Décès de Fidel Castro

29 novembre 2016 16:03; Act: 29.11.2016 16:03 Print

Les Occidentaux grands absents aux obsèques

Le Premier ministre grec Tsipras sera le seul dirigeant européen à assister aux funérailles de Fidel Castro qui auront lieu ce mardi soir à La Havane.

Voir le diaporama en grand »
L'urne funéraire a traversé Santiago de Cuba jusqu'au cimetière. C'est la que les funéraille de Fidel Castro se déroulent. (Dimanche 4 décembre 2016) Le président cubain Raul Castro s'est engagé à «défendre la patrie et le socialisme» lors d'une cérémonie d'hommage tenue à la veille des funérailles de Fidel Castro. (Samedi 3 décembre 2016) La caravane a paradé dans les artères de Santiago, le long desquelles se sont massés des dizaines de milliers de Cubains venus scander «Je suis Fidel! Je suis Fidel!» (Samedi 3 décembre 2016) Les cendres de Fidel Castro bouclent samedi leur traversée de Cuba dans la ville-berceau de sa révolution. (Samedi 3 décembre 2016) Posée sur une remorque à l'arrière d'une jeep, l'urne funéraire de Fidel Castro a entamé mercredi un périple de quatre jours à travers Cuba. (Jeudi 1er décembre 2016) Massés au bord des routes le long de cordons de sécurité, des centaines de milliers de Cubains lancent des «Viva Fidel!» en agitant des drapeaux.(Jeudi 1er décembre 2016) Le cortège de sept véhicules qui doit traverser 13 des 15 provinces de l'île pour rejoindre le berceau de la révolution, Santiago de Cuba (est), où les restes de l'ex-président décédé à 90 ans seront enterrés dimanche.(Jeudi 1er décembre 2016) A bord du véhicule tirant la remorque figurent les quatre plus hauts gradés de Cuba, dont le ministre des Forces armées, le général Leopoldo Cintra Frias. (Jeudi 1er décembre 2016) Avec la mort de Fidel Castro et le départ annoncé de son frère, Raúl, l'exécutif cubain s'apprête à changer de génération avec leur héritier putatif, le premier vice-président Miguel Diaz-Canel. (Jeudi 1er décembre 2016) Des familles entières ont assisté à la cérémonie. Désormais, le peuple cubain pourra suivre le parcours des cendres de Fidel Castro jusqu'à la ville de Santiago, où elles seront répandues dans un cimetière dimanche. (Mercredi 30 novembre 2016). Raul Castro avec le seul dirigeant occidental présent, le premier ministre grec Alexis Tsipras. (Mercredi 30 novembre 2016). La cérémonie a eu lieu en soirée, sur la Place de la Révolution. (Mercredi 30 novembre 2016). Cuban President Raul Castro (C) during a massive rally at Revolution Square in Havana in honor of late leader Fidel Castro. Castro -- who ruled from 1959 until an illness forced him to hand power to his brother Raul in 2006 -- died Friday at age 90. The cause of death has not been announced. / AFP PHOTO / JUAN BARRETO Le peuple cubain s'est rassemblé sur la Place de la Révolution à La Havane pour rendre un dernier hommage à Fidel Castro. (Mercredi 30 novembre 2016). Le président amércain Barack Obama a décidé de ne pas envoyer de délégation officielle aux funéraillles de Fidel Castro. Seuls en Rhodes - conseiller de Barack Obama - et effrey DeLaurentis à la tête de la nouvelle ambassade des Etats-Unis dans la capitale cubaine - seront présents. (29 novembre 2016) Le président vénézuélien Nicolas Maduro (au milieu), son épouse Cilia Flores et le président bolivien Evo Morales (à gauche) signent un livre de condoléances dans une salle du mémorial Jose Marti, place de la révolution à La Havane. (Mardi 29 novembre 2016) Face à l'urne fleurie de Fidel Castro, un moment de recueillement. (Mardi 29 novembre 2016) La cérémonie en hommage à Fidel Castro se tiendra mardi soir à 19h00 (01h00 mercredi matin en Suisse), au centre de la capitale cubaine. (Mardi 29 novembre 2016) Des miliciennes devant un poster de Fidel Castro (Mardi 29 novembre 2016) L'urne de Fidel Castro rectangulaire en bois est exposée dans un salon de cérémonie du ministère des forces armées. Le président Raúl Castro lui a rendu hommage. (Mardi 29 novembre 2016) Les chaises sont prêtes sur la place de la Révolution. La cérémonie en hommage à Fidel Castrose tiendra mardi soir à 19h00 (01h00 mercredi matin en Suisse), au centre de la capitale cubaine. (Mardi 29 novembre 2016) L'urne, entourée de fleurs blanches et rouges, était posée devant une photographie en pied de Fidel Castro, la même devant laquelle des dizaines de milliers de Cubains ont défilé lundi à La Havane. (Mardi 29 novembre 2016) Un policier passe devant un portrait de Fidel Castro à la mairie de Guanabacoa, le 28 novembre. (Mardi 29 novembre 2016). Des larmes pour Fidel! Des milliers de personnes faisaient la queue pour défiler devant des portraits en noir et blanc du père de la Révolution cubaine.(Lundi 28 novembre 2016) Une salve de 21 coups de canon depuis le fort qui surplombe la baie de La Havane, a donné le coup d'envoi de cette semaine d'hommages qui culminera avec les funérailles dimanche à Santiago de Cuba. (Lundi 28 novembre 2016) Sous une image de Fidel Castro, les décorations et les médailles de l'ex-président cubain sont exposées devant le monument consacré au héros national José Marti. (Lundi 28 novembre 2016) Contrairement à ce qui était attendu, l'urne contenant les cendres de l'ex-président cubain n'était pas présentée au public. (Lundi 28 novembre 2016) A 7h30 (13h30 en Suisse), de petits groupes convergeaient vers les trois points d'entrée de la place de la Révolution, où plusieurs centaines de personnes, tous âges confondus, patientaient déjà. (Lundi 28 novembre 2016) Place de la Révolution, à La Havane, les Cubains rendent hommage à Fidel Castro. (Lundi 28 novembre 2016) Des centaines de milliers de personnes sont attendues sur la place de la Révolution à La Havane, vaste esplanade de 72.000 m2 où a souvent résonné la voix de Fidel Castro lors de ses tonitruants et interminables discours. (Lundi 28 novembre 2016) Les gens font la queue sur la place de la révolution à La Havane (Lundi 28 novembre 2016) Les préparatifs avant une cérémonie de deux jours sur la Place de la Révolution, à La Havane, où sera présentée l'urne funéraire contenant les cendres de Fidel Castro (Lundi 28 novembre 2016). La dépouille du «commandant suprême» a été incinérée samedi. Ses cendres suivront un cortège qui finira dimanche à Santiago de Cuba, lieu d'inhumation, où le dirigeant avait lancé la révolution en 1959. (Lundi 28 novembre 2016). La Corée du Nord a entamé trois jours de deuil lundi en hommage à Fidel Castro. (Lundi 28 novembre 2016) Une immense photographie de Castro a déjà été drapée autour de la Bibliothèque Nationale, là où un portrait du Christ avait été installé à l'occasion de la visite du pape l'année dernière. Si l'étiquette des précédentes cérémonies reste suivie, Raul Castro et d'autres dirigeants du Parti communiste et de l'armée et du gouvernement sont susceptibles de déposer des fleurs devant le monument consacré au héros national José Marti, une file de simples citoyens à leur suite Une étudiante porte un poster de Fidel Castro à l'université de La Havane où le «leader maximo» a étudié. (Dimanche 27 novembre 2016) Un hommage rendu par des étudiants de l'université de La Havane. (Dimanche 27 novembre 2016) Des bougies pour saluer la mémoire de Fidel Castro au sein de l'université de La Havane. (Samedi 26 novembre 2016) Des membres de la communauté cubaine de Miami ont fêté à l'annonce de la mort de Fidel Castro. (Samedi 26 novembre 2016) Deux jours après l'annonce du décès de Fidel Castro, la presse officielle en fait largement état. (Dimanche 27 novembre 2016) La Une de Granma, quotidien du Parti communiste cubain, consacrée au décès de de Fidel Castro «Le père de la révolution cubaine Fidel Castro est mort», c'est en ces termes que Raul Castro, 85 ans, annonce à la TV, le décès de son grand frère.(Vendredi 26 novembre 2016) Le 15 novembre 2016, Fidel Castro était apparu sur les clichés de son entretien avec le président vietnamien Tran Dai Quang. En 2015, Cuba et les Etats-Unis rétablissent officiellement leurs relations. Barack Obama se rend en mars 2016 sur l'île pour une visite historique. En 2011, Fidel Castro et son frère Raul. Ce dernier reprend les rênes du pays en 2008. Le 19 avril 2011, il est élu premier secrétaire du Parti communiste cubain lors du 6e congrès. Depuis sa crise de santé en 2006, Fidel Castro a troqué son légendaire uniforme vert olive pour un survêtement et des sandales. Apparition en 2010. En 2006, Castro âgé de 80 ans, subit une intervention chirurgicale à l'intestin. Il délègue temporairement le pouvoir à son frère Raul. En 2003, plus de 70 dissidents sont condamnés et des journalistes sont emprisonnés. Ici, Castro lors du discours du 1er mai 2003. Dans cette image datant du 22 février 2003, Fidel Castro avec le légendaire général vietnamien Vo Nguyen Giap à Hanoi Discours fleuve de Fidel Castro à Satiago de Cuba en juin 2002. Fidel Castro dans les années 1980 pose avec des écoliers cubains. Il occupa le poste de président de Cuba de 1976 à 2008. Fidel Castro avec président de la Confédération Flavio Cotti lors d'une visite à Berne du président cubain à Berne le 20 mai 1998. La conseillère fédérale Ruth Dreifuss salue Fidel Castro à l'hôtel Intercontinental à Genève. Le président cubain est venu pour la première fois en visite officielle de travail en Suisse, sur invitation du Conseil fédéral, le 20 mai 1998. Fidel Castro à la tribune des Nations unies, le 12 octobre 1979. Il fut secrétaire général du Mouvement des non-alignés jusqu'en 1983. Fidel Castro en septembre 1973 en visite au Vitenman du Nord durant la guerre. Alors à la tête du parti communiste cubain, Fidel Castro se rend en janvier 1964 à Moscou, pour une visite officielle en union soviétique. Ici, en troïka, dans les jardins du Kremlin. La rupture avec les Etats-Unis a lieu en 1961. Une année plus tard, un embargo économique est décrété. Ici le président John F. Kennedy, en octobre 1962, au moment de la crise des missiles. Fidel Castro devient premier ministre du nouveau gouvernement en charge de la transformation de l'île. Ici, l'entrée dans la capitale cubaine. Les forces révolutionnaires renversent le pouvoir en place au cours de l'année 1958. Fulgencio Batista fuit le 1er janvier 1959. Fidel Castro entre à La Havane sept jours plus tard. Le 8 janvier 1959, le fils de Fidel Castro sur un tank à la Havane Fidel Castro (à gauche) en discussion avec Ernesto 'Che' Guevara dans la forêt de la Sierra Maestra. L'image date du 8 octobre 1957 Alors âgé de 29 ans, il s'exile au Mexique où il rencontre Ernesto 'Che' Guevara. En 1956, ils retournent clandestinement à Cuba, accompagnés d'exilés cubains. Ici, les deux hommes en 1959. Fidel Castro né en 1926, et les membres de son groupe sont arrêtés en juillet 1953 après une attaque soldée par un échec contre la caserne de Moncada. Ils tentaient de renverser le dictateur Fulgencio Batista. Tous les assaillants seront libérés par amnistie en 1955.

Sur ce sujet
Une faute?

Une «cérémonie de masse» à laquelle ont été conviés la communauté diplomatique et les chefs d'Etats étrangers se tiendra mardi soir à La Havane pour rendre hommage à Fidel Castro, décédé vendredi à 90 ans, selon des sources diplomatiques.

Les dirigeants de la gauche latino-américaine se joindront aux Cubains.

Mercredi à 01h00 du matin

Cette cérémonie se tiendra mardi soir à 19h00 (01h00 mercredi matin en Suisse) sur la place de la Révolution, au centre de la capitale cubaine. Les funérailles de dimanche à Santiago de Cuba, dans l'est du pays, devraient accueillir un groupe d'invités plus restreint.

La gauche latino-américaine, à laquelle la révolution cubaine avait donné l'inspiration, sera représentée mardi par les présidents d'Equateur Rafael Correa, de Bolivie Evo Morales, du Venezuela Nicolas Maduro, ou encore du Nicaragua Daniel Ortega.

Parmi les autres présidents du continent attendus mardi se trouvent le Colombien Juan Manuel Santos, le Mexicain Enrique Peña Nieto, le Hondurien Juan Orlando Hernandez Alvarado et le Panaméen Juan Carlos Varela, selon la liste officielle. La présidente socialiste du Chili Michelle Bachelet enverra un de ses ministres.

Tsipras, seul dirigeant européen

Les dirigeants du Zimbabwe Robert Mugabe, du Kenya Uhuru Kenyatta, de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang, d'Afrique du Sud Jacob Zuma et de Namibie Hage Geingob seront également présents.

Les Occidentaux se feront beaucoup plus discrets. Seul chef de gouvernement européen à figurer pour l'instant sur la liste officielle, le Premier ministre grec Alexis Tsipras fera le déplacement.

Barack Obama absent

Le président américain Barack Obama, qui a initié le rapprochement historique avec Cuba, a annoncé qu'il n'assisterait pas à cet hommage. Critiqué pour son hommage à l'ex-président cubain, le Premier ministre canadien Justin Trudeau sera également absent aux cérémonies en hommage au défunt, malgré la profonde amitié qui lia son père, Pierre Elliott Trudeau, au «Comandante».

Le président français François Hollande sera représenté par la numéro trois du gouvernement, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. La Suisse a délégué son ambassadeur à Cuba, Marcel Stutz.

Schröder et Juan Carlos

La Première ministre britannique Theresa May ne fera pas le déplacement, a annoncé Downing Street, sans préciser qui la représenterait.

La Chine et l'Iran, pourtant pays amis de Cuba, n'enverront pas leurs dirigeants respectifs mais leurs vice-présidents. Le président russe Vladimir Poutine n'ira pas non plus à La Havane: c'est son proche allié Viatcheslav Volodine, président de la Douma d'Etat (chambre basse du parlement), qui dirigera la délégation russe.

L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, qui a rencontré Fidel Castro à cinq reprises, fera le déplacement en lieu et place de la chancelière allemande Angela Merkel, a annoncé le gouvernement allemand. L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos représentera son fils, le roi Felipe VI, tandis que l'ex-président uruguayen Jose Mujica fera aussi le voyage.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Un qui réflchit le 29.11.2016 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle déchéance!

    Quand la politique prime sur l'estime de l'oeuvre accomplie même par "l'ennemi" !

  • DATA le 29.11.2016 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    En même temps...

    En même temps, sans forcément être fan du personnage, qui à la carrure de Fidel Castro ? Merkel ? Obama ? Hollande ? Laissez mois rire !

  • Waban le 29.11.2016 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franchement ?

    Pourquoi irait-on aux obsèques d'un dictateur ?

Les derniers commentaires

  • capucine le 30.11.2016 03:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un beau début et une triste fin

    je pense que le combat de Fidel contre l Amérique était pleinement nécessaire et la libération de son peuple une victoire magnifique ! Le problème est cette mythomanie qui s'empare de l'humain lorsqu'il conquiert un groupe ou pire tout un peuple....il est indéniable que c'est un très grand volet de l'histoire moderne qui se referme. Bonne chance au peuple cubain pour l'avenir... Les russes détiennent déjà une partie de l'île et les américains débarquent en masse....entre la peste et le choléra....

  • Auguste Wiseman le 29.11.2016 19:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N'en parlons plus

    Fidel fut le plus grand geôlier du monde! Il a transformé son pays en prison! Sa mort est une libération pour tout un peuple! Sa soeur ne me contredirait pas!

  • Old Archibald le 29.11.2016 19:23 Report dénoncer ce commentaire

    Castro le philanthrope selon J. Z.

    Et dire que notre "héros national", je parle du Jean Ziegler, ose affirmer que Castro n'était pas un dictateur mais qu'au contraire il était un philanthrope (qui laisse toute de même plus de 20'000 morts, un nombre substantiel de prisonniers et une partie de son peuple en fuite. Il est vrai qu'il a fricoté ou fricote encore avec tous les malfaisants de la planète et ... LE POMPON il siège au comité des droits de l'homme ce qui en dit beaucoup sur cette institution, en revanche ce qui est inexcusable c'est l'audience qui lui est données sur notre RTS. (cela justifie pleinement le no Billag)

  • Jean Jacques le 29.11.2016 19:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Égalité Égalité Égalité

    Je vois que les lecteurs du 20minutes ont bien assimilés le discours américains! Et oublier que Fidel Castro voulait un pays égalitaire avec un système de santé et une éducation gratuite pour tous notamment! C'est une honte de ne pas aller honorer ce grand homme!

    • pfff le 29.11.2016 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean Jacques

      pas bedoin de discours americain. il suffit juste d ouvrir un livre d histoire. castro un homme qui se battait pour la liberté qui a sombré ds la dictature.

  • lucide le 29.11.2016 19:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Manipulation

    les USA on toujours manipulé et manipule encore le monde pour nous faire croire leurs vérités. Mais en même temps c'est le seul qui osé tenir tête à l'oncle Sam et de ce passer des autres suiveurs.