Campagne en France

16 février 2011 09:05; Act: 16.02.2011 09:15 Print

Les affiches écolos qui font scandale

La campagne d'affichage de France Nature Environnement (FNE) qui débute mercredi et vise les agriculteurs, constitue un «scandale» selon le ministre français de l'Agriculture.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Parmi les 21 affiches représentants six images distinctes: un homme joue à la «roulette russe» en pointant sur sa tempe un épi de maïs, dont on ne sait pas s'il est génétiquement modifié. Dans une tribune publiée par le quotidien «Libération», le ministre Bruno Le Maire se dit «partagé entre colère et indignation» de voir FNE «se livrer à des raccourcis inacceptables sur le vieux refrain 'agricultures=pollueurs'». «Depuis des années, les agricultures français ont fait le choix de l'environnement. Par nécessité: le coût croissant des engrais, les risques des pesticides sur leur santé et la nature, la pollution des nappes phréatiques», soutient M. Le Maire. Il ajoute qu'actuellement, il y a une quinzaine d'exploitants qui passent au bio chaque jour.

Cette campagne est un «scandale» selon le ministre «car elle oublie la détresse qui a conduit certains agriculteurs au suicide». La FNE, association regroupant 3 000 associations écologistes, a suscité des vives réactions du monde agricole, alors que le Salon de l'Agriculture 2011 doit s'ouvrir le 19 février. Xavier Beulin, le président de la FNSEA, principal syndicat d'exploitants, a dénoncé une campagne «caricaturale et clairement orientée contre l'agriculture», et deux organisations du secteur avaient saisi en vain la justice d'une demande d'interdiction en référé de certains visuels.

M. Le Maire affirme également que le gouvernement a «décidé d'accompagner le passage d'une agriculture intensive à une agriculture toujours plus respectueuse de l'environnement», mais que face à la réalité économique de l'agriculture, concurrence européenne, dumping par les prix, il fallait être «raisonnable dans nos exigences» et ne pas se précipiter. Le ministre propose d'avancer en se concentrant sur trois points: aider les agriculteurs, harmoniser les règles européennes et mettre en œuvre une réciprocité internationale.

(L'essentiel/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • lapinbleu le 16.02.2011 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin une campagne d'affichage pragmatique

    Enfin une campagne d'affichage pragmatique, car la réalité ce n'est pas celle, gentille-jolie, distillée par les politiques et médias bien pensant aux citoyens-consommateurs. Elle est, malheureusement, bien plus compliquée que cela. Maintenant je comprends que le ministre français s'en offusque, les masses pourraient réagir et il pourrait être contraint de prendre des décisions défavorables aux intérêts des lobbies de l'industrie agro-alimentaires, qui l'ont mis en place. Quant aux agriculteurs, en bout de chaînes, ils n'ont pas grand chose à dire ou à faire, ne l'oublions pas.

  • Henri le 16.02.2011 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    Barroso vendu

    Bravo pour cette affiche, elle reflète ce que 90% des européens pensent des OGM. Malheureusement, Mr Barroso est très très pote avec le conseil d'administration de Monsanto...

  • Morgarten le 16.02.2011 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Qui a autorisé les OGMs ?

    Je ne trouve rien de choquant dans cette affiche qui semble inviter les agriculteurs à éviter de planter des OGMs. Ce qui est choquant, par contre, c'est l'hypocrite indignation du gouvernement français qui admet avoir autorisé ces cultures au nom de concept économiques fallacieux, sans se soucier de possibles conséquences dramatiques sur la santé et sans prendre le recul nécessaire à la vérification de tels dangers. Restons hors UE !!!

Les derniers commentaires

  • Patrick le 17.02.2011 00:56 Report dénoncer ce commentaire

    @Le_Vice - N'importe quoi!

    Je suis d'accord qu'il faut consommer de saison mais ça n'a absolument rien à voir avec les OGM. Les consommateurs européens refusent clairement les OGM. Vous avez des actions Monsanto pour vouloir absolument faire croire le contraire contre toute évidence? Bien sûr que le problème n'est pas l'agriculteur, c'est le lobby des industriels de l'agro-chimie.

  • Le_Vice le 16.02.2011 18:57 Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai scandale

    Le vrai scandale, c'est de crier à l'indignation aux cultures génétiquement modifiées. Qui a demandé cela de façon indirecte? C'est bien le consommateur qui veut des fraises bien rouges et sucrées toute l'année, qui ne veut plus de limaces dans sa salade. Bref, qui veut tous les produits tout le temps! Le problème, c'est le consommateur, pas l'agriculteur. Mais c'est toujours plus facile de mettre la faute sur l'autre plutôt que de se remettre en question! ABE

  • Roland le 16.02.2011 18:20 Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai scandale

    Le vrai scandale c'est que le gouvernement français (et de nombreux autres) est vendu aux multinationales de l'agrochimie. Ces affiches reflètent juste l'opinion publique qui ne veut pas servir de cobayes aux apprentis-sorciers du lobby pro-OGM.

  • Pantoufle le 16.02.2011 14:22 Report dénoncer ce commentaire

    Agriculteurs

    On criminalise les agriculteurs, mais faudrait peut-être que les prétentieux citadins se rendent compte que c'est grâce aux agriculteurs qu'ils peuvent chaque jour remplir leurs gros ventres de banquiers...

    • Roland le 16.02.2011 18:12 Report dénoncer ce commentaire

      Qui parle des agriculteurs ?

      Regardez les affiches, on y accuse les industriels pas les agriculteurs. Les multinationales de l'agrochimie comme Monsanto aiment bien pousser les agriculteurs en avant pour mieux se cacher derrière. Ils ne font qu'utiliser la sympathie que le public a pour les agriculteurs pour défendre leurs propres intérêts qui sont très différents de ceux des paysans.

  • Morgarten le 16.02.2011 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Qui a autorisé les OGMs ?

    Je ne trouve rien de choquant dans cette affiche qui semble inviter les agriculteurs à éviter de planter des OGMs. Ce qui est choquant, par contre, c'est l'hypocrite indignation du gouvernement français qui admet avoir autorisé ces cultures au nom de concept économiques fallacieux, sans se soucier de possibles conséquences dramatiques sur la santé et sans prendre le recul nécessaire à la vérification de tels dangers. Restons hors UE !!!