France

19 juillet 2019 15:15; Act: 19.07.2019 15:40 Print

Le sort du jeune disparu à Nantes préoccupe des élus

Des députés dénoncent «le silence» entourant la disparition de Steve Caniço suite à une opération de police.

storybild

Quatorze personnes avaient été repêchées après avoir chuté dans le fleuve pendant la Fête de la musique en juin. Steve Maia Caniço n'a pas été retrouvé. (Photo: AFP)

Une faute?

Des députés de la gauche radicale en France ont dénoncé vendredi «le silence» entourant le sort de Steve Maia Caniço, un mois après sa disparition à Nantes (ouest) lors de la Fête de la musique sur fond d'intervention controversée de la police.

Des vidéos publiées vendredi sur les réseaux sociaux par chacun de ces députés de La France Insoumise (LFI) les montrent avec une pancarte demandant «Où est Steve?», sur fond sonore de charge policière. «Quatre semaines après les faits, nous ne pouvons nous satisfaire du silence du gouvernement dans une affaire aussi grave», affirment dans un communiqué ces députés qui comptent déposer «la semaine prochaine une proposition de résolution demandant l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire sur les opérations de dispersion».

Echauffourées nocturnes

Dans la nuit du 21 au 22 juin, la Fête de la musique à Nantes s'était terminée dans la confusion. Des échauffourées avaient éclaté vers 04h30 entre participants et policiers venus exiger l'arrêt de la musique sur un quai en bord de Loire. Quatorze personnes avaient été repêchées, après avoir chuté dans le fleuve, par les secours durant la nuit. Steve Maia Caniço, animateur périscolaire âgé de 24 ans, n'a plus donné signe de vie depuis cette nuit-là, peut-être tombé dans le fleuve lui aussi. Il ne sait pas nager, selon ses proches.

Selon la police, il n'y a eu «aucune charge» des forces de l'ordre, visées par des projectiles. De nombreux participants ont cependant relaté avoir été aveuglés par du gaz lacrymogène. Enquête sur l'intervention policière

Le parquet de Nantes a ouvert une information judiciaire sur la disparition du jeune homme. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a également été saisie pour enquêter sur les conditions de l'intervention policière. Plusieurs autres procédures judiciaires sont en cours. Le Défenseur des droits Jacques Toubon s'est auto-saisi.

La maire de Nantes, Johanna Rolland, a demandé jeudi des explications au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Malgré plusieurs enquêtes diligentées, «à ce jour, aucune information n'a été donnée sur leur déroulement», relève-t-elle. «Un mois après les faits, il faut désormais que les investigations aboutissent extrêmement rapidement».

La famille du jeune homme s'est constituée partie civile.

(nxp/afp)