Crise en Syrie

09 juin 2011 10:23; Act: 09.06.2011 18:19 Print

Les Syriens fuient par milliers en Turquie

Les Syriens fuient par milliers la répression sanglante dans leur pays. En 24 heures, près de 1350 réfugiés sont arrivés en Turquie.

storybild

Deux jeunes réfugiés syriens dans un camp du Croissant rouge en Turquie le 8 juin 2011. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quelque 1350 nouveaux réfugiés syriens sont arrivés en Turquie ces dernières 24 heures, a indiqué jeudi l'agence Anatolie. Au niveau diplomatique, la Russie et la Chine ont fait savoir leur opposition à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies contre la Syrie.

A l'occasion de la réunion de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne, les Etats-Unis ont fait passer une résolution contre la Syrie, demandant la saisine du Conseil de sécurité et jugeant que Damas a «manqué à ses obligations» concernant les accords de garanties auprès de l'AIEA.

Washington s'appuie sur un récent rapport de l'agence onusienne. L'AIEA y affirme, pour la première fois depuis le début de son enquête il y a trois ans, que le site syrien de Dair al Zour, détruit par l'aviation israélienne en septembre 2007, était «très probablement» un réacteur nucléaire.

Au cours d'une séance à huis clos, 17 des 35 membres du conseil des gouverneurs de l'agence onusienne ont voté en faveur de la résolution présentée par les Etats-Unis, et six contre, dont la Russie et la Chine, ont dit des diplomates.

Milliers de Syriens en Turquie

Un nouveau groupe de 100 réfugiés syriens est arrivé jeudi après- midi dans un camps à Yayladagi, dans la province de Hatay en Turquie, selon Anatolie. L'agence turque a précisé que depuis le début de la contestation en Syrie, il y a trois mois, un total de 1877 réfugiés ont été pris en charge par le Croissant-Rouge dans ce camp.

La ville syrienne de Jisr al-Choughour (nord-ouest), où l'armée mène des opérations de ratissage meurtrières, n'est qu'à une quarantaine de kilomètres.

Les autorités turques estiment de leur côté à plus de 2400 le nombre de Syriens ayant franchi la frontière cette semaine, a rapporté le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu. Des milliers d'autres habitants de Jisr al-Choughour se sont abrités dans des villages du côté syrien de la frontière, selon des témoins.

Au-delà de la région de Jisr al-Choughour, des troubles persistent à travers la Syrie. A Hama, où 70 manifestants auraient été tués vendredi, des opposants ont défilé sous des banderoles portant l'inscription: «Nous continuerons de répondre à vos balles avec des fleurs.» A Dair al Zour, dans l'est du pays, des manifestants ont brûlé deux bâtiments du parti Baas au pouvoir.

A Abou Dhabi, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé a estimé que l'attitude de la Syrie, qui «massacre» sa population, était «inacceptable»

Démenti iranien

L'Iran a rejeté jeudi les propos du ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, qui accuse Téhéran de soutenir la Syrie, son principal allié arabe, dans sa répression du mouvement de contestation. Téhéran juge ces remarques «infondées et basées sur des informations mensongères».

Les Etats-Unis avaient déjà accusé l'Iran d'aider le régime syrien dans sa répression violente. Plus de 1100 civils syriens ont été tués depuis le 15 mars, selon des organisations de défense des droits de l'Homme.

(afp)