Royaume-Uni

24 mai 2019 13:24; Act: 24.05.2019 13:24 Print

Le successeur de May nommé d'ici le 20 juillet

Le Parti conservateur tiendra une succession de votes de ses députés afin de déterminer deux candidats qui seront ensuite soumis au vote des militants pour le poste de Premier Ministre.

Une faute?

Le successeur de la Première ministre britannique Theresa May, qui a démissionné vendredi, sera nommé d'ici la pause parlementaire le 20 juillet, a annoncé son Parti conservateur dans un communiqué.

Le Parti conservateur, dont le chef est traditionnellement le Premier ministre, tiendra une succession de votes des députés tories afin de déterminer deux candidats qui seront ensuite soumis au vote des militants.

Le candidat favori à la succession de la Première ministre britannique Theresa May, Boris Johnson, a réagi à l'annonce de sa démission en affirmant qu'il était «temps de mettre en oeuvre le Brexit».

«Merci pour vos services stoïques rendus à notre pays et au Parti conservateur. Il est maintenant temps de suivre (vos) exhortations: se rassembler et mettre en oeuvre le Brexit», a tweeté l'ex-ministre des Affaires étrangères et partisan d'une coupure nette avec l'UE.

Pas de changement à Bruxelles

Une Commission européenne qui a tenu à mettre les choses au clair. La démission de la Première ministre britanique Theresa May ne change «rien» à la position des 27 sur l'accord conclu pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE, a affirmé vendredi la Commission européenne.

«Nous respecterons le nouveau Premier ministre mais rien ne changera sur la position adoptée par le Conseil européen pour l'accord de sortie», a déclaré la porte-parole adjointe de la Commission européenne Mina Andreeva.

«Le président (Jean-Claude) Juncker a appris l'annonce du Premier ministre et n'a éprouvé aucune joie. Il a apprécié de travailler avec Theresa May, qu'il respecte et considère comme une femme courageuse», a-t-elle précisé.

«Le président Juncker est prêt a établir des relations de travail avec le nouveau Premier ministre, qui qu'il soit, sans pour autant arrêter ses entetiens avec Theresa May», a assuré la porte-parole de la Commission.

(nxp/afp)