Pakistan

30 juillet 2018 01:22; Act: 30.07.2018 01:22 Print

Législatives: l'opposition réclame une enquête

Dénonçant des fraudes lors des élections législatives au Pakistan, le PML-N veut déclencher l'ouverture d'une enquête.

storybild

Shahbaz Sharif est le dirigeant du PML-N et le frère de l'ancien premier ministre Nawaz Sharif. (Photo: AFP)

Une faute?

La plus importante formation de l'opposition pakistanaise, la ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N) de l'ex-premier ministre Nawaz Sharif, a réclamé dimanche l'ouverture d'une enquête judiciaire pour fraudes lors des élections législatives de mercredi. Elle dénonce un scrutin illégitime.

Le mouvement du Pakistan pour la justice (Pakistan Tehreek-e Insaf, ou PTI) d'Imran Khan, un ancien champion de cricket, est arrivé en tête lors du scrutin du 25 juillet, reléguant la PML-N en deuxième position.

«Nous allons publier un livre blanc sur les fraudes électorales et les autres incidents», a déclaré l'un des dirigeants de la ligue musulmane. «La PML-N ne considérera pas ces élections comme légitimes, et nous sommes prêts à nous battre aux côtés d'autres partis», a dit un autre haut dirigeant de ce parti.

Consultations

Le PTI a fait mieux que prévu avec 16,86 millions de voix, tandis que la PML-N en recueillait près de 13 millions. La formation d'Imran Khan a engagé samedi des consultations avec au moins un petit parti, le MQM, et des élus indépendants en vue de former une coalition de gouvernement s'appuyant sur une majorité au parlement.

Les observateurs de l'Union européenne se sont montrés critiques face au climat politique à l'approche du scrutin, déclarant que certains partis avaient été désavantagés. Les Etats-Unis ont émis des réserves analogues. «Le Pakistan a connu les élections les plus litigieuses de son histoire», a indiqué Ahsan Iqbal, un ancien ministre de l'intérieur et l'un des dirigeants de la PML-N.

(nxp/ats)