Droits humains

30 juin 2011 13:22; Act: 30.06.2011 16:27 Print

Les Etats demandent plus

Le Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU manque cruellement de fonds selon sa représentante Navi Pillay.

storybild

Navi Pillay déplore le manque de fonds de son haut commissariat. (Photo: AFP)

Une faute?

Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme manque cruellement de fonds, a déclaré jeudi Navi Pillay. La Haut Commissaire a appelé les Etats à soutenir les militants des droits humains au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et ailleurs, mais «pas seulement par de belles paroles».

La Haut Commissaire Navi Pillay a dénoncé «un fossé croissant entre le travail demandé pour promouvoir les droits humains dans le monde et les fonds disponibles». «Mon organisation travaille à la limite de ses possibilités», a-t-elle averti lors d'une conférence de presse à Genève.

Les Etats lui demandent toujours plus, mais ne lui donnent pas les ressources nécessaires, a déploré la Haut Commissaire aux droits de l'homme. Elle a appelé «les gouvernements à soutenir les militants des droits de l'homme au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et ailleurs avec autre chose que de belles paroles».

«Je demande aux Etats de financer rapidement nos activités prévues cette année, pour nous éviter de couper dans des opérations déjà sous-financées», a déclaré Navi Pillay.

Trois chasseurs F-16

«Il faut davantage de ressources pour faire des droits de l'homme une réalité», a insisté l'ex-juge sud-africaine. Pour la première fois l'an dernier, le Haut Commissariat a connu un déficit de 11 millions de dollars sur un budget total de 202 millions. Ce budget équivaut au coût de trois chasseurs F16, a relevé Navi Pillay.

Depuis le début de l'année, les mandats du Haut Commissariat se sont multiplié. Il a dû financer les douze experts de la commission d'enquête en Côte d'Ivoire, les treize membres de la commision d'enquête en Libye et les treize juristes chargés d'enquêter sur la situation en Syrie, a indiqué la Haut Commissaire.

Douze résolutions adoptées par le Conseil des droits de l'homme se traduisent par des dépenses supplémentaires de neuf millions de dollars, qui ne sont pas encore couvertes, a-t-elle dit. Deux nouveaux bureaux au Caire et à Tunis doivent en outre être financés.

Le nombre d'experts indépendants et membres des groupes de travail a passé de 51 à 66 en deux ans, a ajouté la Haut Commissaire. En outre, le nombre de membres des dix comités chargés de surveiller les organes de traités de l'ONU a passé de 74 experts en 2005 à 172 cette année.

Contributions insuffisantes

La part du Haut Commissariat au budget régulier de l'ONU (5,1 milliards de dollars) n'est que de 2,8%, a encore dit Navi Pillay, «alors que les droits de l'homme sont un des trois piliers de l'ONU, avec la sécurité et le développement».

Ce budget régulier de 70,5 millions ne couvre que le 35% du budget du Haut Commissariat. Des contributions volontaires des Etats s'y ajoutent, mais elles n'ont pas dépassé les 109 millions l'an dernier.

Compte tenu des nouveaux mandats, le Haut Commissariat aura besoin cette année de 150 millions en contributions volontaires, a affirmé Mme Pillay. «Mais le message que nous recevons des donateurs est qu'elles ne dépasseront pas les 110 millions», s'est-elle alarmée.

(ats)