Accord sur le Brexit

17 octobre 2019 11:43; Act: 17.10.2019 18:42 Print

Les six scénarios possibles

Un contrat réglant les modalités du divorce entre Londres et Bruxelles a été annoncé ce jeudi matin par les deux parties. Mais il doit passer la rampe devant les députés.

Sur ce sujet
Une faute?

Un accord sur le Brexit a été annoncé ce jeudi par Jean-Claude Juncker et le Premier ministre britannique Boris Johnson, juste avant un sommet européen et à l'issue de longues journées de tractations épineuses.

«Nous en avons un!», a lancé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur son compte Twitter, alors que Boris Johnson se vantait d'«un excellent nouvel accord».

Jean-Claude Juncker, qui avait appelé le Premier ministre britannique dans la matinée, a qualifié l'accord d'«équitable et équilibré». Il a recommandé aux dirigeants des 27, qui commencaient à arriver à Bruxelles pour le sommet, de donner leur feu vert.

Dans la foulée de ces annonces, la livre a gagné 1% face au dollar, les milieux économiques redoutant les conséquences potentiellement dévastatrices d'un «no deal» le 31 octobre.

La ratification en question

Cet accord devra encore être ratifié par les parlements britannique et européen. Au Royaume-Uni, il devra notamment recevoir le soutien du petit parti nord-irlandais DUP, qui a rejeté jeudi le compromis sur l'accord de divorce.

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a donné une conférence de presse visible ci-dessous, avant de s'entretenir avec les Etats membres.

Les négociateurs européens et britanniques ont encore travaillé d'arrache-pied depuis mercredi, pour leur deuxième nuit d'affilée. L'optimisme était revenu la semaine dernière à la suite d'un rapprochement entre Dublin et Londres.

Il s'agit du deuxième accord trouvé entre Londres et Bruxelles pour mettre en oeuvre le résultat du référendum britannique de juin 2016. Le premier, négocié par Theresa May, avait été rejeté à trois reprises par le parlement britannique.

Les unionistes récalcitrants

Boris Johnson, qui veut coûte que coûte un divorce à la fin du mois, a appelé les députés britanniques à approuver cet accord lors d'une séance parlementaire exceptionnelle samedi.

La mission de Boris Johnson devant son parlement sera délicate, car il n'a plus de majorité, et devra compter sans le soutien du DUP, qui fait partie d'une coalition parlementaire avec son Parti conservateur.

Ce parti unioniste nord-irlandais a douché l'optimisme en déclarant qu'il ne pouvait pas «soutenir ce qui est proposé sur les questions des douanes et du consentement (de l'exécutif nord-irlandais au projet de Brexit). Il a également regretté» un manque de clarté sur la TVA«, à savoir le régime de taxe qui sera appliqué en Irlande du Nord.

Le petit parti, qui compte 10 députés à la Chambre des Communes, affirme cependant qu'il «continuera à travailler avec le gouvernement pour parvenir à un accord raisonnable qui fonctionne pour l'Irlande du Nord et protège l'intégrité économique et constitutionnelle du Royaume-Uni».

Les travaillistes appellent à rejeter l'accord

Le chef du parti travailliste, principale formation d'opposition au Royaume-Uni, a appelé les députés britanniques à «rejeter» l'accord de Brexit entre Londres et l'Union européenne, rendant improbable l'adoption par le Parlement du texte, auquel s'oppose également le parti nord-irlandais DUP.

Cet accord «ne rassemblera pas le pays et doit être rejeté. La meilleure façon de résoudre le Brexit est de donner à la population le dernier mot lors d'un vote populaire», a déclaré Jeremy Corbyn, leader du Labour, qui a carrément qualifié cet accord de «pire encore que celui trouvé par Theresa May».

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marcus Prodi le 17.10.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon avis

    Vivement le divorce c est top ! L EU ne vaut rien bravo les british!

  • Hulot le 17.10.2019 12:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez-y!

    La balle est dans le camp des Brexiters !

  • Adeline le 17.10.2019 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Oups

    Aie ça doit faire mal aux yeux des pro-européens de ce forum ça et ce n'est que le début hahaha

Les derniers commentaires

  • Fabienne le 17.10.2019 18:47 Report dénoncer ce commentaire

    Claquez la porte à ces corrompus

    Le seul scénario c'est le claquement de porte à ces corrompus de Bruxelles afin de leur faire comprendre qu'ils ne représentent rien, mais rien du tout.

  • Gédéon le 17.10.2019 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    c'est pas gagné...

    ILs ne sont pas encore sorti de l'auberge, vu le peu d'empressement des opposants, à accepter la volonté populaire qui ne leurs a pas été favorable ! La démocratie est d'une manière ou d'une autre, la grande perdante de l'accord...J'espère au moins que les citoyens de GB, auront pu obtenir quelque chose, à défaut de la totalité !

  • Claude52 le 17.10.2019 16:48 Report dénoncer ce commentaire

    Presque drôle.

    Je te tiens,tu me tiens par la barbichette,la désunion Européenne à encore frappé,bravo Boris et tant pis pour l'Ecosse mais ça c'est le problème des Anglais.

  • Truth le 17.10.2019 16:42 Report dénoncer ce commentaire

    Brexiteurs excités

    Tout ça pour trier les perdants et les gagnants ou les perdants des gagnants ou les gagnants des perdants... bon et bien voilà maintenant je suis perdus pas gagnant et pas perdant non plus. Enfin bref... les députés sont dépités, allez santé les brexiteurs.

  • Cloé le 17.10.2019 15:03 Report dénoncer ce commentaire

    Jamais pour une guerre populiste sourde

    Jamais je ne voterai pour l'UDC,MCG ou autres syndicats de la gauche extrême.C'est que des ennuis sans fin et des relents de méchanceté gratuite.