorme ! #peursurlaville

  • Lama Cronie le 08.10.2019 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Plus le mensonge est gros, plus il est..

    Toutes traces permettant de mettre à mal la version officielle étant effacées, les experts on maintenant le champ libre! Phil Hype