Barrage d'Ilisu

06 décembre 2008 13:35; Act: 06.12.2008 13:42 Print

Les forces de sécurité turques arrêtent deux activistes

Deux activistes ont été arrêtés à proximité de l'endroit prévu pour la construction du barrage d'Ilisu, en Turquie.

Une faute?

L'information provient de l'ONG ECA Watch, qui mène campagne contre cet ouvrage.

Ces deux personnes, une représentante de l'«Initiative pour le sauvetage d'Hasankeyf», site historique de l'ancienne Mésopotamie et un accompagnant, s'étaient rendus dans la petite ville de Dargecit afin de s'informer sur place de la situation actuelle du lieu.

Des représentants de l'«Initiative» avaient déjà été empêchés il y a trois semaines de se rendre de Dargecit à Ilisu. Les arrestations de jeudi constituent «une aggravation inacceptable de la situation», estime ECA Watch dans un communiqué diffusé vendredi.

Les organisations engagées dans la campagne contre la construction du barrage d'Ilisu ont exhorté les gouvernements allemand, autrichien et suisse à faire pression auprès des autorités turques pour que les deux activistes soient immédiatement libérés.

La tension monte

A quelques jours de l'expiration d'un ultimatum des investisseurs européens, la tension monte autour de ce projet de construction controversé, budgeté à plusieurs milliards de francs. Les opposants au barrage reprochent aux autorités turques de ne pas respecter la suspension convenue des travaux.

Les assurances contre les risques à l'exportation d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse souhaitent que ces pays retirent leur garantie financière si la Turquie ne protège pas suffisamment la population, les biens culturels et l'environnement. Ankara doit démontrer d'ici au 12 décembre qu'elle remplit effectivement ces conditions.

Le chantier d'Ilisu doit provoquer le déplacement de quelque 50 000 personnes et l'ensevelissement du site historique d'Hasankeyf.

(ats)