Etats-Unis

01 novembre 2011 22:41; Act: 01.11.2011 22:50 Print

Les anti-douleurs tuent plus que la drogue

Les décès imputables aux surdoses d'anti-douleurs opiacés ont triplé ces dix dernières années. Ils ont causé plus de morts que les surdoses de cocaïne et d'héroïne réunies.

Une faute?

Près de 15'000 personnes ont succombé en 2008 à une surdose de ces analgésiques contre 4000 en 1999, précisent les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui ont mené l'étude.

Cet accroissement de la mortalité due aux abus des analgésiques opioïdes est devenu «une véritable épidémie», a déploré mardi Thomas Frieden, directeur des CDC, lors d'une conférence de presse téléphonique.

«Ces anti-douleurs, qui sont en réalité des narcotiques sous un autre nom, sont prescrits par des médecins», a-t-il souligné. «40 Américains meurent chaque jour d'une surdose, davantage que par l'héroïne et la cocaïne».

Selon lui, «ce problème est du à une poignée de médecins irresponsables»: en effet, une grande partie du problème est l'utilisation non médicale de ces médicaments, normalement obtenus sur ordonnance.


Overdoses nombreuses chez les hommes

En 2010, environ 12 millions d'Américains de douze ans et plus ont pris des analgésiques sous ordonnance pour des raisons non médicales, précisent les CDC.

La quantité prescrite de ces médicaments contre la douleur était telle en 2010 que chaque Américain adulte aurait pu en prendre pendant un mois sans discontinuer, estiment les auteurs du rapport. La plus grande part de ces analgésiques se sont retrouvés entre les mains de personnes qui ne les ont pas utilisés à bon escient ou en ont abusé.

Selon les CDC, près de la moitié des visites au service des urgences des hôpitaux ont résulté en 2009 de l'utilisation non médicale de ces analgésiques, le plus souvent des overdoses qui coûtent 72,5 milliards de dollars aux Etats-Unis tous les ans.

Les hommes sont de loin, plus nombreux que les femmes à mourir d'une surdose d'analgésiques ainsi que les adultes âgés entre 35 et 54 ans.


La Floride en consomme beaucoup

Il existe par ailleurs, de grandes différences entre les Etats: en Floride, où on enregistre le plus de surdoses, les ventes de ces antalgiques en 2010 étaient trois fois plus importantes que dans l'Illinois.

«Ces variations montrent bien que la politique menée par un Etat pour juguler ce problème ou laisser l'épidémie se poursuivre peut faire une énorme différence», souligne le Dr Frieden.

Les autorités sanitaires préconisent une série de mesures fédérales pour endiguer ce phénomène et recommandent par ailleurs l'ordre des médecins de sanctionner, dans chaque Etat, les docteurs prescrivant ces médicaments de manière injustifiée.

Ce dernier rapport intervient deux semaines après une autre étude des CDC montrant que les Américains, dès l'âge de douze ans, consomment aujourd'hui cinq fois plus d'antidépresseurs qu'il y a 20 ans.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Purple Haze le 02.11.2011 01:18 Report dénoncer ce commentaire

    Merci à l'industrie pharmaceutique.

    Allé, moi je vais me rouler un bon gros joint d'analgésique naturel, bio, inoffensif mais illégal...

  • Mais lol le 02.11.2011 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    mais lol

    Ah lala, on commence par une bière, puis du paracétamol en cocktail avec de l'aspirine et on finit avec du ponstan tous les soir avec un verre de whiskey! Quelle plaie les drogués quand même! Heureusement que les dealers de chez SunStore font des rabais!

  • Info le 02.11.2011 07:14 Report dénoncer ce commentaire

    médecine mortelle

    et la vu que c'est un médecin qui le délivre ont en fait pas tout un plat

Les derniers commentaires

  • Jo H. le 02.11.2011 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben voyons

    Algifor cela ne se snife pas...

  • Mais lol le 02.11.2011 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    mais lol

    Ah lala, on commence par une bière, puis du paracétamol en cocktail avec de l'aspirine et on finit avec du ponstan tous les soir avec un verre de whiskey! Quelle plaie les drogués quand même! Heureusement que les dealers de chez SunStore font des rabais!

  • Info le 02.11.2011 07:14 Report dénoncer ce commentaire

    médecine mortelle

    et la vu que c'est un médecin qui le délivre ont en fait pas tout un plat

  • Purple Haze le 02.11.2011 01:18 Report dénoncer ce commentaire

    Merci à l'industrie pharmaceutique.

    Allé, moi je vais me rouler un bon gros joint d'analgésique naturel, bio, inoffensif mais illégal...

  • Intègre le 01.11.2011 23:27 Report dénoncer ce commentaire

    Du moment qu'on paie... :/

    A défaut d'utiliser des drogues douces non-létales car jugées illégales, les gens meurent d'opiacés prescrits légalement... Interdire le cannabis alors qu'il peut être utilisé de manière inoffensive tout en prescrivant aveuglément des opiacés potentiellement mortels, c'est purement de l'hypocrisie. Et qu'on me sorte pas que le cannabis peut accentuer le risque de pathologies psychiatriques parce qu'au niveau des opiacés le problème est aussi présent. Il faudrait voir à remettre les choses en ordre. Principalement, en essayant de comprendre pourquoi ces gens en abusent.