Ghana

10 juin 2015 17:54; Act: 10.06.2015 18:06 Print

Le travail des enfants dans des mines d'or dénoncé

L'or utilisé dans la fabrication de bijoux et dans l'électronique dans le monde proviendrait en partie du travail illégal d'enfants, affirme l'ONG HRW. Deux sociétés suisses seraient concernées.

storybild

Outre la pénibilité, les enfants sont exposés à la poussière d'or et au mercure. (Photo: HRW)

Une faute?

Selon un rapport publié mercredi par Human Rights Watch (HRW), la plupart des raffineurs internationaux qui transforment l'or en provenance du Ghana ont des politiques de traçabilité responsables. Mais certains peuvent «bénéficier du travail dangereux effectué par des enfants dans des mines sans licence».

«Les raffineurs doivent prendre des mesures immédiates pour éliminer le travail des enfants de leur approvisionnement», poursuit HRW dans son rapport intitulé «Métal précieux, travail bon marché: le travail des enfants et la responsabilité des entreprises relatives aux mines d'or artisanales au Ghana».

La loi ghanéenne interdit le travail des enfants de moins de 15 ans ainsi que le travail pénible et dangereux comme dans les mines pour les moins de 18 ans. Toutefois, le travail d'enfants de neuf ans n'est pas rare dans les petites mines, qui opèrent très souvent dans l'illégalité. Ces mines représenteraient un tiers de la production du secteur, selon le rapport. Le Ghana est l'un des 10 premiers pays producteurs d'or au monde.

Poussière d'or et mercure très dangereux

Outre la pénibilité, les enfants sont exposés à la poussière d'or, source de cancers du poumon, ainsi qu'au mercure, utilisé pour séparer l'or d'autres minéraux. Le mercure peut causer des dégâts irréversibles au cerveau en cours de formation chez l'enfant.

Ce rapport est publié à l'avant-veille de la Journée mondiale contre le travail des enfants, le 12 juin, à l'initiative de l'ONU qui estime leur nombre à 15 millions. Les chercheurs de Human Rights Watch ont conduit leurs recherches depuis 2013 dans les mines d'or de trois régions du Ghana (la région Occidentale, la région Centrale et celle d'Ashanti). Ils ont visité 10 sites d'extraction et interrogé plus de 160 personnes dont 44 enfants âgés de 9 à 17 ans.

Six raffineurs internationaux

HRW s'est penché sur les pratiques de six raffineurs internationaux - deux sociétés suisses (Metalor et Produits Artistiques Métaux Précieux - PAMP), deux émiraties, une Indienne et une Sud-Africaine - qui achètent de l'or au Ghana. «Plusieurs d'entre elles présentent des faiblesses dans leurs procédures» telles que le «manque de contrôle sur leur chaîne d'approvisionnement».

«Les entreprises devraient mettre en place des politiques claires contre le travail des enfants, exiger une surveillance régulière avec des inspections impromptues effectuées par des personnes qui connaissent bien le travail des enfants (...) et veiller à ce que tous les contrats avec les fournisseurs comprennent des termes spécifiques interdisant le travail des enfants», préconise notamment l'organisation.

(ats)