La tension monte aux Etats-Unis

27 février 2019 13:06; Act: 27.02.2019 13:29 Print

«Raciste, escroc»: les aveux explosifs de Cohen

Face à une commission parlementaire ce mercredi, Michael Cohen s'apprête à balancer sur le président américain. Le «New York Times» s'est procuré une copie des notes de l'avocat.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen, passe à la vitesse supérieure: il va être interrogé mercredi, lors d'une audition très attendue devant une commission parlementaire, sur les affaires privées du président américain et ses liens avec la Russie, qui auraient pu influencer son élection en 2016. Le «New York Times» s'est procuré mardi une copie des notes préparatoires de l'ancien «pitbull» de Trump, qui compte dénoncer «les mensonges, le racisme et les tricheries» du milliardaire, en tant qu'homme d'affaires ou comme président.

Selon le quotidien new-yorkais, dans l'un des passages les plus offensifs de son témoignage, Michael Cohen qualifie son ex-client de «raciste». Il raconte que si le président a traité les pays pauvres de «trous à rats», «il est encore pire» en privé. «Une fois, il m'a demandé si je pouvais citer un pays dirigé par une personne noire qui n'était pas un trou à rats. C'était quand Barack Obama était président des États-Unis», a prévu de témoigner Michael Cohen.

L'ex-avocat de Trump compte aussi revenir sur le jour où lui et le président traversaient en voiture une banlieue difficile de Chicago. «Il a dit que seuls les Noirs pouvaient vivre de cette manière», va-t-il balancer. Selon Cohen, Donald Trump a également déclaré que «les Noirs ne voteraient jamais pour lui, parce qu'ils sont trop stupides».

Wikileaks, projet immobilier

Cohen va également qualifier le président d'«escroc» qui connaissait à l'avance les révélations de WikiLeaks sur sa rivale Hillary Clinton. Il va aussi expliquer comment il avait eu instruction de mentir sur un projet immobilier en Russie en pleine campagne présidentielle.

La commission devrait l'interroger sur les finances de l'Organisation Trump, pour laquelle il a travaillé pendant dix ans, les déclarations d'impôts du promoteur, les comptes douteux de sa fondation ou le projet de tour à Moscou en 2016. Sans oublier les 280'000 dollars qu'il a versés lors de la campagne à deux femmes, Stormy Daniels et Karen McDougal, pour acheter leur silence sur leurs liaisons supposées avec le milliardaire.

«A sa façon, il me disait de mentir»

Mardi, Michael Cohen s'est expliqué sur ses mensonges initiaux lors de sa première audition devant la commission sénatoriale en 2017, notamment sur ses contacts avec des responsables russes au sujet du projet immobilier à Moscou en 2016. Mercredi, il va expliquer: «Lors de conversations que nous avons eues durant la campagne, alors même que je négociais en Russie pour lui, il me regardait dans les yeux et me disait qu'il n'y avait aucun projet en Russie puis sortait et mentait au peuple américain en répétant la même chose».

«A sa façon, il me disait de mentir», va-t-il dire, précisant que Trump mentait parce qu'il ne s'attendait pas à gagner l'élection et escomptait des centaines de millions de dollars du projet. Cohen va également exprimer sa honte de sa loyauté passée envers M. Trump: «J'ai honte parce que je sais qui est M. Trump. C'est un raciste. C'est un escroc. C'est un tricheur».

Donald Trump, actuellement au Vietnam pour un deuxième sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, a tenté de discréditer son ancien avocat. «Michael Cohen a été l'un parmi de nombreux avocats qui m'ont représenté (malheureusement)», a-t-il tweeté. «Il ment afin de réduire sa peine de prison», a-t-il accusé.


(joc/afp)