Massacre en Nouvelle-Zélande

15 mars 2019 09:10; Act: 15.03.2019 11:57 Print

Le tireur a diffusé son carnage en live sur le Net

L'assaillant de l'attaque meurtrière en Nouvelle-Zélande a publié sur les réseaux sociaux une vidéo «perturbante» montrant la fusillade de son point de vue. Les autorités appellent à la faire supprimer.

Sur ce sujet
Une faute?

Des images «perturbantes et extrêmement pénibles» circulent actuellement sur le web, après la fusillade ayant fait près de 50 morts, vendredi, dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Elles proviennent du tireur, qui a diffusé son massacre en live sur les réseaux sociaux.

Sur la vidéo, on le voit en habits de combat en train de monter à bord d'une voiture. Ensuite, il roule en direction d'une des mosquées avec de la musique folklorique d'Europe de l'Est résonnant en arrière-fond. Arrivé sur place, il sort tranquillement du véhicule, entre dans la mosquée et se met à tirer sur chaque personne qui croise son chemin. L'enregistrement montre l'attaque du point de vue du tireur, comme c'est le cas dans les jeux vidéo de tir à la première personne, ou FPS (pour first-person shooter).

Ne pas visionner ni partager l'enregistrement

Après un certain temps, l'homme – «un terroriste extrémiste de droite et violent», selon la Première ministre – sort du lieu de prière, tire plusieurs coups de feu sur le parking avant de faire demi-tour et entrer une nouvelle fois dans la mosquée. Là, on le voit tirer encore une fois sur chacun des corps inanimés au sol.

Le tireur, qui se présente comme étant un Australien de 28 ans, se remet ensuite au volant de son auto, démarre et tire sur des passants au hasard. Il s'adresse finalement aux internautes, en se réjouissant du succès de son attaque.

«20 minutes» refuse de publier ces images choquantes afin de ne pas faire l'apologie de cette attaque. Les autorités appellent par ailleurs à ne pas les visionner et s'attellent à les faire supprimer. Elles demandent aussi qu'elles ne soient pas partagées. Les plateformes, elles, s'efforcent depuis plusieurs heures de les supprimer au plus vite dès qu'elles réapparaissent.

(ofu)