Surveillance

12 février 2020 15:58; Act: 13.02.2020 07:34 Print

Les États-Unis ont eu un «appétit insatiable»

Une société zougoise a contrôlé jusqu'à plus de la moitié du marché des systèmes de cryptage vendus à des États étrangers.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancienne entreprise zougoise Crypto SA a joué pendant des décennies un rôle central pour les États-Unis dans l'espionnage d'États tiers. C'est ce que montrent de multiples sources auprès de la CIA et du renseignement allemand BND citées par le «Washington Post».

Les États-Unis ont fait preuve durant ces années d'un appétit insatiable pour la surveillance globale. Au plus fort de son activité, la société zougoise contrôlait plus de la moitié du marché des systèmes de cryptage vendus à des États étrangers, écrit le «Washington Post», journal qui a participé aux recherches sur l'affaire d'espionnage conjointement avec l'émission Rundschau de la télévision alémanique SRF et la chaîne allemande ZDF.

Dans les années 1980 par exemple, l'Arabie saoudite était la cliente principale de Crypto, suivie par l'Iran, l'Italie, l'Indonésie, l'Irak, la Libye, la Jordanie et la Corée du Sud. La Russie et la Chine étaient prudentes par principe et n'ont jamais été clientes.

Le zèle des États-Unis

Deux rapports, dont l'authenticité n'est pas remise en doute par les renseignements américain CIA et allemand BND, révèlent toutefois des frictions entre les deux partenaires. Ainsi, le BND a été effaré de constater avec quel enthousiasme les États-Unis espionnaient des pays amis comme l'Espagne, la Grèce et la Turquie, au mépris de toute éthique.

Certains collaborateurs, qui n'ont été mis au courant qu'après coup de la surveillance d'États par le biais de systèmes de cryptage manipulés, étaient choqués, écrit le «Washington Post». Le journal cite notamment Jürg Spörndli, un ingénieur électricien employé pendant 16 ans chez Crypto. Les employés se sont sentis trahis, sans parler des risques élevés auxquels s'est exposé le personnel de la vente.

Entreprise florissante

Les affaires de l'entreprise étaient florissantes. De 1970 à 1975, le chiffre d'affaires a passé de 15 millions à 51 millions de francs. Le bénéfice a triplé, passant de 1,4 million à 4,4 millions. La CIA et le BND se sont partagé les gains. Au mieux de sa forme, Crypto employait plus de 250 personnes.

Le BND s'est retiré de l'affaire en 1990 et la CIA a repris les actions détenues par son homologue allemand. La transaction s'est déroulée par une société écran du Liechtenstein afin de masquer les vrais détenteurs.

Les innovations technologiques survenues dans les années suivantes ont fait que la CIA a finalement elle aussi renoncé à ses parts en 2018. L'entreprise zougoise s'est alors séparée en deux sociétés, CyOne Security AG et Crypto International AG. Les deux soulignent qu'elles n'ont aucun rapport avec des services de renseignement.

Dossiers toujours secrets

Les dossiers concernant l'enquête menée dans les années 1990 contre Crypto restent en partie toujours secrets aujourd'hui, a déclaré pour sa part Jürg Bühler, actuel vice-directeur du Service de renseignement de la Confédération (SRC), qui a dirigé l'enquête à l'époque alors qu'il était directeur de la police fédérale.

Cette mesure est due à de nombreuses données personnelles, qui restent dignes d'être protégées, a-t-il déclaré mercredi aux sites en ligne de la radio et télévision alémaniques SRF. Les dossiers contiennent des informations de partenaires étrangers soumises à la protection des sources, de même que des procès verbaux de commissions parlementaires qui ne peuvent être ouverts pour l'instant, selon Jürg Bühler.

Un autre dossier sur l'enquête menée à l'époque par la police fédérale contre Crypto est par ailleurs manquant. Le SRC ne l'a appris que maintenant, a ajouté Jürg Bühler. Le SRC espère que le dossier a simplement été mal classé dans les archives fédérales et qu'il réapparaisse.

Pas d'instruction

De son côté, le Ministère public de la Confédération (MPC) n'a pas ouvert d'instruction en lien avec l'affaire d'espionnage, précise-t-il à Keystone-ATS. Il ajoute que des articles de presse ne suffisent en règle générale pas.

Le ministère renvoie à l'enquête confiée par le Conseil fédéral à l'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer. Si des aspects de droit pénal devaient apparaître dans le rapport final et s'ils sont du ressort du MPC, celui-ci les examinerait selon la procédure habituelle.

Le Conseil fédéral a procédé mercredi à un bref état de la situation, a annoncé son porte-parole André Simonazzi. Le Département de la défense (DDPS) a informé le gouvernement sur l'affaire le 5 novembre 2019. Les faits en question ont débuté en 1945 et sont aujourd'hui difficiles à établir et à interpréter. Pour cette raison, le Conseil fédéral a chargé le 15 janvier Niklaus Oberholzer de tirer les choses au clair. Ce dernier doit rendre son rapport d'ici la fin juin.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, invitée sur le plateau de l'émission de la RTS Infrarouge, a estimé dans la soirée qu'en prenant cette mesure, «le Conseil fédéral a agi vite et juste». «On veut avoir tous les faits sur la table et ça c'est important», a ajouté la socialiste se refusant à toute autre spéculation.

Le PS veut une CEP

Au niveau du Parlement, le Parti socialiste demande la création d'une commission d'enquête parlementaire «cryptoleaks». Le groupe socialiste soumettra une initiative parlementaire en ce sens, avec une liste concrète de questions, lors de la session de printemps, a décidé la présidence du PS.

Le PLR et les Verts ont fait savoir mardi déjà qu'une CEP pouvait être une option sérieuse s'il est réellement prouvé que la Confédération a failli dans cette affaire. L'UDC veut que l'affaire soit tirée au clair. Son groupe parlementaire examine si l'enquête ouverte par le Conseil fédéral est suffisante ou s'il est nécessaire de constituer une CEP ou une autre commission spéciale.

Mercredi soir, Alfred Heer (UDC/ZH), président de la délégation des commissions de gestion a finalement annoncé lors de l'émission Rundschau de la SRF qu'il allait «immédiatement ouvrir une enquête sur l'affaire» lors d'une réunion du panel jeudi. «Les anciens conseillers fédéraux, le personnel du service de renseignement et de l'administration doivent être entendus. C'est le moyen le plus rapide de faire la lumière sur cette affaire», a déclaré Alfred Heer.

La délégation des commissions de gestion surveille les activités relevant de la sécurité de l'Etat et du renseignement. Mardi, Alfred Heer avait déclaré qu'il souhaitait d'abord attendre les conclusions de Niklaus Oberholzer avant d'agir. Sur le plateau d'Infrarouge, Simonetta Sommaruga a d'ores et déjà fait savoir que si le Parlement décidait du lancement d'une CEP, «bien sûr, le Conseil fédéral va le soutenir, comme c'est toujours le cas».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Janonime le 13.02.2020 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tricheurs

    après les USA osent accuse huawei d espionnage il est plus facile d accuser les autres que faire le ménage chez chez-soi

  • Grincheux le 13.02.2020 08:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui est pris qui croyait prendre

    Et ils osent critiquer Huawei! Ne me faites pas ce que je fais aux autres.

  • Maokaï le 13.02.2020 08:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Monde moderne

    Joli monde où il faut tout contrôler tout savoir et surtout ne faire confiance à personne. Tout les pays feraient la même chose que les Usa s'ils avaient les finances pour le faire. Si seulement les riches et puissants ne feraient pas tout pour s'emmerder les uns les autres on vivrait mieux.

Les derniers commentaires

  • 852963ppp_urss le 13.02.2020 15:11 Report dénoncer ce commentaire

    libre toujours

    4)Les activités de certaines entreprises nuisent-elles à l'image de la Suisse ? Réponse : oui. UBS et Crédit suisse. Toute entreprise ayant le mot "suisse" dans sa raison sociale peut nuire à l'image de notre pays. Mais le Parlement s'en fout. 5)Les pays qui ont été espionnés par les USA via le logiciel de Crypto AG peuvent-ils accuser la Suisse ? Réponse : non. Commercialement, c'est l'entreprise qui est responsable. Celle-ci étant en mains américaines, les services secrets des pays acheteurs auraient dû se méfier? Donc circulez, y a rien à voir et Godbless America.

  • 989672ooooo le 13.02.2020 15:07 Report dénoncer ce commentaire

    libre arbitre, suite

    2)La Suisse est-elle incriminée ? Réponse : non. La Suisse est un pays libre. Cette société était possédée par les américains et les allemands, pas par les suisses. Cela implique seulement que c'est le droit des affaires suisse qui s'applique, cela n'engage pas la responsabilité de la Suisse. 3)Est-il normal que la Suisse ait tout ignoré ? Réponse : non. Le Parlement suisse ayant désactivé les services de contre-espionnage pendant plusieurs années on ne peut être sûr que d'une chose, les télétubbies siègent bel et bien aux Parlement suisse.

  • scz4800k36__ le 13.02.2020 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Libre arbitre

    On présente cette affaire comme un scandale. Mais vous n'êtes pas obligé d'adhérer à cette vision des choses. 1)Est-il légitime que les USA espionnent les autres pays ? Réponse : oui. On ne vit pas dans un monde de bisounours et je préfère que les USA sachent ce qui se passe en Corée du Nord ou en Iran par exemple, voire à Cuba à l'époque. Hitler a été vaincu grâce au décryptage d'enigma par les anglais, preuve de l'utilité des services de renseignements.

  • reto stöckli le 13.02.2020 09:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en taule !!!

    et pourquoi les autorités ne font pas carrément fermer cette société et mettent en taule leur dirigeants ? ils portent ateinte à l image de la suisse et ne sont meme pas poursuivis? d ici que l enquete se mette en place tous les documents compromettants sont deja passés au broyeur de toutes façons...

  • Simon Térefroidi le 13.02.2020 09:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    All ways bright!

    Franchement à quoi bon jouer si les cartes sont pipées? Le fait que les US ont triché devrait nous inciter à nous poser la question suivante: peut-on se baser sur le modèle américain et en adopter les mimiques afin de construire notre société? Accepter cette réalité dérangeante équivaudrait à vendre son âme. Pourriez-vous par exemple soutenir un politicien véreux où invoqueriez vous une démission et des poursuites à son encontre? La réalité devrait idéalement se situer dans le fait de s'empêcher d'empiéter sur la liberté des autres quand on revendique sa propre liberté.