Suisse

28 janvier 2020 11:21; Act: 28.01.2020 11:35 Print

Le trafic de châles en laine shahtoosh inquiète

Berne s'inquiète du nombre croissant de prises de châles en laine shahtoosh, qui nécessite d'abattre plusieurs antilopes du Tibet pour confectionner un seul exemplaire.

storybild

Le boom des châles en laine shahtoosh menace la survie des antilopes du Tibet. (Photo: Keystone)

Une faute?

Soixante-neuf châles en laine shahtoosh ont été saisis par les douanes suisses en décembre et janvier. Pour les confectionner, environ 300 antilopes du Tibet ont été sacrifiées, car il faut trois à cinq antilopes pour faire un seul châle.

Comme ces animaux sont menacés d'extinction, le commerce de ces châles est strictement interdit. Mais les saisies effectuées montrent que le trafic illégal des «châles de la honte» est toujours aussi important, écrit mardi l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

A l'aéroport de Belp, les collaborateurs de l'Administration fédérale des douanes (AFD) ont notamment découvert onze de ces précieux châles dans les bagages d'une voyageuse et, à proximité de Castasegna, une femme a même tenté d'en importer quinze. Ils ont saisi plusieurs châles à différents voyageurs à l'aéroport de Genève sur mandat de l'OSAV.

L'importation illégale d'un châle en laine shahtoosh est passible d'une amende en vertu de la loi sur les espèces protégées (LCITES). Pour l'OSAV, le nombre de châles saisis démontre toutefois la nécessité de poursuivre les contrôles et de continuer à sensibiliser les éventuels clients.

Cette laine est considérée comme la plus précieuse, la plus douce et la plus chaude au monde.

(nxp/ats)