Contestations

12 juillet 2019 07:28; Act: 13.07.2019 10:40 Print

Les «murs de Lennon» fleurissent à Hong Kong

Inspirées de la révolte après l'assassinat d'un Beatles en 1980, les façades de Hong Kong sont recouvertes de post-it multicolores arborant des messages hostiles à Pékin.

Voir le diaporama en grand »
Le Congrès américain a adopté mercredi une résolution soutenant les «droits humains et la démocratie» à Hong Kong face à Pékin. (Mercredi 20 novembre 2019) Le Sénat américain a adopté un texte soutenant Hong Kong face à Pékin et menaçant de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique. (Mardi 19 novembre 2019) Des dizaines de manifestants pro-démocratie ont entamé mardi leur troisième journée retranchés dans un campus, après la spectaculaire «évasion» nocturne de leurs camarades. Pékin redit qu'il ne laissera pas la mégapole basculer dans l'anarchie. (19 novembre 2019) La Haute cour de Hong Kong a jugé lundi anticonstitutionnelle la loi polémique interdisant le port du masque. (18 novembre 2019) La police faisait le siège depuis dimanche soir de l'Université polytechnique de Hong Kong, où se trouvent des centaines de protestataires. (18 novembre 2019) Les manifestants ont lancé des cocktails Molotov sur les policiers pour les repousser. (18 novembre 2019) Un incendie d'envergure faisait rage lundi matin à l'entrée du campus où étaient retranchés des protestataires. (18 novembre 2019) Un policier a été touché par une flèche lancée par un manifestant, à Hong Kong. (Dimanche 17 novembre 2019) Le policier a été touché au niveau de la jambe. (Dimanche 17 novembre 2019) L'armée chinoise a participé samedi à Hong Kong au nettoyage des rues. Cette présence militaire symbolique n'a pas été sollicitée par le gouvernement local. (Samedi 16 novembre 2019) Pour le quatrième jour consécutif, Hong Kong est totalement paralysée. (14 novembre 2019) Hong Kong vivait mercredi une nouvelle journée de tension, après une nuit d'affrontements ultraviolents dans une université entre manifestants pro-démocratie et forces de l'ordre. (13 novembre 2019) Des affrontements entre des manifestants et la police se sont déroulés pour la première fois sur différents campus universitaires de Hong Kong mardi. (Mardi 12 novembre 2019) Un policier hongkongais a tiré lundi matin sur un manifestant masqué alors que la mégapole était paralysée par des opérations de blocage de très grande ampleur menée par la mouvance pro-démocratie. (Lundi 11 novembre 2019) Un étudiant qui avait chuté d'un parking lors de heurts avec la police le week-end dernier à Hong Kong est décédé. (Vendredi 8 novembre 2019) Un homme politique hongkongais pro-Pékin a été blessé mercredi matin lors d'une attaque au couteau. (6 novembre 2019) Le président chinois Xi Jinping a fait part de son «haut degré de confiance» envers l'impopulaire dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, qu'il a rencontrée à Shanghai alors que les violences se poursuivent dans l'ex-colonie britannique. (5 novembre 2019) La police de Hong Kong a fait usage samedi de gaz lacrymogène et de canons à eau contre des milliers de manifestants pro-démocratie lors d'une marche non autorisée. (Samedi 2 novembre 2019) Les manifestants pro-démocratie ont défilé pour Halloween avec des masques pour tourner en dérision l'exécutif local. (Vendredi 1er novembre 2019) Les manifestants pro-démocratie ont défilé pour Halloween avec des masques pour tourner en dérision l'exécutif local. (Vendredi 1er novembre 2019) Les manifestants pro-démocratie ont défilé pour Halloween avec des masques pour tourner en dérision l'exécutif local. (Vendredi 1er novembre 2019) A Hong Kong, des échauffourées ont opposé policiers et manifestants pro-démocratie défilant pour Halloween avec des masques tournant en dérision l'exécutif local. Ce dernier vient d'annoncer que le territoire est entré en récession. (Jeudi 31 octobre 2019) Joshua Wong, figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, a annoncé mardi que sa candidature aux prochaines élections locales avait été invalidée. (29 octobre 2019) La police hongkongaise a de nouveau fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc ce dimanche. (Dimanche 27 octobre 2019) Elle tentait ainsi de disperser une manifestation pro-démocratie non autorisée dans les rues commerçantes et touristiques de la pointe de la péninsule de Kowloon.(Dimanche 27 octobre 2019) Nombre de manifestants portaient des masques, en dépit de l'interdiction. (Dimanche 27 octobre 2019) Depuis fin août, huit figures hongkongaises du mouvement en faveur de la démocratie ont subi les coups d'inconnus. (Jeudi 24 octobre 2019) Pékin voudrait remplacer la cheffe de l'exécutif de Hong Kong Carrie Lam, croit savoir le «Financial Times». (Mercredi 23 octobre 2019) La police a utilisé des gaz lacrymogènes et un canon à eau pour disperser les manifestants qui protestaient dimanche malgré l'interdiction des autorités. (Dimanche 20 octobre 2019) Les manifestants protestent contre l'utilisation de pouvoirs d'urgence par le gouvernement pour interdire le masque dans les rassemblements publics. (Dimanche 6 octobre 2019) De nouvelles violences ont secoué dimanche Hong Kong, alors que des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie ont bravé l'interdiction de défiler le visage masqué. (Dimanche 6 octobre 2019) Des manifestants pro-démocratie défilent masqués malgré l'interdiction de se dissimuler le visage décidée la veille par la cheffe de l'exécutif Carrie Lam. (samedi 5 octobre) Les affrontements de vendredi à Hong Kong ont poussé les autorités à suspendre les transports en commun. (Samedi 5 octobre 2019) L'exécutif hongkongais a décrété ce vendredi 4 octobre que le port du masque sera désormais interdit dans les manifestations. Le protestataire touché par balle mardi à Hong Kong est poursuivi pour agression d'un policier. (Vendredi 4 octobre 2019) Les manifestants pourraient bientôt se retrouver sans masques lors des protestations. Les masques sont généralement utilisés par les manifestants pour ne pas être identifiés et pour éviter de futures poursuites judiciaires. Des centaines de jeunes gens se sont réunis pour protester, après qu'un manifestant a été blessé par balle mardi lors d'un rassemblement pro-démocratie, à Hong Kong. (Mercredi 2 octobre 2019) Une journaliste indonésienne est hospitalisée après avoir été blessée au visage par une balle en caoutchouc tirée par la police lors des débordements de dimanche. Les autorités sont priées de s'expliquer. (30 septembre 2019) La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a affronté jeudi soir les critiques de 150 personnes lors d'une réunion publique. (Jeudi 26 septembre 2019) De brefs affrontements ont eu lieu à Hong Kong. (Samedi 21 septembre 2019) Le militant pro démocratie hongkongais Joshua Wong a appelé vendredi Donald Trump à inclure une clause sur les droits humains dans ses négociations avec la Chine. (13 septembre 2019) «Papi Wong» brandit une canne au-dessus de sa tête en suppliant les policiers anti-émeute hongkongais de cesser leurs tirs de gaz lacrymogènes. A 85 ans, il est en première ligne pour protéger les manifestants pro-démocratie. (Dimanche 8 septembre 2019) Des manifestants pro-démocratie ont occupé l'aéroport de Hong Kong. (Samedi 7 septembre 2019) Ce n'est pas la première fois que les manifestants prennent pour cible l'aéroport. (Samedi 7 septembre 2019) Les étudiants ont formé une chaîne humaine pour protester ce 2 septembre 2019. Après un weekend de violences, la contestation à Hong Kong appelle à la grève générale et à un boycott des cours à l'université. (2 septembre 2019) Des centaines de manifestants pro démocratie tentaient dimanche de bloquer les accès de l'aéroport de Hong Kong. (1er septembre 2019) Situation très tendue à l'aéroport de Hong Kong après un samedi de chaos. (1er septembre 2019) Des manifestants vêtus de noir, portant des masques et se cachant derrière des parapluies pour échapper à la surveillance des caméras, ont de leur côté érigé des barricades au terminal d'autobus de l'aéroport. (1er septembre 2019) Des contestataires radicaux ont enfoncé samedi les barrières autour du complexe abritant le Parlement et le siège de l'exécutif hongkongais. (31 août 2019) Des manifestants armés de boucliers ont jeté des cocktails Molotov sur la police. (31 août 2019) La tension monte d'un cran ce samedi à Hong Kong entre les manifestants prodémocratie et la police. (31 août 2019 Hong Kong s'attend à un week-end sous tension après l'interdiction d'une grande manifestation pro-démocratie. (Samedi 31 août 2019) «La police appelle le public à se dissocier des manifestants violents», ont déclaré les forces de l'ordre. L'hôtesse de l'air Rebecca Sy a été licenciée sans préavis. La direction lui a reproché, lors d'un entretien, ses publications sur Facebook dans lesquelles la situation politique de Hong Kong était discutée. (23 août 2019) YouTube agit à son tour contre la propagande de la Chine sur Hong Kong visant à discréditer la mobilisation pro-démocratie à Hong Kong. (Jeudi 22 août 2019) Malgré la pluie et surtout les violences policières, les manifestants étaient très nombreux, dimanche dans les rues de Hong Kong. (Dimanche 18 août 2019) Un nouveau Tiananmen? L'artiste et dissident chinois Ai Weiwei redoute dans un entretien à l'AFP qu'il n'y ait «pas d'autres issues» à la crise hongkongaise qu'une répression violente des manifestations par Pékin. (Vendredi 16 août 2019) Le «Spiderman» français Alain Robert a déployé vendredi une banderole pour la paix sur un gratte-ciel hongkongais. (16 août 2019) La Chine, qui a massé ses troupes à la frontière de Hong Kong, a menacé jeudi de ne pas rester «les bras croisés» si la contestation prodémocratie devait dégénérer dans la région semi-autonome, suscitant «l'inquiétude» de Donald Trump au sujet des risques de répression violente. (15 août 2019) Un journaliste AFP a observé jeudi des forces chinoises rassemblées jeudi dans un stade de Shenzhen, ville aux portes de Hong Kong. (15 août 2019) Pékin serre la vis à toute entreprise soupçonnée de sympathie pour le mouvement pro-démocratie. Deux pilotes de Cathay Pacific ont été virés pour être impliqués dans la contestation. (14 août 2019) L'aéroport de Hong Kong retrouvait mercredi matin une activité normale au lendemain d'une deuxième journée de chaos et alors que Pékin accentue ses menaces d'intervention. (14 août 2019) Donald Trump est critiqué de toutes parts aux Etats-Unis pour son apparente bienveillance à l'égard de la Chine dans la crise à Hong Kong. Il a confirmé que l'armée chinoise se déployait «à la frontière avec Hong Kong». (13 août 2019) Les manifestants pro-démocratie ont bloqué mardi les passagers en partance en plusieurs endroits de l'aéroport de Hong Kong ce mardi 13 août 2019. Les manifestants pro-démocratie ont bloqué mardi les passagers en partance en plusieurs endroits de l'aéroport de Hong Kong ce mardi 13 août 2019. Le trafic a repris mardi à l'aube à l'aéroport de Hong Kong, fermé lundi après avoir été envahi par des manifestants prodémocratie. (13 août 2019) Des centaines de manifestants se sont rassemblés dans l'après-midi dans le quartier de Tai Po. (Samedi 10 août 2019) La police hongkongaise tire à nouveau des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants pro-démocratie alors que l'ex-colonie britannique avait été paralysée dans la matinée par des opérations de blocage du métro. (5 août 2019) «Nous avons vu récemment, c'est très clair, que les gens proposent de manière impertinte de reprendre Hong Kong, la révolution de notre temps (...) et de contester la souveraineté nationale du pays», a déclaré à la presse la dirigeante de l'exécutif, Carrie Lam. «J'ose affirmer que cela vise à renverser Hong Kong, à détruire complètement la précieuse vie de plus de sept millions de personnes». (5 août 2019) Le chaos s'est abattu lundi matin sur les transports hongkongais en raison de nouvelles opérations des manifestants pro-démocratie. Le métro a été bloqué et une centaine de vols internationaux annulés. (5 août 2019) La police anti-émeutes de Hong Kong a tiré samedi soir des grenades lacrymogènes contre les manifestants prodémocratie. (Samedi 3 août 2019) Les manifestants sont à nouveau descendus par milliers dans les rues samedi en signe de défiance à l'égard de la Chine, qui multiplie pourtant les menaces. (Samedi 3 août 2019) Hong Kong, est plongé dans la pire crise de son histoire récente.(Samedi 27 juillet 2019) Après l'attaque du bureau de liaison du gouvernement chinois à Hong Kong par les manifestants dimanche, la Chine accuse les protestants d'avoir insulté «l'ensemble du peuple chinois». (Lundi 22 juillet 2019) La contestation ne faiblit pas. Les façades de Hong Kong sont recouvertes de post-it multicolores arborant des messages hostiles à Pékin, souvent détruits aux premières heures du matin. (12 juillet 2019) Les papiers sont autant de messages à Carrie Lam, la cheffe du gouvernement proPékin non élue, parfois polis, parfois beaucoup moins. (Hong Kong, 12 juillet 2019) Mercredi soir, des échauffourées ont éclaté quand des groupes de partisans du gouvernement ont tenté d'arracher les post-it d'un «mur de Lennon» proche d'un complexe résidentiel abritant de nombreux policiers et fonctionnaires retraités. (12 juillet 2019) La cheffe du gouvernement pro-Pékin Carrie Lam a déclaré mardi que le projet de loi sur les extraditions vers la Chine était «mort», se refusant toutefois à annoncer le retrait immédiat du texte. (9 juillet 2019) Cinq personnes ont été arrêtées lors d'affrontements nocturnes entre manifestants antigouvernementaux et policiers anti-émeutes à l'issue d'une nouvelle manifestation géante à Hong Kong. (Lundi 8 juillet 2019) Les manifestants se sont défendus contre la charge de la police, qui a eu lieu après un face-à-face tendu d'une vingtaine de minutes sur une grande avenue. (Dimanche 7 juillet 2019) Des affrontements entre manifestants et policiers anti-émeutes ont éclaté dimanche soir à Mongkonk, un quartier nord de Hong Kong. (Dimanche 7 juillet 2019) La gare, qui a coûté plusieurs milliards d'euros, est dénoncée par les opposants comme le cheval de Troie de la Chine car les lois chinoises s'y appliquent dans certaines zones. (Dimanche 7 juillet 2019) a nouvelle gare de West Kowloon, ouverte en septembre pour connecter Hong Kong avec le réseau ferroviaire à grande vitesse chinois. (Dimanche 7 juillet 2019) Pour déloger les manifestants, la police a lancé des gaz lacrymogènes avant de charger. (Lundi 1er juillet 2019) 22 ans après la rétrocession de Hong kong à la Chine, des centaines de manifestants ont pris possession du parlement local. (Lundi 1er juillet 2019) Lundi, les manifestants se sont attaqués au parlement local, occupé et saccagé. (Lundi 1er juillet 2019) Des manifestations contre le gouvernement pro-Chinois ont escaladé à Hong Kong. (Lundi 01.07.2019) Les manifestants sont rentrés dans le parlement et ont pendu un drapeau de la période coloniale. (Lundi 01.07.2019) Les manifestants ont tagué les murs du parlement. (Lundi 01.07.2019) Les manifestants sont rentrés dans le parlement et ont pendu un drapeau de la période coloniale. (Lundi 01.07.2019) Dans la nuit, la police a dispersé la foule avec des gaz lacrymogènes. (Lundi 01.07.2019)

Une faute?

Les oeuvres, inspirées du «mur de Lennon» de Prague, hommage tout en graffiti au légendaire Beatles assassiné en 1980, se sont multipliées à travers Hong Kong, comme signe de contestation, au grand déplaisir des soutiens de Pékin qui tentent de les arracher.

A Prague, chacun peut peindre sur le mur de Prague, toile de la contre-culture en évolution constante.

Le premier «mur de Lennon» de Hong Kong est apparu en 2014, lors de l'immense mouvement pour la démocratie qui avait réclamé l'élection du chef du gouvernement au suffrage universel.

Les manifestants emmenés par les étudiants avaient occupé pendant plus de deux mois des quartiers entiers de ce haut lieu de la finance internationale et un escalier menant au Conseil législatif (LegCo), le Parlement local, avait été couvert de milliers de papiers multicolores.

Gigantesque vague de contestation

Une bannière avait été accrochée sur un pont proche, citant la fameuse chanson «Imagine» de John Lennon: «You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one» (je ne suis pas le seul rêveur).

Pékin n'avait rien cédé aux revendications et le mur avait repris son visage de béton lorsque les camps des protestataires avaient été démantelés.

Hong Kong est de nouveau secouée par une gigantesque vague de contestation, partie du rejet d'un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine.

Les post-it de la défiance sont de retour mais cette fois, ils ont essaimé à travers toute l'ancienne colonie britannique depuis qu'un premier «mur de Lennon» monté devant le LegCo fut détruit par des manifestants progouvernementaux il y a deux semaines.

Jeux de mots

Les papiers sont autant de messages à Carrie Lam, la cheffe du gouvernement proPékin non élue, parfois polis, parfois beaucoup moins.

Les manifestants ont déposé des boîtes de stylos et de post-it devant chaque mur, certains sont protégés des pluies tropicales par des bâches en plastique transparent.

A Tsuen Wan, dans les Territoires du Nord, dans la partie continentale de Hong Kong, un étudiant de 19 ans qui se présente sous son seul nom de famille, Lau, se sert d'un tampon pour imprimer des caractères chinois qui connaissent un franc succès ces dernières semaines.

«C'est de la calligraphie maline. Si on lit les caractères dans un sens, ça veut dire Hong Kong mais si on les lit dans l'autre sens, ça veut dire «Ajoutez de l'huile».

Il s'agit là d'une expression d'encouragement cantonaise courante devenue le cri de ralliement des protestataires.

Mercredi soir, des échauffourées ont éclaté quand des groupes de partisans du gouvernement ont tenté d'arracher les post-it d'un »mur de Lennon« proche d'un complexe résidentiel abritant de nombreux policiers et fonctionnaires retraités.

Lors d'un autre incident, filmé et posté sur les réseaux sociaux, un soutien de Pékin met de nombreux coups de poing dans la figure d'un jeune militant démocrate. Le jeune homme encaisse les coups sans se défendre, posture de non violence saluée par de nombreux internautes. L'agresseur a été arrêté, selon la police.

Les »murs de Lennon« sont souvent détruits aux premières heures du matin. Mais ils ne cessent de renaître de leurs cendres.

A Tsuen Wan, un message proclame: «Ils peuvent détruire le mur mais ils ne détruiront pas notre volonté».

(nxp/afp)