Tension dans le Golfe

21 juin 2019 17:50; Act: 22.06.2019 11:25 Print

Les compagnies aériennes évitent le détroit d'Ormuz

Swiss, Lufthansa, KLM ou encore Etihad ont modifié leurs plans de vol après la destruction d'un drone US par l'Iran jeudi matin.

storybild

Swiss va éviter le détroit d'Ormuz et l'ensemble des côtes iraniennes du Golfe persique et du Golfe d'Oman après l'incident de jeudi matin. (Photo: AFP/keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

A l'image des compagnies aériennes Etihad, Emirates, KLM, Qantas, Singapore Airlines et Malaysia Airlines, Swiss et sa maison-mère allemande Lufthansa ont décidé d'éviter le détroit d'Ormuz. Ce dernier se situe dans la zone où l'Iran a abattu tôt jeudi matin un drone militaire américain.

«Mesure de précaution»

La compagnie helvétique va éviter le détroit d'Ormuz et l'ensemble des côtes iraniennes du Golfe persique et du Golfe d'Oman, a indiqué à Keystone-ATS le transporteur à croix blanche. La compagnie se conforme ainsi aux recommandations des autorités américaines et des services de sécurité de Swiss et du groupe Lufthansa, a-t-elle indiqué vendredi à Keystone-ATS. Pour les clients, aucune perturbation n'est à attendre, car le trafic aérien peut se dérouler normalement.

Les services de sécurité du groupe Lufthansa examinent constamment l'évolution de la situation et sont en contact étroit entre eux et avec les autorités compétentes afin de pouvoir réagir immédiatement en cas de besoin. «L'incident avec le drone est une raison pour ne pas survoler le détroit d'Ormuz pour le moment. Ceci est une mesure de précaution», a pour sa part écrit dans un communiqué la néerlandaise KLM, ajoutant que la sécurité était «la priorité absolue» de la compagnie.

Les Pays-Bas sont encore meurtris par le crash de l'avion du vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu en 2014 au-dessus de la zone de conflit armé dans l'est séparatiste prorusse de l'Ukraine par un missile russe. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l'équipage avaient été tués.

Temps de trajet identique

Malaysia Airlines a indiqué éviter également la zone. «La sécurité est d'une importance capitale pour Malaysia Airlines», explique-t-elle. L'australien Qantas a aussi pris des mesures: «Nous sommes en train d'ajuster les trajets de vol au-dessus du Moyen-Orient pour éviter le détroit d'Ormuz et le golfe d'Oman jusqu'à nouvel ordre», a déclaré la compagnie à l'AFP.

La décision devrait affecter les vols entre l'Australie et Londres, mais cela ne devrait pas rallonger le temps de trajet, selon la compagnie. «A cause des tensions en cours, certains de nos vols pourraient prendre des itinéraires un peu plus longs pour éviter le détroit d'Ormuz», a déclaré de son côté un porte-parole de Singapore Airlines.

Air France a fait savoir de son côté qu'elle n'était pas concernée, ses avions ne survolant pas cette zone. Les annonces interviennent alors que Washington a interdit jeudi soir aux compagnies aériennes américaines le survol de l'espace aérien contrôlé par Téhéran au-dessus du Golfe persique et du Golfe d'Oman «jusqu'à nouvel ordre» après que l'Iran a abattu un drone militaire américain.

Le tir de missile contre le drone tôt jeudi matin a été qualifié d'«énorme erreur» par le président américain Donald Trump. L'Iran a assuré vendredi disposer de preuves «irréfutables» montrant que le drone était entré dans son espace aérien, contrairement à ce qu'affirme Washington.

Les Etats-Unis ont justifié les restrictions émises jeudi par une augmentation des activités militaires et la tension politique croissante dans la région, qui représentent un risque pour les opérations de l'aviation civile accompagné d'un risque d'«erreur d'identification».

(nxp/ats)