Londres

22 février 2020 11:10; Act: 22.02.2020 14:10 Print

Le suspect de l'agression du muezzin a été inculpé

L'homme qui avait attaqué au couteau le membre d'une mosquée à Londres a été mis en examen ce samedi pour blessures corporelles graves.

storybild

Le muezzin Raafat Maglad avait été agressé jeudi après-midi à la mosquée près de Regent's Park. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un sans domicile fixe de 29 ans a été inculpé vendredi soir pour l'agression au couteau la veille qui a blessé le muezzin de la mosquée centrale de Londres, a annoncé la police.

Le suspect, Daniel H., est poursuivi pour blessures corporelles graves et possession d'objet tranchant, a précisé Scotland Yard dans un communiqué. Les faits ne sont pas considérés à ce stade comme de «nature terroriste».

Présenté à la justice samedi en milieu de journée, il a été maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience dans un mois.

La victime, septuagénaire, a pu sortir de l'hôpital vendredi. «Je lui pardonne. Je suis désolé pour lui», a déclaré à la presse le muezzin Raafat Maglad. «Ce qui est fait est fait, il ne peut pas revenir en arrière», a-t-il ajouté, indiquant avoir une profonde entaille au cou.

Agressé jeudi après-midi

Le muezzin, chargé d'appeler à la prière, a été agressé jeudi après-midi à la mosquée près de Regent's Park, en plein coeur de la capitale britannique. «Il m'a frappé, j'ai senti du sang couler de mon cou, et voilà, ils m'ont emmené à l'hôpital. Tout s'est passé très vite», a ajouté Raafat Maglad, précisant qu'il avait déjà vu son agresseur à la mosquée.

Un témoin de l'attaque a déclaré que le suspect avait été un habitué du lieu de culte, où il a été vu il y a au moins six mois.

«L'assaillant a été appréhendé par les fidèles jusqu'à ce que la police arrive et l'arrête», avait expliqué la mosquée dans un communiqué sur son site internet.

«Profondément attristé»

Le Premier ministre Boris Johnson s'est dit sur Twitter «profondément attristé» par cette attaque.

Le maire de la capitale, Sadiq Khan, de confession musulmane, s'est quant à lui dit «profondément préoccupé» par l'incident et a annoncé des patrouilles de policiers supplémentaires dans le quartier où l'attaque s'est produite.

Construite dans les années 1970, la mosquée peut accueillir plus de 5000 personnes.

(nxp/ats)