Législatives en Serbie

06 mai 2012 20:36; Act: 06.05.2012 21:39 Print

Les Serbes ont voté inquiets

Les Serbes se sont rendus aux urnes, inquiets pour leur avenir économique.

storybild

Plus de 6,7 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour décider lequel des deux hommes a réussi à les convaincre de sa capacité de sortir le pays du marasme économique. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Les Serbes ont voté dimanche aux élections présidentielle, législatives et locales marquées par le duel entre le camp pro-européen du président sortant, Boris Tadic, et les nationalistes populistes de Tomislav Nikolic, avec en toile de fond une économie en crise.

Plus de 6,7 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour décider lequel des deux hommes a réussi à les convaincre de sa capacité de sortir le pays du marasme économique. Ouverts à 05H00 GMT, la majorité des bureaux de vote a fermé à 18H00 GMT, un petit nombre, comme l'autorise la loi, restant encore ouverts pour permettre aux électeurs présents à voter.

Une heure avant la clôture officielle du vote, le taux de participation était de 53,6% légèrement supérieur à celui enregistré à la même heure lors des précédentes élections de 2008, selon CESID, un organisme indépendant qui surveille le scrutin.

Selon les derniers sondages, le Parti démocratique (DS) de Boris Tadic, 54 ans, et le Parti serbe du progrès (SNS, opposition) du conservateur populiste Tomislav Nikolic, 60 ans, sont à égalité avec environ 30% des intentions de vote chacun pour les législatives.

Tadic l'emporterait

Les deux hommes s'affronteront ensuite au deuxième tour de la présidentielle le 20 mai, que M. Tadic devrait remporter.

Aucune des deux formations ne pourra former seule une nouvelle majorité, et les socialistes de l'actuel ministre de l'Intérieur, Ivica Dacic, vont de nouveau jouer le rôle de faiseurs de rois, comme lors des élections de 2008.

Selon des analystes, le parti de M. Dacic devrait de nouveau soutenir celui de Boris Tadic dans la formation du gouvernement.

Pour la première fois depuis l'éclatement de la Yougoslavie au début des années 1990, les enjeux économiques ont dominé les débats, preuve de la préoccupation générale dans un pays où l'économie devait stagner en 2012 et confronté à un chômage record de 24%.

«Je suis venu tirer ma balle démocratique contre ce régime, en espérant qu'il tombera aujourd'hui», a affirmé Ivan Radakovic, un commerçant quinquagénaire, après avoir voté à Belgrade.

«Aucun bon candidat»

Pour Zivka Jovanovic, «aucun des candidats n'est vraiment bon». «Mais je me suis résignée à voter pour ceux qui sont les moins mauvais», dit cette professeur de chimie à la retraite, sans toutefois dissimuler sa sympathie pour Boris Tadic.

Durant la campagne électorale, M. Tadic, qui a conduit la Serbie, isolée politiquement et économiquement dans les années 1990, au seuil de l'Union européenne, a invité ses compatriotes à décider s'ils voulaient «poursuivre les changements et le développement» en lui accordant un dernier mandat présidentiel de cinq ans.

«Je m'attends à la victoire et à rien d'autre», a déclaré Boris Tadic après avoir voté, tout en renouvelant son «objectif stratégique d'améliorer le niveau de vie» de la population.

Mécontentement

Battu par Boris Tadic lors des deux précédents scrutins présidentiels, Tomislav Nikolic, a capitalisé notamment sur le mécontentement grandissant de la population frappée par la crise économique.

Egalement confiant dans sa victoire, M. Nikolic, jadis allié à l'ex-homme fort de Serbie, Slobodan Milosevic, a déclaré après avoir rempli son devoir électoral: «La Serbie va enfin avoir les changements qu'elle attendait, qu'elle espérait tant et qui sont tellement nécessaires».

L'indépendance du Kosovo, proclamée en 2008, et que Belgrade refuse de reconnaître, jadis sujet central durant les campagnes électorales, a été reléguée au second plan.

Les premiers résultats partiels sont attendus vers 19H30 GMT.

(afp)